Un siècle d’avance : portrait de l’évolution du bâton de hockey depuis 1920

Share
5 m
Médias
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada
Les Falcons de Winnipeg, gagnants des Championnats mondiaux de hockey lors des VIIe Jeux olympiques d’Anvers, le 26 avril 1920.

Il y a aujourd’hui un siècle, le Canada remportait sa première médaille d’or olympique au hockey.

Le 26 avril 1920, les Falcons de Winnipeg, qui représentaient le Canada, ont remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques d’été, à Anvers, en Belgique. Ce tournoi de hockey était le premier à se dérouler pendant des Jeux olympiques, et le seul à se tenir pendant les jeux d’été. Un tournoi de hockey s’est tenu lors des tous premiers Jeux olympiques d’hiver, en 1924, et depuis, le hockey a toujours fait partie du programme. 

Fondés en 1911, les Falcons de Winnipeg comptaient presque exclusivement des joueurs islandais refusés par les autres équipes de Winnipeg en raison de préjugés ethniques. Les Flacons tirent leur nom du faucon (« falcon », en anglais), symbole aviaire de l’Islande.

En 1920, l’équipe s’est vu introniser au Temple de la renommée du hockey du Manitoba dans la catégorie équipe.

(La vidéo s’ouvre sur un vestiaire pour hommes. Un groupe de hockeyeurs en uniforme attendent, assis en silence. Leur entraîneur se lève et se met à leur parler.)

« C’était pas toujours facile pour les jeunes Islandais… qui ont grandi avenue Sargent et dont personne ne voulait. Mais le hockey était notre jeu. »

(La vidéo montre plusieurs jeunes hommes qui discutent d’une nouvelle équipe.)

« On va aller se battre, George? »

« Seulement si Connie s’enrôle aussi! »

(L’entraîneur reprend.)

« Quand la guerre a commencé…, ça a mis fin à l’équipe. On avait besoin de nous, et on s’est battus. Ça nous a coûté cher. J’aime mieux pas penser… au coût total.

Mais je sais une chose : pour ce qui est de se battre, on est là. Pas vrai? Et on est capables de gagner ce match. Pour nous… Pour le Canada. Pour nos frères de l’avenue Sargent! »

(Les hockeyeurs sourient et se lèvent. Un à un, ils quittent le vestiaire. Le dernier se retourne et salue avant de sortir.)

NARRATEUR : Les Falcons de Winnipeg se sont battus pour le Canada pendant la Première Guerre mondiale. Deux membres de l’équipe sont morts au combat. À son retour, le reste de l’équipe a gagné la toute première médaille d’or de hockey olympique.

Évolution du jeu

Image prise au niveau de la glace et montrant une mise en échec. On y voit les bas blancs et la culotte bleu foncé de l’un des joueurs, ainsi qu’un bâton avancé vers la rondelle.

La passion que suscite le hockey au Canada ne date pas d’hier, loin de là, mais le jeu a beaucoup changé avec la technologie. C’est le cas du bâton, par exemple.

Dans les années 1920, le frêne était le matériau de prédilection pour les bâtons de hockey. Ce bois était très résistant, mais aussi extrêmement lourd. À cette époque, les bâtons n’étaient pas incurvés. La lame était insérée dans une cavité du manche et retenue par de la colle.

Dans les années 1950, on enveloppait les lames de bois dans de la fibre de verre. Elles étaient ainsi plus économiques, plus légères et plus résistantes. Les bâtons d’aluminium ont fait leur entrée dans les années 1980 et ont reçu l’approbation de la LNH en 1981.

Un panneau d’exposition du Musée des sciences et de la technologie du Canada montrant deux hockeyeurs professionnels. En très gros caractères, on peut lire : « Les bâtons de hockey s’affrontent! Quels matériaux les hockeyeurs professionnels choisissent-ils? »

La collection du Musée des sciences et de la technologie du Canada comprend des bâtons de hockey en fibre de carbone qui ont servi aux anciens Sénateurs d’Ottawa Erik Karlsson et Daniel Alfredsson.

L’arrivée de la fibre de carbone dans les années 1990 a révolutionné les bâtons de hockey. La première lame en composite est apparue en 1995 et domine encore de nos jours sur la glace. 

Au Musée des sciences et de la technologie du Canada, l’exposition Retour aux re-sources explore la façon dont nous transformons les ressources naturelles pour satisfaire nos besoins et nos désirs, ainsi que l’incidence de nos gestes sur ce qui nous entoure. Deux bâtons de hockey en fibre de carbone des super étoiles de la LNH Erik Karlsson et Daniel Alfredsson font partie de l’exposition. De nos jours, les joueurs de la LNH se servent de bâtons en fibre de carbone, qui sont à la fois légers, résistants et flexibles. 

Auteur(s)
Profile picture for user Sonia Mendes
Sonia Mendes

Sonia Mendes est la rédactrice/réviseure anglophone pour Ingenium. Elle adore fouiller en coulisse pour raconter les histoires cocasses et colorées de la vie au musée ainsi que tout ce qui touche la science et l’innovation.