Il leur donna le pain du ciel à manger : Quelques mots sur l'opération Manna et l'opération Chowdown, avril-mai 1945

Share
Médias
Personnel au sol chargeant des approvisionnements dans la soute à bombes d'un Avro Lancaster du 514e escadron de la Royal Air Force au cours de l'opération Manna, le largage de nourriture à la population néerlandaise affamée. Wikimedia Commons

Pendant les semaines qui suivent le débarquement allié en Normandie, en juin 1944, de vastes pans d'Europe occidentale sont libérés de l'occupation allemande, y compris une petite partie des Pays-Bas. Dans le reste du pays, où vit la grande majorité de sa population, on espère que les souffrances aux mains d'un ennemi cruel cesseront bientôt.

En septembre, dans l’espoir d’aider les Alliés à poursuivre leur offensive et d’accélérer la libération des Pays-Bas, le gouvernement en exil basé à Londres prend les ondes, demandant aux cheminots de ne pas aller travailler. C'est précisément ce que des milliers d'entre eux font, jusqu'en mai 1945 et la reddition inconditionnelle de l'ennemi. Face à la nécessité de déplacer rapidement des troupes, du matériel et des fournitures sur la ligne de front, les autorités d'occupation doivent faire venir des cheminots d'Allemagne. Furieux de la grève, elles imposent un embargo sur la livraison de nourriture et de carburant, vraisemblablement du charbon, aux régions des Pays-Bas sous leur contrôle.

Même si cette dure mesure est partiellement levée en novembre 1944, ce qui conduit à des livraisons de nourriture limitées par le biais des nombreux canaux aux Pays-Bas, le temps s'avère tellement plus froid que d'habitude que les canaux commencent rapidement à geler. Les livraisons de nourriture diminuent. Ils s’arrêtent presque dans certaines zones au début de 1945. Pour aggraver les choses, l'armée allemande détruit de nombreux ponts et quais pour inonder la campagne afin d'entraver l'avancée des troupes alliées. Pour couronner le tout, les pilotes alliés attaquent chaque péniche qu'ils voient, de peur qu'elle ne transporte des renforts allemands.

Au début de l'hiver 1944-45, quelques millions de civils dans les régions occupées des Pays-Bas sont laissés à eux-mêmes, confrontés à une tempête parfaite, et la température continue de baisser. Si les habitants des campagnes souffrent, ils peuvent compter sur les produits de leur terre pour survivre. Les ressources alimentaires commencent cependant  à manquer dans toutes les villes. Une ration alimentaire typique, fournie par des soupes populaires, ne comprennent finalement que du pain et des pommes de terre. Les gens commencent à déterrer des bulbes de tulipes et à les manger. D'autres mangent les animaux domestiques de la famille. Même les marchands au noir ne peuvent plus trouver de vivres. Les villes néerlandaises se transforment lentement en enfers glacés.

Entre septembre 1944 et mai 1945, jusqu'à 22 000 personnes décèdent des suites de la famine provoquée par les forces d'occupation allemandes.

Alors que cette tragédie se déroule, les forces alliées forcent progressivement les forces armées allemandes à quitter les territoires qu'elles occupent depuis 1940-41. Les forces soviétiques se déplacent vers l'ouest tandis que les forces anglo-américaines, qui comprennent de nombreux Canadiens, se déplacent vers l'est.

En janvier 1945, la reine Wilhelmina, alors en exil à Londres, fait appel au président des États-Unis au nom de son peuple. Franklin Delano Roosevelt, de plus en plus malade, répond à sa lettre en mars, indiquant que le commandant suprême de toutes les forces alliées en Europe, le général Dwight David Eisenhower, examinerait ce qui peut être fait pour aider. Le 12 avril, jour de la mort de Roosevelt, la reine Wilhelmine n'a toujours pas entendu de nouvelles.

Eisenhower obtient éventuellement le feu vert pour entamer des discussions avec les forces d'occupation allemandes concernant la possibilité d'une trêve qui permettrait la livraison de nourriture aux Néerlandais.

La première réunion a lieu le 28 avril 1945, à Achterveld. L’un des officiers alliés de haut rang présents est le général canadien Charles Foulkes.  Dès le premier jour, tout le monde convient que la seule façon d'apporter de la nourriture aux Néerlandais en quantité suffisante est d'utiliser des avions des forces aériennes de l’armée américaine, ou United States Army Air Forces (USAAF), et des forces aériennes du Commonwealth. Pour une raison ou une autre, cette mission unique est assignée à un certain nombre d'escadrons de bombardement, et non à des escadrons de transport.

Reconnaissant la nécessité d'une action rapide, Eisenhower approuve le début de cette mission humanitaire unique avant que les autorités d'occupation allemandes n'acceptent officiellement de laisser les avions alliés survoler les Pays-Bas. Cet accord officiel intervient début mai.

Les aspects Commonwealth et USAAF de cette mission, connus sous le nom d'Opération Manna et d'Opération Chowdown, commencent le 29 avril et le 1er mai 1945. C’est toute une expérience pour les équipages, dont certains comprennent des Canadiens. Leur altitude de croisière habituelle lors des sorties de bombardiers varie entre 4 500 et 6 000 mètres. Cette fois-ci, leurs avions survolent le territoire ennemi à 60 à 120 mètres au-dessus du sol, à basse vitesse et en plein jour, sur un nombre limité de routes dont les Allemands ont été informés, et sans une seule cartouche. Les équipages sont des proies faciles. Ils ne peuvent qu'espérer que l'ennemi tiendra sa part du marché.

Une image en noir et blanc représente un groupe d'hommes debout sous un Avro Lancaster de la Royal Air Force; ils chargent des sacs d’approvisionnements en tissu dans la soute à bombes. Wikimedia Commons

Personnel au sol chargeant des approvisionnements dans la soute à bombes d'un Avro Lancaster du 514e escadron de la Royal Air Force au cours de l'opération Manna, le largage de nourriture à la population néerlandaise affamée.

 

Le 29 avril, deux Avro Lancaster font leur largage avant le décollage de la formation principale, pour voir ce que les Allemands feraient. Voir les canons de canons anti-aériens pivoter pour garder les avions dans leur champ de vision est plutôt énervant, mais aucun coup de feu n'est tiré. L'Opération Manna est lancée.

De fait, des émissions de radio diffusées par le service en néerlandais de la British Broadcasting Corporation informé les autorités néerlandaises et la population sur le terrain de ce qui est été prévu pour les aider.

Une image en noir et blanc représente des colis de nourriture tombant d'un avion volant à basse altitude; des gens courent vers la cargaison qui tombe.  Wikimedia Commons

Un Avro Lancaster remonte après avoir largué de la nourriture aux civils en dessous.

 

Lorsque la principale formation de bombardiers arrive dans leurs zones de largage, volant bas et lentement pour minimiser le risque d'éclatement des sacs de nourriture qu'ils transportent lorsqu'ils heurtent le sol, de nombreux civils les attendent, agitant des draps blancs et s'époumonent. Oubliant le danger, certaines personnes courent vers les sacs de nourriture par terre alors que le largage se poursuit. Ce comportement, suffisamment compréhensible pour autant, est une telle source de préoccupation que des postes de premiers secours sont peut-être installés sur toutes les zones de largage.

Ce jour-là et plus tard, les équipages de bombardiers sont très satisfaits du travail qu'ils accomplissent. En quittant leur zone de largage, ils voient souvent de grandes inscriptions constituées de draps blancs les remerciant de leur aide. Plus de quelques-uns de ces jeunes hommes, tous des vétérans de combat, admettent plus tard volontiers qu'ils ont pleuré sur le chemin du retour.

Le 1er mai, trois Boeing B-17 Flying Fortress font leur largage tandis que la formation principale reste au-dessus de la Manche. Les équipages antiaériens allemands gardent les avions dans leur champ de vision, mais ne tirent pas un coup de feu. L'Opération Chowdown était également lancée. Il convient de noter que les équipages américains ne savent pas que leurs homologues du Commonwealth livrent également de la nourriture.

Heureusement pour tous ces équipages, les autorités d'occupation allemandes ont ordonné aux unités antiaériennes de l'armée de l'air allemande, ou Luftwaffe, basés aux Pays-Bas, sans parler de tous les escadrons de chasse de la région, de laisser les avions alliés effectuer leur mission sans encombre. Ils savent que la guerre est perdue et qu'ils devront bientôt se rendre. Tuer des dizaines de membres d'équipages alliés effectuant une mission humanitaire quelques jours avant la capitulation aurait été un acte de stupidité profonde. À quelques exceptions près, les forces allemandes font ce qu'on leur a dit. Quelques bombardiers sont touchés par des tirs d'armes légères, mais tous rentrent chez eux en toute sécurité après avoir terminé leur largage.

Les équipages alliés savent pas que les autorités d'occupation allemandes ont posté des canons antiaériens dans chaque zone de largage en ce 29 avril, avec l'ordre pour leurs équipages de vérifier le contenu d'un certain nombre de sacs pour s'assurer que les avions ne larguent pas de parachutistes, ou des fournitures destinées au mouvement de résistance néerlandais.

Les forces allemandes stationnées aux Pays-Bas se rendent le 5 mai. La reddition inconditionnelle de l'Allemagne suit, le 7 mai. La Seconde Guerre mondiale est terminée en Europe.

Une image en noir et blanc montre une personne agitant un bout de tissu blanc au-dessus de sa tête tout en regardant des avions larguant des approvisionnements survoler une zone résidentielle à basse altitude. Wikimedia Commons

Un civil néerlandais brandit un bout de tissu blanc tandis que des avions le survolent pour larguer des sacs de nourriture.

 

Même si trois quarts de siècle se sont écoulés depuis que ces événements se sont déroulés, le peuple néerlandais n'a pas oublié la bravoure des jeunes aviateurs qui ont mis leur vie en jeu pour aider leurs parents et grands-parents. Un monument Manna est inauguré en 2006 à Rotterdam. Un chemin à la mémoire de l'officier supérieur de la Royal Air Force qui a préparé les largages de nourriture, le commodore de l'air Andrew James Wray Geddes, est dédié en avril 2007, à cet endroit même, par son fils et son petit-fils.

Per Ardua Ad Astra

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier