Malé letadlo a skvěly příběh / Un petit avion et une grande histoire : L’avion de construction amateur Verner W-01 Brouček

Catégories
Médias
Le petit chéri de Vladislav Verner, le Verner W-01 Brouček. Anon., « Private Flying. » Flight International, 14 mai 1970, 806.

Ahoj, ami(e) lectrice ou lecteur, bonjour. C’est, comme toujours, un plaisir de vous souhaiter la bienvenue au monde merveilleux de l’aviation et de l’espace.

Question rapide. Savez-vous ce qu’est la construction amateur? (Bonjour, SB!)

Oui, vous êtes dans le vrai. L’expression construction amateur réfère à la construction d’aéronefs à l’aide de plans ou de kits plus ou moins prêts à assembler par des personnes travaillant chez elles.

Cela veut-il dire que le sujet de cette semaine de notre blogue / bulletin / machin lu intergalacticalement a trait à la construction amateur, vous demandez-vous? Oui, il a.

Notre histoire commence en Tchécoslovaquie vers 1963 quand un ingénieur aéronautique travaillant au Výzkumného in Zkušebního Leteckého Ústavu (VZLU), un institut de recherche et d’essais aéronautique, commence à concevoir un aéronef de construction amateur. Entendant parler du projet, quelques collaborateurs de Vladislav « Vláďa » Verner, sans parler de quelques personnes d’autres organisations, offrent leur aide pour construire la petite machine monoplace, dans le grenier de sa maison.

Même si le projet de construction s’avère difficile, le Verner W-01 Brouček, le premier aéronef de construction amateur de la Tchécoslovaquie depuis le démembrement du pays en 1938-39, est complété à la fin de l’hiver 1969-70. Un pilote d’essais du VZLU est aux commandes lors qu’il effectue son premier vol, en mars 1970. Le Brouček effectue son premier vol public en avril.

Une digression de nature assez noire si vous me le permettez. Lorsque le Brouček prend l’air pour la première fois, le peuple de Tchécoslovaquie n’est pas heureux. Vous voyez, en janvier 1968, un réformiste devient premier secrétaire du Komunistická strana Československa (KSČ), le parti communiste de Tchécoslovaquie comme vous l’avez probablement deviné. Alexander Dubček tente d’introduire un certain nombre de réformes (démocratisation, décentralisation partielle de l’économie, création de 2 républiques socialistes au sein du pays, etc.) qui plaisent à beaucoup de gens en Tchécoslovaquie mais qui énervent royalement le gouvernement de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). Cette période de réforme devient connue sous le nom de Printemps de Prague.

Le gouvernement soviétique tente de convaincre Dubček que ce qu’il fait, son socialisme à visage humain, n’est pas dans son meilleur intérêt, ou dans celui de la Tchécoslovaquie. En août, insatisfait des résultats de ces discussions, il ordonne une invasion du pays. Un nombre considérable de soldats (500 000? 650 000?) passent à l’action. Ce ne sont pas tous des soldats soviétiques. Quatre pays membres du Traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle, une organisation dominée par l’URSS mieux connue sous le nom de Pacte de Varsovie, soit la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie et l’Allemagne de l’Est, participent également à l’invasion. Avec des amis comme ceux-là…

Les militaires soviétiques pensent que la Tchécoslovaquie serait soumise en quelques jours. Combien ils ont tort. Enragées par l’invasion, d’innombrables personnes protestent mais il faut noter que les actes de violence sont bien rares. Un grand nombre d’individu(e)s et de familles fuient le pays. En fin de compte, il faut environ 8 mois, jusqu’en avril 1969 peut-être, pour soumettre le peuple de la Tchécoslovaquie.

Dubček est force à démissionner en avril 1969. Le KSČ l’expulse de ses rangs en 1970. Toutes les réformes qu’il a lancées, à l’exception de la création de 2 républiques socialistes au sein de la Tchécoslovaquie, sont abolies. La nouvelle direction surveille de près la population morose du pays.

Dans cette atmosphère sombre, votre humble serviteur se demande si la construction d’un aéronef de construction amateur passe inaperçue. Un tel véhicule peut, après tout, être utilisé par son pilote pour préparer une évasion. Je me demande si la Státní Bezpečnost, la police secrète de la Tchécoslovaquie, surveille de près les activités de Verner.

Suis-je paranoïaque, ami(e) lectrice ou lecteur? Ais-je lu trop de romans sur Max Otto von Stierlitz et regardé trop d’épisodes d’une minisérie de télévision détaillant ses aventures?

Qu’y a-t-il, ami(e) lectrice ou lecteur? Ne me dites pas que vous n’avez jamais entendu parlé de Stierlitz, né Vsevolod Vladimirovitch Vladimirov – un super espion qui infiltre la communauté du renseignement de l’Allemagne national socialiste pendant la Seconde Guerre mondiale? Ce personnage fictif est l’équivalent soviétique de James Bond, un gentilhomme (sic) mentionné quelques fois dans notre vous savez quoi depuis mai 2018. Le premier des 14 romans sur Stierlitz sort en 1968. La minisérie, quant à elle, passe en ondes pour la première fois en août 1973.

Croiriez-vous que la dite minisérie est rediffusée chaque année par la suite, en mai, en URSS et dans des pays membres du susmentionné Pacte de Varsovie, pour commémorer la défaite de l’Allemagne national socialiste en mai 1945?

Il est suggéré qu’un étudiant universitaire ayant environ 20 ans est à ce point intrigué par la minisérie qu’elle peut contribuer, un peu, à sa décision de joindre la redoutable police secrète / agence d’espionnage de l’URSS, le Komitet Gosudarstvennoy Bezopasnosti, en 1975. Son nom est, vous l’avez deviné, Vladimir Vladimirovitch Poutine. Mais revenons à notre histoire.

Au fil des ans, Vernet est en mesure de piloter le Brouček lors de spectacles aériens tenus dans des pays tels que le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Allemagne (de l’Ouest?). Votre humble serviteur se demande si ces voyages ont lieu avant ou après la disparition de l’URSS en décembre 1991, et / ou la brisure de la Tchécoslovaquie en décembre 1992.

Soucieux de réduire ses coûts d’opération, Verner supervise la reclassification du Brouček en aéronef ultraléger en 1995. Il ne semble avoir qu’un seul accident, un petit, en 2003.

Vers la fin de 2007, Verner donne le Brouček au Letecké muzeum du Vojenský Historický Ústav, en d’autres mots le musée de l’aviation de l’institut d’histoire militaire de la République tchèque. En 2015, l’aéronef est prêté au Leteckého muzea Metoděje Vlacha, où il se trouve encore au début de 2020.

Si je peux me permettre de changer la voie de votre train de pensée, Metoděj Vlach est un pionnier de l’aviation austro-hongrois d’origine tchèque. À dire vrai, il est le premier Tchèque à effectuer un vol contrôlé et soutenu à bord d’un aéroplane motorisé conçu localement. Cet événement historique a lieu en novembre 1912.

Est-ce que nous avons fini, vous demandez vous? Est-ce que nous avons fini? Non. Votre humble serviteur n’en a pas encore fini avec vous.

À la fin des années 1980, Verner rencontre Elbert Leander « Burt » Rutan, un ingénieur aérospatial connu dans le monde entier et fondateur de Scaled Composites Limited Liability Company mentionné dans un numéro de février 2020 de notre vous savez quoi. Il est suffisamment intrigué par les aéronefs très efficaces de Rutan pour essayer l’idée d’adapter une de ses machines, le Rutan VariEze, aux conditions de la Tchécoslovaquie, en utilisant des matériaux disponibles localement. Cela étant dit (tapé?), Verner veut toujours utiliser des matériaux composites, en l’occurrence la fibre de verre.

Quelques amis de Verner enclins à l’aéronautique sont suffisamment intrigués par son idée pour l’aider à construire un prototype de cet aéronef, connu sous le nom de Verner W-02.

Une brève pontification si je peux me le permettre. Le prototype du VariEze, un canard biplace, en d’autres mots un aéronef dont le gouvernail de profondeur est placé à l’avant, vole pour la première fois en mai 1975, et…

Oui, ami(e) lectrice ou lecteur fana d’aviation, le Aerodrome No. 4 Silver Dart, le premier aéronef à effectuer un vol contrôlé et soutenu au Canada, en février 1909, est un canard. Pouvons-nous poursuivre?

Et oui, le fabricant de cet aéroplane, la Aerial Experiment Association, est mentionnée à plusieurs reprises dans notre blogue / bulletin / machin depuis octobre 2018.

Lorsque présenté à l’édition 1975 de la EAA Annual Convention and Fly-In de la Experimental Aircraft Association (EAA), à Oshkosh, Wisconsin, le prototype du VariEze fait sensation. Mieux encore, Rutan établit un nouveau record du monde de distance en circuit fermé pour aéronef pesant moins de 500 kilogrammes (1 100 livres) en couvrant une distance de presque 2 621 kilomètres (plus de 1 628 milles) – la distance entre Montréal, Québec, et La Habana, Cuba.

Quoiqu’il en soit, tant de gens qui voient le VariEze à Oshkosh demandent des plans que Rutan reconçoit l’aéronef afin qu’il puisse être fabriqué par des constructeur amateurs.

Soit dit en passant, tant la EAA, la plus importante organisation liée à l’aviation légère au monde que la EAA Annual Convention and Fly-In, l’actuel EAA Airventure Oshkosh, le plus grand spectacle aérien au monde, sont mentionné(e)s dans quelques numéros de notre blogue / bulletin / machin depuis septembre 2017.

Un Rutan Modèle 33 VariEze typique, juillet 2005. Wikipédia.

Un Rutan Modèle 33 VariEze typique, juillet 2005. Wikipédia.

L’aéronef reconçu, connu sous le nom de Rutan Modèle 33 VariEze, connaît un succès immédiat. Il popularise la configuration canard et l’utilisation de matériaux composites au sein de la communauté des constructeurs amateurs.

En dépit du fait que la dernière série de plans est peut-être vendue en 1985, environ 800 VariEze (en état de vol?) se trouvent encore dans le registre des aéronefs civils américains au début de 2020. Il semble y avoir 4 VariEze (en état de vol?) dans le registre des aéronefs civils canadiens au début de 2020, et revenons au Verner W-02.

La construction de l’aéronef n’avance pas aussi rapidement ou aussi aisément que les membres de l’équipe le souhaitent, pour une variété de raisons techniques. Le W-02 n’est malheureusement pas complété. Pis encore, Verner quitte cette Terre en février 2012.

Le W-02 est en montre au susmentionné Leteckého muzea Metoděje Vlacha au début de 2020. Votre humble serviteur ne sait malheureusement pas si cet aéronef appartient à cette institution ou au tout aussi susmentionné Letecké muzeum du Vojenský Historický Ústav.

À ma grande surprise, votre humble serviteur vient de découvrir qu’une petite firme tchèque de fabrication de moteurs d’aéronefs du nom de Verner Motor Společnost s ručenim omezeným voit le jour en 1993. Mieux encore, elle fonctionne toujours très bien en 2020. Verner Motor a produit / produit des moteurs pour aéronefs ultralégers et de construction amateur. Son fondateur, Pravoslav Verner, n’est pas apparenté au concepteur du Brouček. Le monde est petit, n’est-ce pas?

Buď opatrný, příteli / Soyez prudent(e)s, mon ami(e).

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier