Opération-Mystère, une série télévisée qui répond aux goûts de la génération des spoutniks et des soucoupes volantes

Médias
Quelques actrices et acteurs ayant contribué au succès de la série télévisée de science-fiction québécoise Opération-Mystère, 1958. De gauche à droite, Luce Guilbeault, Marcel Cabay, Georges Groulx, Louise Marleau et Hervé Brousseau. Société Radio-Canada.

Bien le bonjour, et… Qu’entends-je? Vous voulez connaître les noms des personnages joués par les actrices et acteurs visibles dans la photographie ci-dessus? N’ais-je pas droit à un petit bonjour? Soupir. Sachez donc, ami(e) lectrice ou lecteur un peu trop enthousiaste, que les dites actrices et acteurs jouent les personnages suivants dans la série télévisée de science-fiction québécoise Opération-Mystère :
- Luce Guilbeault, Cellamare, une extraterrestre,
- Marcel Cabay, le professeur Narthon et Arsène, 2 Terriens méchant et gentil,
- Georges Groulx, Tanar, un extraterrestre,
- Louise Marleau, Luce Falardeau, une Terrienne et la jeune héroïne de la série, et
- Hervé Brousseau, Luc Falardeau, un Terrien et le jeune héros de la série.

Vous avez une autre question? Soupir au carré. La première de cette série a-t-elle lieu en décembre 1959? Euh, non. Avant que vous me demandiez si le dernier épisode de Opération-Mystère passe en ondes en décembre 1959, permettez-moi de souligner que votre humble serviteur s’offre un petit cadeau de Noël en plaçant en ligne un article sur cette série télévisée en ce mois de décembre 2019. J’avais promis, dans un numéro de septembre 2018 de notre blogue / bulletin / machin, de préparer un texte sur la dite série, ne l’oubliez pas. Je disais, dans un numéro d’octobre 2019 de cette même publication, songer à la possibilité de me pencher sur l’idée de rédiger un article sur Opération-Mystère, mais pas en 2019, dites-vous? Oh. Et bien, votre humble serviteur a simplement changé d’idée. Poursuivez-moi.

Aussi méconnue / oubliée qu’elle soit en 2019, Opération-Mystère occupe une position honorable dans le panthéon de la science-fiction télévisée québécoise / canadienne. Il s’agit en effet de la première série du genre en langue française en Amérique du Nord, sinon dans le monde. Le radio télédiffuseur d’état canadien, la Société Radio-Canada, mentionné à plusieurs reprises dans des numéros de notre blogue / bulletin / machin depuis septembre 2018, peut en être fier.

Les prémisses de Opération-Mystère sont simples. Un sinistre scientifique, le professeur Narthon, complote avec le gouvernement martien pour détruire la Terre. Deux jeunes sœur et frère, Luce et Luc Falardeau, ont vent de l’affaire et tente de l’en empêcher – avec l’aide d’un gentil robot, Oscar. Soit dit en passant, l’acteur qui tient le rôle du dit robot ne nous est pas étranger. Il s’agit en effet d’un Québécois parfaitement bilingue d’origine africaine et portugaise, Percy Rodriguez, peut-être (?) né José Rodrigues, mentionné dans un numéro d’octobre 2019 de notre blogue / bulletin / machin.

Croiriez-vous qu’un autre robot porte le nom fort poétique de… 3.1416 – la valeur approximative du nombre pi? Mieux encore, pour accéder au laboratoire secret du professeur Narthon, il faut savoir que son entrée se trouve dans le tronc d’un gros arbre.

Vous vous souviendrez, ami(e) lectrice ou lecteur, qu’un numéro de notre blogue / bulletin / machin publié en octobre 2017 est intitulé Un court épisode dans la vie de « Pi. » Le « Pi » en question est le pionnier américain de l’hélicoptère Frank Nicholas « Pi » Piasecki.

Une idée me vient et non, on ne se précipite pas vers la sortie la plus proche, c’est très impoli. Une idée me vient, dis-je. Ne serait-il pas intéressant de créer une exposition temporaire itinérante / virtuelle sur les savants fous / super vilains, ou celles et ceux jugé(e)s comme tel(le)s, qui examinerait pourquoi de nombreuses personnes en sont venues à penser que des / les scientifiques, voire même la science, en partie ou en totalité, sont des ennemis (potentiels?) de l’humanité ? Victor Frankenstein, le antihéros du célèbre roman gothique / d’horreur / de science-fiction Frankenstein; ou, le Prométhée moderne, publié anonymement en janvier 1818, en anglais, par Mary Wollstonecraft Shelley, peut fort bien être l’archétype de ce type de personnage pour le moins fascinant. Je vous dis ça comme ça, moi.

Saviez-vous que chacun des épisodes de 30 minutes de Opération-Mystère est filmé en direct, tout comme ceux de Kosmos 2001, la seconde série télévisée de science-fiction en langue française en Amérique du Nord, sinon dans le monde, et une série mentionnée dans un numéro d’octobre 2019 issue of notre blogue / bulletin / machin, avec tous les risques qu’un tel travail sans filet peut comporter, et ce tant pour les actrices et acteurs que pour le personnel technique qui travaille derrière les caméras?

Permettez-moi de mentionner, par exemple, les modèles réduits de soucoupe volante tirés par des fils, parfois bien visibles, qui se déplacent tant bien que mal dans un ciel nocturne créé en studio.

Cela étant dit (tapé?), le jeune public de l’émission semble fasciné par le récit imaginé par le scénariste de Opération-Mystère, Léon Dewine / Dewinn / Dewinne. Une preuve évidente de la popularité de cette série télévisée tient au fait que, dans des ruelles de Montréal et ailleurs au Québec, des enfants recréent / imaginent des histoires basées sur elle.

Croiriez-vous que la première de Opération-Mystère, fin juin 1957, donne peut-être / apparemment lieu à une mini panique similaire à celle qui entoure la diffusion, fin octobre 1938, d’un des spectacles de Halloween les plus étonnants et effrayants qui soit, par un brillant jeune Américain, George Orson Welles, avec l’aide de son équipe du Mercury Theater, à savoir une version modernisée du magistral roman scientifique datant de 1898 de l’auteur britannique Herbert George Wells, probablement son œuvre la plus célèbre, La guerre des mondes. La direction de la station de télévision CBFT de la Société Radio-Canada n’est pas amusée. Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur, ceci est une longue phrase.

Comme nous le savons toutes et tous les 2, le spectacle de Welles est mentionné dans un numéro de juillet 2019 de notre blogue / bulletin / machin. Wells et La guerre des mondes, quant à lui et elle, sont mentionné(e)s dans quelques numéros de cette même publication connue mondialement, si, si, mondialement, et ce depuis novembre 2018.

Un détail intéressant si vous me le permettez. L’indicatif musical de Opération-Mystère a pour titre Man from Mars. Cette œuvre musicale datant de 1956 compte parmi les nombreuses créations de Ferrante & Teicher, nés Arthur Ferrante et Louis Teicher, un duo de pianistes américains bien connu actif de la fin des années 1940 à la fin des années 1980, mais je digresse.

Le dernier épisode de Opération-Mystère passe en ondes à une date somme toute indéterminée. Votre humble serviteur ne connaît par ailleurs pas le nombre exact d’épisodes (80?). En effet, les horaires de télévision parus dans le magazine La semaine à Radio-Canada laissent entendre que Opération-Mystère passe à l’antenne
- de juin 1957 à juin 1958,
- de septembre 1958 à juin 1959,
- d’avril à juin 1959, et
- de novembre 1960 à mai 1961.

Quoiqu’il en soit, je présume que le sinistre professeur Narthon et ses alliés martiens ne parviennent pas à détruire la Terre – à moins bien sûr que la Terre en question existe dans un univers parallèle au nôtre. Expert(e) en science-fiction et en physique / cosmologie comme vous l’êtes, ami(e) lectrice ou lecteur, vous savez évidemment tout ce qu’il y a à savoir sur le multivers. Allez, allez, je vous écoute. Et non, le multivers n’a rien à voir avec les lombrics, ou vers de terre. La théorie des univers multiples, dites-vous, suppose que notre univers coexiste avec un nombre infini d’univers de plus en plus différents les uns des autres, et inaccessibles entre eux. Fort bien. Vous avez droit à une étoile dorée.

Si je peux me permettre une digression, pour la 1 357ème ou 1 359ème fois, à moins que ce ne soit la 1 355ème fois, j’oublie, je suis vieux, les 5 actrices et acteurs visibles sur la photographie au tout début de cet article continuent à faire carrière dans les domaines du théâtre et / ou de la télévision après le passage en ondes du dernier épisode de Opération-Mystère :
- Luce Guilbeault est actrice et réalisatrice,
- Marcel Cabay est acteur et scénariste,
- Georges Groulx est acteur,
- Louise Marleau est actrice, et
- Hervé Brousseau est acteur, animateur à la télévision et chanteur.
C’est avec regret que je me dois de souligner que seule Marleau est encore parmi nous en 2019.

D’autres actrices et acteurs québécois bien connu(e)s font partie de la distribution de Opération-Mystère. Qu’il me soit permis de mentionner
- Yvette Brind’Amour, actrice,
- Yvon Dufour, acteur,
- Pierre Dufresne, acteur,
- Hélène Loiselle, actrice,
- Gérard Poirier, acteur et metteur en scène, et
- Claude Préfontaine, acteur.
C’est de nouveau avec regret que je me dois de souligner que seul Poirier est encore parmi nous en 2019.

Votre humble serviteur n’ayant rien d’autre à ajouter sur Opération-Mystère, je vous souhaite bon vent et bonne semaine.

Et non, je n’ai pas mentionné l’irremplaçable collection du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa, Ontario, dans cet article. Désolé, patronne. Désolé, EG. Désolé, EP.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier