Fausse publicité ou simple malentendu? La fascinante saga du jouet informatique Kosmos Spielcomputer Logikus

Médias
Le jouet informatique Kosmos Spielcomputer Logikus. Anon., “Un jeu pas ordinaire”. Photo-Journal, 15 au 22 janvier 1969, 10.

Comment allez-vous aujourd’hui, ami(e) lectrice ou lecteur? Je vous pose cette question, avec un peu d’appréhension peut-être, parce que j’ai choisi de m’éloigner davantage du seul vrai chemin vers l’illumination, celui qui mène à la compréhension de toutes choses aéronautiques et spatiales. Même si votre humble serviteur admet volontiers que je déteste les ordinateurs avec toute les fibres de mon être, je me suis trouvé étrangement attiré par le sujet de cette semaine, mais revenons à notre histoire, qui est plutôt cool.

Commençons notre exploration par une citation, autrement dit avec la légende de la photo que j’ai trouvé dans le numéro du 15 au 22 janvier 1969 de Photo-Journal, un hebdomadaire aujourd’hui disparu publié à Montréal, Québec, que vous vous souviendrez peut-être avoir rencontré dans des numéros précédents de notre blogue / bulletin / machin.

Le dernier cri à la mode pour les enfants : un ordinateur de poche. Pour $17 le mini-ordinateur “Logikus” peut établir des prévisions météo, des diagnostics médicaux et des programmes d’examens. Il est capable de traduite l’anglais en allemand, d’effectuer divers calculs et même de jouer au football, grâce à un petit système de lampes qui s’allument et s’éteignent. Ce jeu pour enfants de douze ans a 50 circuits électriques.

Conçu pour les jeunes humains de 12 ans et plus, le Kosmos Spielcomputer Logikus est mis sur le marché en 1968 par Franckh’sche Verlagshandlung W. Keller und Company, une maison d’édition ouest-allemande réputée pour ses guides sur la nature, ses livres pour enfants et ses kits d’expérimentation. Croiriez-vous que les premiers kits d’expérimentation apparaissent dans les années 1920 et que de nouveaux sont en production en 2019? Les jeunes Allemand(e)s / Ouest- Allemand(e)s / Allemand(e)s passent d’innombrables heures s’amuser avec All-Chemist, Elektromann, Optikus, Radiomann, Technikus, etc. Des jeunes humains d’autres pays s’amusent tout autant à jouer avec des versions produites sous licence de ces mêmes kits d’expérimentation. Soit dit en passant, Kosmos est pendant longtemps le titre du magazine mensuel de Kosmos-Gesellschaft der Naturfreunde, une organisation de protection de la nature bien connue. En 2019, le magazine s’appelle Natur.

Et oui, Franckh’sche Verlagshandlung W. Keller und Company est encore en pleine forme en 2019. Cette société est aujourd’hui connue sous le nom de Franckh-Kosmos Verlags-Gesellschaft mit beschränkter Haftung und Company Kommanditgesellschaft, mais revenons à notre histoire.

Contrairement à ce que dit la légende de la photo de cette semaine, le Logikus, si je peux me permettre d’utiliser ce surnom abrégé, n’est pas un ordinateur de poche. De fait, ce n’était pas du tout un ordinateur. Après tout, le Logikus n’a ni mémoire à accès aléatoire, ni mémoire à ordre aléatoire. Cela étant dit (tapé?), ce n’est pas un jouet non plus. Le Logikus, dis-je, est décrit comme étant une calculatrice mécanique munie d’un panneau d’instruments, d’un chariot et de quelques commutateurs. Si je peux me permettre, cette description est à peu près aussi utile qu’un manuel de mécanique quantique. Moins en réalité, vu qu’un tel manuel peut être utilisé comme un arrêt de porte. Toutes mes excuses à Sheldon Lee Cooper et à tout autre physicien théorique de la blogosphère.

Si le Logikus n’est pas un ordinateur, qu’est-il donc? Une bonne question, ami(e) lectrice ou lecteur. On pourrait dire que c’est une calculatrice électromécanique. Vous ne semblez pas très heureux avec cette réponse, n’est-ce pas? Et bien, je ne le suis pas non plus. À vrai dire, un(e) adolescent(e) qui passe une heure avec un Logikus en apprend beaucoup plus sur le fonctionnement des ordinateurs qu’un(e) autre qui passe un jour avec une machine sophistiquée de ce type. Alors, ouvrons le capot du Logikus, au sens figuré bien sûr, pour comprendre ce qui le fait rouler. En d’autres termes, jetez un autre coup d’œil à la photo ci-dessus et revenez lorsque vous serez prêt(e). J’attendrai.

Un étudiant passionné de la culture matérielle comme vous ou moi ne manquera pas de remarquer 10 commutateurs à commande manuelle à 2 positions et un tableau de connexion (avec 600 trous de connexion?) dans lesquels on peut insérer quelques / plusieurs morceaux de fil. Ce que vos yeux aigus ne remarquent peut-être pas dans la photo qui illustre cet article, toutefois, ce sont un bouton sur la gauche duquel le joueur adulte appuie, ainsi qu’une rangée de 10 ampoules, montées derrière 10 fenêtres, juste devant le jeune joueur. Cette rangée est apparemment recouverte par une des nombreuses bandes de papier fournies avec le Logikus. Les piles sèches qui l’alimentent sont bien entendu invisibles. Le Logikus vient avec des pièces de rechange, ainsi qu’un manuel de programmation assez volumineux comprenant des instructions de montage. Le dit manuel comprend un certain nombre de programmes permettant à la fière propriétaire d’un Logikus de faire tout ce qui est mentionné dans la légende que votre humble serviteur a cité plus haut – et plus encore. Une version britannique du manuel comprend plusieurs programmes / jeux qui ne figurent pas dans la version originale / allemande.

Les commutateurs, tableau de connexion et fenêtres reproduisent le fonctionnement interne d’un ordinateur électronique, de l’entrée à la sortie par le biais d’un programme. Le tableau de connexion et les fils sont utilisés pour programmer le Logikus. Les commutateurs, par contre, sont utilisés pour entrer les données qui sont transformées par le programme. Diverses combinaisons d’ampoules allumées sont utilisées pour mettre en évidence les réponses, en d’autres termes, la sortie.

Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur observatrice / observateur, le jeune joueur sur la photo semble s’ennuyer à mourir, ce qui ne serait pas bon signe si vous étiez une vendeuse ou vendeur qui essaye de convaincre le joueur plus âgé d’acheter un Logikus.

Comme on peut s’y attendre, des gens d’Allemagne de l’Est entendent vite parler du Logikus. Ils sont tellement intrigués et impressionnés que Volkseigener Betrieb PIKO Sonneberg, un fabricant d’état de maquettes de trains, met au point une version sans licence / illégale baptisée PIKO dat. Lancé en 1969, le nouveau jouet informatique remporte 1 sinon 2 prix d’or à l’édition de 1969 du Leipziger Messe, un des plus importants salons commerciaux organisés par les pays membres d’un conseil d’assistance économique mutuelle, ou Sovét Ekonomícheskoy Vzaimopómoshchi, une organisation dirigée par l’Union des républiques socialistes soviétiques.

Croiriez-vous que Volkseigener Betrieb PIKO Sonneberg doit sa création, sous un autre nom, en 1948, au fait que, tous les constructeurs de trains miniatures allemands étant situés dans des régions du pays qui ne sont pas sous contrôle soviétique, les passionnés qui vivent sous le joug soviétique ne peuvent plus acheter de trains ou de pièces car ils n’ont pas accès à la monnaie utilisée dans les régions de l’Allemagne contrôlées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni? Soit dit en passant, Volkseigener Betrieb PIKO Sonneberg est privatisée au début des années 1990. En 2019, cette société est connue sous le nom de PIKO Spielwaren Gesellschaft mit beschränkter Haftung.

Bien que similaire en principe et apparence au Logikus, le jouet informatique est-allemand est quelque peu différent sur le plan interne. Ces différences incluent l’ajout d’une minuterie, d’un nombre différent de trous de connexion pour les fils (660 contre 600?), d’un nombre différent d’ampoules (13 contre 10), etc.

Vous pourriez être heureuse / heureux d’entendre (lire?), ou pas, que, lors de l’édition de 1977 du Messe der Meister von Morgen, un concours annuel pour les jeunes organisé en Allemagne de l’Est, un PIKO dat est utilisé pour contrôler un modèle de chemin de fer construit par Volkseigener Betrieb PIKO Sonneberg. Je suis tout aussi heureux d’ajouter que les premiers modèles de trains fabriqués par la société qui devient finalement PIKO figurent dans l’édition de 1949 du Leipziger Messe. Le monde est petit, n’est-ce pas?

Deux sociétés américaines entendent également parler du Logikus par un canal encore inconnu et sont vraiment intriguées. En vérité, elles acquièrent toutes deux ses droits de production. Science Fair Electronics, une société de Tandy Corporation, produit une machine appelée le SF-5000 Electronic Computer. Fait intéressant, la 5ème édition du manuel de programmation du SF-5000 est imprimée au Canada en 1971. En 1977, Radio Shack, une division de Tandy, produit une version légèrement modifiée du Logikus, apparemment connue sous le nom de Digital Computer. Il a un tableau de connexion avec 200 trous de connexion plutôt différents et utilise des bandes de plastique plutôt que de papier, pour ses 100 expériences / programmes.

Logix Enterprises Limited, pour sa part, fabrique une machine connue sous le nom de O-600 Electronic Computer au plus tard en 1972. Il est intéressant de noter que Logix Enterprises, une société américaine, a apparemment une usine à Montréal, Québec. De fait, cette usine peut avoir réalisé une copie / version du Logikus appelée Logix-Kosmos Electronic Computer ou Ordinatron 600. Une publicité pour un Ordinatron 600 publiée en décembre 1972 par La Presse de Montréal, le plus important quotidien de langue française au Canada, inclut une photo du susmentionné Logix-Kosmos Electronic Computer.

Il est intéressant de noter que votre humble serviteur a trouvé une version du Logikus, apparemment produite par Franckh’sche Verlagshandlung W. Keller und Company, connue sous le nom de Kosmos Ordinatron 600.

En quoi consiste cet Ordinatron 600, pouvez vous demander? Une bonne question, répondis-je. Introduit en 1969, ce jouet informatique est une version du Logikus fabriquée par GéGé. Et non, votre humble serviteur n’a pas le nom légal complet de cette société, le plus important fabricant français de jouets des années 1950. GéGé acquiert par ailleurs des licences de production pour un certain nombre de kits d’expérimentation développés par Franckh’sche Verlagshandlung W. Keller und Company.

Croiriez-vous qu’un bref texte publié dans un numéro de 1971 du magazine illustré Paris-Match indique que Wernher Magnus Maximilian von Braun, un des personnages clés du programme spatial américain, conçoit un jouet informatique pour les jeunes de 12 ans et plus – l’Ordinatron 600 / Logikus? Si vous le croyez, ami(e) lectrice ou lecteur, j’ai un pont que j’aimerais bien vous vendre. Et oui, von Braun, un Allemand dont le passé national-socialiste est soigneusement enterré pendant de nombreuses années, inspire le personnage principal d’un classique du cinéma, une satire féroce de 1964, Docteur Folamour, ou : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe.

Le Logikus et ses dérivés (GéGé Ordinatron 600, Logix O-600, PIKO dat et Tandy SF-5000) ne doivent pas être confondus avec le Jouets rationnels JR-01, un modèle plus simple introduit vers 1970. Bien qu’inventé par un professeur de l’Universidade Federal do Paraná, Brésil, la JR-01 est perfectionnée avec l’aide d’ingénieurs d’une société française, Bull General Electric Société par actions simplifiées.

Jouets rationnels société anonyme est une société très intéressante, fondée pour importer et vendre des jouets étrangers en France. En 1959, elle acquiert les droits européens pour un jouet révolutionnaire, Écran magique, vendu sous le nom de Télécran. Une société américaine, Ohio Art Company, acquiert à cette époque les droits de production pour le reste du monde. Vous avez peut-être entendu parler de ce jouet français, ami(e) lectrice ou lecteur qui a autrefois été un enfant. Il est connu sous le nom de, vous l’avez deviné, Etch-a-Sketch. Seriez-vous heureuse / heureux d’entendre (lire?) que, en 2019, les droits de ce jouet classique appartiennent à Spin Master Corporation de Toronto, Ontario? Votre humble serviteur se souvient d’avoir joué avec au moins un Etch-a-Sketch, il y a longtemps, mais je n’étais pas très doué.

Vous pourriez également être heureuse / heureux d’entendre (lire?) que le Logikus et ses dérivés sont devenus des objets de collection.

Alors, après avoir subi toute cette pontification, pensez-vous que les sociétés qui fabriquent le Logikus et ses clones tentent d’induire les acheteuses et acheteurs en erreur en leur offrant de la publicité mensongère, ou ce produit est-il la victime innocente d’un étrange cas de malentendu? D’une certaine manière, je pense que la première hypothèse peut être plus proche de la vérité. Certains des enfants qui reçoivent un Logikus ou un de ses clones à Noël dans les années 1970 pensent sans aucun doute que leurs parents ont été dupés. Elles et ils veulent jouer avec un vrai micro-ordinateur; les ampoules et les commutateurs ne les intéressent pas le moins du monde.

Je souhaite sincèrement remercier toutes les personnes qui m’ont fourni des informations. Toute erreur contenue dans cet article est de ma faute, pas de la leur.

11000011 10000000 00100000 01101100 01100001 00100000 01110011 01100101 01101101 01100001 01101001 01101110 01100101 00100000 01110000 01110010 01101111 01100011 01101000 01100001 01101001 01101110 01100101 00101110

En d’autres mots (nombres?), à la semaine prochaine.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier