Ses parents trouvent qu’elle fait un métier passionnant, mais ils aimeraient qu’elle se marie : Frances Marian « Poppy » Northcutt à la NASA et au-delà

Catégories
Médias
Frances Marian « Poppy » Northcutt dans une des expositions sur l’espace du Palais de la Découverte, un centre des sciences à Paris, France, pas au Texas. Anon., « Astronautique – ‘Poppy’ à Paris. » Aviation Magazine International, 15 au 31 mars 1970, 42.

Salut, ami(e) lectrice ou lecteur, et comment vont les choses dans votre coin de ce corps planétaire plat, désolé, circulaire que nous appelons la Terre – ce qui est assez amusant étant donné que la majeure partie de la Terre est faite de roche, dont une grande partie est en fusion, mais je digresse.

La péroration d’aujourd’hui vous est présentée par le numéro du 15 au 31 mars 1970 de Aviation Magazine international, un magazine bimensuel français que votre humble serviteur a découvert vers… 1970, quand j’étais à peine dans mon adolescence – et que j’avais beaucoup de cheveux courts sur ma caboche.

L’article de cette publication très intéressante qui a déclenché cet article tout aussi intéressant de notre blogue / bulletin / machin traite, très brièvement, d’un séjour fait en Europe et, plus précisément, à Paris, France, par une charmante ambassadrice du programme spatial américain, Frances Marian « Poppy » Northcutt. Et oui, ce numéro de notre blogue / bulletin / machin concerne principalement un individu, et non un véhicule étrange. Désolé.

Votre humble serviteur est également désolé de ne pas vous enchanter avec beaucoup de mots sur l’histoire du Palais de la Découverte, un centre de sciences épatant situé à Paris, mais revenons à notre histoire.

Northcutt est née en août 1943 – et oui, je sais que ce n’est pas poli de divulguer l’âge d’une dame. Le chat est sorti du sac. Je ne suis pas un gentil Homo sapiens.

Northcutt, dis-je, est née en août 1943, aux États-Unis.

J’entends (lis?) que le frère de Northcutt est à ce point impressionné par sa taille qu’il la surnomme « Poppy » après le personnage principal d’un livre pour enfants de 1934 intitulé Poppy: The Adventures of a Fairy. La Poppy en question est une fée de 10 centimètres (4 pouces) de haut qui vit toutes sortes d’aventures alors qu’elle demeure avec une famille humaine.

À 12 ans, une Northcutt bien rousselée demande à ses parents de contacter les autorités locales afin que son nom légal puisse être changé, de Frances à Poppy. Sa mère lui fait remarquer que, au moment où elle serait grande, le surnom ne serait plus utilisé – et que ses taches de rousseur auraient disparu. La mère n’est pas la meilleure juge, dans l’un et l’autre des cas.

Avec une assez petite minorité d’Américaines et d’Américains de sa génération, en particulier les femmes, Northcutt va à l’université, en 1961, plus précisément à la University of Texas. Au départ, elle veut devenir spécialiste en anglais. Consciente que ces personnes ont du mal à trouver un emploi et ne voulant pas être une poétesse affamée, Northcutt se tourne vers les mathématiques.

Pourquoi les mathématiques, vous demandez-vous, ami(e) lectrice ou lecteur peu confortable avec les nombres? Et bien, pour une chose, Northcutt sait que ce champ est, pour être franc, un domaine masculin. En d’autres termes, bien rémunéré. Cela étant dit, elle reconnaît facilement que les enseignants du département d’anglais sont collectivement bien meilleurs que ceux du département de mathématiques.

Après avoir obtenu son diplôme, Northcutt se joint au personnel de TRW Systems Group Incorporated, une division de TRW Incorporated, une entreprise aérospatiale qui fait des affaires, de l’analyse des trajectoires des vaisseaux spatiaux Apollo je crois, avec la National Aeronautics and Space Administration (NASA), une organisation que nous connaissons toutes et tous les 2 mentionnée dans de nombreux numéros de notre blogue / bulletin / machin depuis mars 2018.

Pour être plus précis, le travail que Northcutt accomplit à partir de 1965 est celui de calculatrice – une profession exclusivement féminine. En d’autres termes, elle effectue des calculs sur la base du travail des ingénieurs, qui se trouvent être tous masculins. Veuillez vous rappeler que la plupart de ces travaux sont effectués à l’aide d’un crayon et / ou, peut-être, d’une machine à additionner. Oh joie. Oh oui, et vive la patriarchie!

Désireuse de donner un sens aux travaux / calculs fastidieux qu’elle fait jour après jour, Northcutt ramène une partie du dit travail à la maison et commence à se pencher dessus. Elle commence rapidement à poser des questions. Sa curiosité et sa détermination impressionnent son superviseur qui harcèle ses supérieurs de TRW Systems Group à un point tel que, après 6 mois au travail, la direction de la firme fait de Northcutt un membre de l’équipe technique / d’ingénierie travaillant sur son projet avec la NASA. Croiriez-vous que Northcutt a été le premier être humain féminin à faire partie d’une équipe technique / d’ingénierie liée à la NASA?

Le problème avec cette promotion est que la différence de rémunération entre le rôle de calculatrice entièrement féminine et le rôle d’ingénieur entièrement masculin est d’une telle ampleur que TRW Systems Group n’a pas de directive / ligne directrice / politique pour approuver sa promotion. Si je peux me permettre ce commentaire, imaginez être une sœur / nonne, et une nouvelle à cela, qui se voit offrir un emploi d’évêque. La direction de la firme ne sait pas trop quoi faire. Elle n’est pas non plus trop ravie à l’idée d’augmenter considérablement le salaire de Northcutt. Cependant, son superviseur ne laisse pas ses supérieurs décrocher. La solution de la firme consiste à accorder à Northcutt toute une série d’augmentations de salaire aussi rapidement que possible. Les gens du bureau de paye doivent être teeeellement contents, mais je digresse.

Bien que très satisfaite de sa chance, Northcutt se rend compte comme jamais auparavant de l’énormité de l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes dans le monde industrialisé. Elle a de la chance et le sait.

Entre-temps, Northcutt est affectée à l’équipe de planification et d’analyse de mission de la NASA, dont le local se trouve dans le même couloir que le principal Mission Control Center au Manned Spacecraft Center, l’ancêtre de l’actuel Johnson Space Center. On pourrait dire que TRW Systems Group la prête à la NASA. Croiriez-vous que Northcutt est le premier être humain féminin directement impliqué dans les activités quotidiennes du dit Mission Control Center? Mieux encore, croiriez-vous que le susmentionné Manned Spacecraft Center est mentionné dans des numéros de juin et juillet 2019 de notre... Oh, vous le saviez. Désolé.

La présence de Northcutt au Manned Spacecraft Center ne passe pas inaperçue. La langue parlée (criée?) par les membres de l’équipe de planification et d’analyse de mission perd rapidement beaucoup de, disons, couleur, par exemple. De plus, malheureusement, Northcutt doit supporter de la @ $? *) que personne ne devrait avoir à supporter. Croiriez-vous qu’un ou quelques enfoiré(s) de la NASA a / ont la brillante idée de cacher une caméra vidéo pointée sur son poste de travail? Elle est espionnée pendant des semaines, voire des mois. Northcutt note également que, alors qu’elle conduit une vieille Volkswagen pour se rendre à son appartement à une chambre, ses collègues conduisent des automobiles coûteuses pour se rendre dans leurs maisons à plusieurs chambres. C’est manifestement injuste. Elle est, après tout, aussi intelligente que n’importe lequel de ces yoyos – et probablement plus intelligente que plusieurs d’entre eux.

Comme nous le savons toutes et tous les 2, ami(e) lectrice ou lecteur, Northcutt n’est pas la seule femme à devoir supporter de la @ $? *) que personne ne devrait avoir à supporter, et la NASA n’est pas le seul endroit où ce type de situation se produit. La discrimination fondée sur l’âge, le handicap, la langue, la mobilité, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, la race, la religion, le sexe, etc. est endémique à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Elle est encore endémique un demi-siècle plus tard. Homo sapiens est un foutu numéro, n’est-ce pas? Désolé.

Au début des années 1970, Northcutt affirme qu’elle est maintenant bien acceptée. Votre humble serviteur n’a aucun moyen de savoir si c’est vrai ou non.

Northcutt est une des personnes impliquées dans le calcul de la trajectoire suivie par le vaisseau spatial Apollo 8 lorsque son équipage vole vers la Lune et retourne sur Terre, en décembre 1968 – une étape cruciale vers la mission lunaire de Apollo 11 en 1969. Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur, envoyer 3 êtres humains sur la Lune et les ramener en toute sécurité est incroyablement compliqué. Comparé à cela, déterminer combien d’anges peuvent danser ou se tenir sur la pointe d’une aiguille, ou la tête d’une épingle, est un jeu d’enfant.

La réponse est 42.

Alors qu’elle parcoure les données, Northcutt pose des questions qui conduisent à la découverte d’au moins une erreur potentielle et / ou réelle. Le commandant de Apollo 8, Frank Frederick Borman II, reconnaît publiquement la contribution de Northcutt à son retour en toute sécurité dans un certain nombre de conférences de presse.

Et oui, Apollo 8 et Apollo 11 sont respectivement mentionnées dans des numéros de mai et juillet 2019 de notre blogue / bulletin / machin, et dans de nombreux numéros de cette même publication étonnante depuis mai 2019.

Northcutt doit apparemment apprendre à fumer un cigare lorsque ses collègues de la NASA célèbrent l’amerrissage réussi de chaque mission Apollo.

Il va sans dire que Northcutt participe à la susmentionnée mission Apollo 11, en juillet 1969.

Northcutt compte également parmi les innombrables personnes qui ramènent l’équipage de Apollo 13 sur Terre indemne en avril 1970 – une mission mentionnée dans des numéros de juin et juillet 2019 de notre vous savez quoi. Elle compte parmi les personnes impliquées dans la rédaction du programme informatique qui ramène les 3 astronautes à la maison.

Si la présence de Northcutt ne passe pas inaperçue au sein du Manned Spacecraft Center, elle est également remarquée par de nombreux médias aux États-Unis et dans d’autres pays. On pourrait dire que la reconnaissance gracieuse de Borman pour son rôle dans sa survie et celle de ses camarades est à blâmer. L’article de mars 1970 de Aviation Magazine international qui a attiré l’attention de mon œil baladeur est un exemple de cet intérêt. Il y a également des articles dans des magazines ouest-allemands et italiens (d’intérêt général?). Croiriez-vous que Northcutt est mentionnée dans un numéro de 1969 du Illustrated Weekly of Pakistan?

Northcutt passe à la télévision mexicaine, à la station de Ciudad de México exploitée par Televisión Independiente de México. Un radio télédiffuseur d’état d’un pays tout aussi éloigné des États-Unis, la Canadian Broadcasting Corporation, est également intrigué par Northcutt. Celle-ci passe en entrevue en 1969. Un lien vers cette interview en anglais peut être trouvé à

Les gens qui lisent au sujet de Northcutt ou la voient à la télévision apprennent qu’elle préfère le vin à la bière ou au bourbon. (Je préfère la bière. La bonne bière.) La grande (1.765 mètre (5 pieds 9.5 pouces)) et jolie jeune femme aux yeux bleus « avec de longs cheveux dorés et un visage souriant parsemé de taches de rousseur amicales, » leurs mots, pas les miens, en traduction, aime skier, nager, naviguer et danser. Au début des années 1970, par exemple, lors du voyage en Europe mentionné dans Aviation Magazine international, Northcutt skie dans les Alpes. À l’époque, elle suit au moins un cours (par correspondance?) offert par la University of Texas. Northcutt suit également des cours de français.

Les parents de Northcutt trouvent qu’elle fait un métier passionnant, mais ils aimeraient qu’elle se marie. Elle n’a alors pas l’intention de le faire. De fait, Northcutt ne s’est jamais mariée, pour autant que votre humble serviteur le sache.

Soit dit en passant, croiriez-vous que l’employeur de Northcutt, TRW Systems Group, publie une annonce dont le titre, une fois traduit, est « Poppy Northcutt de TRW continue de ramener des astronautes à la maison? » Subtil, n’est-ce pas? Cette annonce honore les pages de presque tous les magazines nationaux américains. Et oui, davantage de journalistes viennent probablement frapper à la porte de Northcutt en voyant ce petit bijou.

Quelques mots publiés en avril 1970 par un journal américain qui restera sans nom ne sont pas aussi subtils.

Une ancienne concurrente de concours de beauté dont le nom est lié de manière romantique avec l’astronaute John [Leonard] Swigert Junior a joué un rôle clé dans le retour de l’équipage de Apollo 13 chez lui en toute sécurité. […] Poppy Northcutt, célibataire de 26 ans, une grande mathématicienne blonde séduisante, était la seule femme travaillant à l’intérieur du Mission Control Center pendant l’urgence de Apollo 13.

Northcutt est une « fille populaire aimant s’amuser» qui « portait des lunettes, mais qui est passée aux lentilles / verres de contact. Elle décolore également ses cheveux. »

Un autre journaliste termine un article sur Northcutt en déclarant qu’elle a de superbes jambes. Je ne plaisante pas.

Pourquoi ce visage perplexe, ami(e) lectrice ou lecteur? Vous souhaitez savoir à quel concours de beauté Northcutt participe? Sérieusement? Et bien, cette compétition est le University of Texas’ Ten Most Beautiful Contest. Je pense.

Seriez-vous surpris(e), ami(e) lectrice ou lecteur blasé(e), si je vous disais que Northcutt est inondée par du courrier de fans? Cela étant dit (tapé?), certaines des lettres qu’elle reçoit sont un peu bizarres. Une personne demande si Northcutt peut l’aider à obtenir un visa. Une autre personne demande si elle peut lui envoyer de l’argent. Encore une autre personne demande si « Poppy » Northcutt existe vraiment.

Si je peux me permettre un peu de démystification à ce stade de notre histoire, le commandant de la mission Apollo 17 ne nomme pas un petit cratère situé près du site d’atterrissage du Lunar Module / Lunar Excursion Module d’après Northcutt, et… Non, Eugene Andrew « Gene » Cernan ne baptise pas officieusement / informellement le dit cratère Northcutt. Il le nomme Poppie, d’après le sobriquet que sa fille de 9 ans, Tracy Dawn « Punk » Cernan, donne à un de ses grands-pères. Cependant, quelqu’un à la NASA fait une gaffe et utilise l’orthographe Poppy dans des documents imprimés à l’époque. Maintenant que votre humble serviteur y pense, le gaffeur en question pense peut-être que Cernan honore Northcutt en donnant son nom à un cratère. Après tout, Cernan baptise officieusement / informellement un autre petit cratère Punk.

Vous vous souviendrez que Northcutt sait à quel point elle et toutes les autres femmes de la NASA, de TRW Systems Group et d’ailleurs sont traitées injustement. Alors qu’elle travaille pour TRW Systems Group, elle siège au comité d’action positive de la firme. Northcutt fait pression pour améliorer les politiques de congé de maternité, par exemple. Elle déclare également, tout à fait publiquement à première vue, qu’elle est disposée à poursuivre le gouvernement américain si des femmes ayant soumis une demande se voient refuser la possibilité de devenir astronaute.

À partir de l’été 1970, Northcutt s’implique de plus en plus dans les activités de la National Organization for Women (NOW), une organisation très connue qui défend / plaide pour l’égalité d’accès, de droits et de rémunération pour les femmes aux États-Unis. Au début des années 1970, Northcutt aide à organiser des manifestations et des grèves, à rédiger des communiqués de presse et des discours, et tout ce qu’elle peut trouver le temps de faire. Participante à la Women’s Strike for Equality d’août 1970, elle siège au conseil d’administration de NOW en 1971.

À un moment donné, Northcutt quitte son poste de travail à la NASA et retourne à son poste de travail au TRW Systems Group. Elle sait que la NASA réduit son personnel alors que le programme Apollo s’achève et conclut avec une certaine tristesse que les missions sur Mars qu’elle a rêvé d’aider n’auront pas lieu de sitôt. Northcutt ne reste pas longtemps avec TRW Systems Group. Elle va chez Merrill Lynch, Pierce, Fenner & Smith Incorporated, une société de courtage en valeurs mobilières de renommée mondiale, où elle passe environ un an. Insatisfaite de ce nouveau choix de carrière, Northcutt passe un certain temps dans une quelconque division de TRW, aidant à programmer des ordinateurs qui contrôlent des systèmes d’alimentation électrique dans des pays étrangers.

Le maire de Houston, James Fred Hofheinz je crois, est tellement impressionné par les efforts de Northcutt en faveur des femmes qu’il en fait la première défenderesse des femmes de la ville, en 1974. Elle parvient à obtenir l’approbation de diverses mesures qui améliorent le statut des femmes. Northcutt est fortement impliquée dans des décisions prises par les Houston Police Department et Houston Fire Department d’accepter des femmes comme officiers de police et pompières. Elle joue un rôle clé dans des efforts visant à augmenter considérablement le nombre de femmes au sein des commissions et conseils nommés à Houston et / ou au Texas. Northcutt joue également un rôle crucial dans l’adoption d’une loi à la Texas Legislature qui interdit aux hôpitaux de cet état de facturer les femmes qui s’y rendent pour obtenir une trousse après viol. J’admets volontiers que ma mâchoire a frappé le sol lorsque j’ai rencontré cette information.

De plus en plus indignée par le traitement injuste que les femmes subissent quotidiennement, Northcutt suit des cours du soir à la faculté de droit de la University of Houston. Elle obtient son diplôme en 1984. Northcutt est diplômée summa cum laude. L’avocate pénale nouvellement créée se spécialise dans les affaires liées aux droits civils, à la violence domestique et aux droits reproductifs. À un moment donné, Northcutt travaille pour Jane’s Due Process, une organisation à but non lucratif du Texas qui cherche à aider et protéger les jeunes femmes enceintes. Elle est également la première procureure de l’unité de lutte contre la violence familiale du bureau du procureur du comté de Harris, où Houston se trouve, poste qu’elle occupe pendant 5 ans avant de se lancer en pratique privée.

Vous serez peut-être heureuse / heureux d’apprendre (lire?) que Northcutt est présidente de Texas NOW au début de 2020. Puisse-t-elle vivre longtemps et prospérer.

Prenez soin de vous, ami(e) lectrice ou lecteur.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier