Née dans un garage, mais maintenant le monde entier est un marché pour Zenair Limited : Un coup d’œil sur les concepts de l’ère de la Guerre froide de Christophe Jean Heintz, partie 2

Share
Catégories
Médias
Un Zenair CH-701 fabriqué sous licence par Czech Aircraft Works Společnost s ručenim omezeným, Oshkosh, Wisconsin, juillet 2011. Wikimédia.

Re-bonjour, amie(e) lectrice ou lecteur dont la santé et le bien-être me préoccupent. Comment allez-vous?

Seriez-vous par hasard prêt(e) à reprendre le fil de notre survol des activités de Zenair Limited, un des géants de la conception d’aéronefs de construction amateur au Canada, sinon en Amérique du nord? Vermouilleux.

Une firme colombienne fondée par un gentilhomme mentionné dans la première partie de cet article, Máximo « Max » Tedesco, en 1971, Agrocopteros Limitada, assemble une dizaine de kits d’avions de construction amateur de Zenair au début des années 1980. Entre 1985 et 2003, cette même firme fabrique sous licence les MXP-740 et -750 Savannah, des dérivés du Zenair CH-701, ainsi que les MXP-640 et -650 Amigo, dérivés du Zenair CH-600 / 601 Zodiac. Les affaires sont à ce point bonnes pour Agrocopteros que celle-ci devient Technologias Aeronáuticas Sociedad Anónima en 1998. Ces firmes produisent environ 250 Savannah pour des pilotes d’un certain nombre de pays.

La fabrication hors du Canada d’aéronefs conçus par Zenair ne s’arrête toutefois pas là. Nenni. Un groupe d’ex-employés de Technologias Aeronáuticas fonde Ultralivianos Ibis Limitada, l’actuelle Ibis Aircraft Sociedad Anónima, en 1990. La jeune firme colombienne fabrique par la suite un clone du Savannah, le Magic – au grand dam de Tedesco. Des exemplaires de cet aéronef volent dans une vingtaine de pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie. Votre humble serviteur ne connaît pas le nombre de Magic produits par cette firme avant qu’elle ne passe à autre chose. Ibis Aircraft existe peut-être encore en 2020.

En République tchèque, Kappa 77 Společnost Společnost s ručenim omezeným entame la production d’un clone du CH-701 vers 1993. Ce Kappa 1 ne semble pas être produit en grande quantité.

La firme italienne DEA Società a Responsabilità Limitata commence à travailler sur un clone du CH-701, le Yuma, en 1994. D’aucuns jugent l’aéronef un tant soit peu imparfait. Alisport Società a Responsabilità Limitata absorbe DEA vers 2005 et maintient la production du Yuma jusque vers 2014. Votre humble serviteur ne connaît pas le nombre d’aéronefs produits par ces firmes.

En 1997, Zenith Aircraft signe un accord avec Czech Aircraft Works Společnost s ručenim omezeným, une firme fondée par l’Américain Chip W. Erwin, visant la production sous licence du Zodiac et du CH-701 en République tchèque. La firme tchèque conçoit par la suite une version agricole du CH-701. L’accord liant Czech Aircraft Works avec Zenair est abrogé en 2006. Je ne connais pas le nombre d’aéronefs produits par cette firme, qui fait banqueroute au début de 2009.

Conscient du potentiel des aéronefs de la susmentionnée Technologias Aeronáuticas, leur concessionnaire italien et un concessionnaire du CH-701 au cours des années 1980, ICP Società a Responsabilità Limitata, signe un contrat avec une firme slovaquienne, vers la fin des années 1990. De par cet accord, Eko-Flug Spoločnosť s Ručenim Obmedzeným s’engage à fabriquer des clones du susmentionné Savannah, connus sous les noms de Savannah et Bingo. Cette production plus ou moins légale, liée à celle d’un clone des susmentionnés Amigo, porte un coup fatal à Technologias Aeronáuticas.

ICP, une firme impliquée dans la construction automobile, entame par la suite la fabrication des Savannah et Bingo, de même que celle du Super Bingo – et du susmentionné Amigo. La production du Savannah et d’un dérivé, le Vimana, se poursuit apparemment en Italie en 2020. Au fils des ans, la firme expédie plus de 1 600 kits et aéronefs en état de vol dans plus de 30 pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie. En dépit de ce succès, il semble que les performances d’au moins certains aéronefs de ICP soient un tant soit peu inférieures à celles du CH-701.

Fin 2000, le Raashtreey Kaidet Kor, le corps national de cadets indien, signe un contrat pour 85 CH-701, avec option pour 48 autres. Il entend utiliser ces aéronefs sur près de 50 aéroports afin d’augmenter le nombre potentiel d’élèves pilotes pour l’armée de l’air indienne, la Bhaarateey Vaayu Sena. Une firme indienne, Agni Aero Sports Adventure Academy (Private) Limited, assemble en fin de compte environ 105 aéronefs.

Au Brésil, Aero Bravo Indústria Aeronáutica Limitada amorce la production d’un clone du ICP Savannah, le Bravo 700, à une date indéterminée. Une version agricole suit mais peut ne pas avoir été produite. La firme peut avoir disparu entre 2015 et 2020. Je ne connais pas le nombre d’aéronefs produits par Aero Bravo Indústria Aeronáutica.

Une firme polonaise, Przedsiębiorstwo Produkcyjno-Usługowe DCF Spółka cywilna, lance un autre clone du CH-701 vers 2002. Ce Trophy / Aerotrophy TT-2000 est produit en petite quantité. La firme peut avoir disparu entre 2015 et 2020.

De retour chez lui après avoir travaillé pour la susmentionnée DEA, un ingénieur français et, semble-t-il, représentant de la firme en France, fonde Espace Liberté Société à responsabilité limitée. Charles Guérin commence à travailler sur un dérivé amélioré du susmentionné Yuma vers 2002. Un prototype de ce G1 vole vers 2003. Confrontée par de sérieux problèmes financiers, la firme ferme ses portes au début de 2006 après avoir complété une vingtaine de G1.

Vers 2004, SkyKits Corporation de High River, Alberta commence à assembler et / ou fabriquer des ICP Savannah en état de vol. Ces aéronefs sont parfois rebaptisés Rampage pour le marché américain. Consciente que la plupart de ses clients sont américains et déçue par l’absence d’appui gouvernemental fédéral / provincial, la firme déménage peu à peu ses activités aux États-Unis à partir de 2008 et inaugure une usine en 2010. SkyKits entame la fabrication de dérivés du Savannah, les Spirit et Vision, mais semble disparaître vers 2012. Votre humble serviteur ne connaît pas le nombre d’aéronefs produits par SkyKits.

Suite à la disparation de Technologias Aeronáuticas, le susmentionné Tedesco fonde AeroAndina Sociedad Anónima vers 2003-04. Cette firme fabrique les susmentionnés Savannah, ainsi que les tout aussi susmentionnés Amigo. Elle les produit apparemment encore en 2020. Là encore, votre humble serviteur ne connaît pas le nombre d’aéronefs produits par cette firme.

Vers 2005, Kompaniya « Griffon Aero » entame la production d’un clone du CH-701, le Griffon 100. Cette petite firme russe commence par ailleurs à assembler et / ou fabriquer le Ibis Magic vers 2010. Cette production se poursuit en 2020. Je ne connais pas le nombre d’aéronefs produits par cette firme.

Vers 2005-06, le concessionnaire allemande des Zodiac et CH-701 commence à produire ses propres versions de ces aéronefs, les Roland Z 601 et STOL 701 D Sky Jeep. Zenair et Roland Aircraft Gesellschaft mit beschränkter Haftung ayant mis fin à l’amiable (?), en septembre 2008, à l’accord qui les lie, cette dernière lance la production de versions modifiées de ces aéronefs, le Z-602 et le Z STOL, rebaptisé par la suite S STOL. Roland Aircraft fabrique encore ces aéronefs en 2020. Votre humble serviteur ne connaît pas le nombre d’aéronefs produits par cette firme.

Vers mars / avril 2006, Serge Présent, un industriel qui œuvre dans la métallurgie et lui-même pilote d’un Espace Liberté G1, lance G1 Aviation Société par actions simplifiée. La firme introduit pas moins de 5 nouvelles versions du G1 entre 2006 et 2012, dont une sur flotteurs et une autre, agricole, le G1 Grive. G1 Aviation vend à la fois des kits et des aéronefs en état de vol. Il est à noter que le Grive est peut-être développé en partenariat avec une firme africaine spécialisée dans l’épandage aérien. G1 Aviation existe encore en 2020. Environ 160 G1, toutes versions comprises, volent dans au moins 10 pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe.

Entre 2005 et 2010, BRM Costruções Aeronáuticas Limitada lance la production de clones du ICP Savannah, les Okavango, Land Africa et Citius. Outrée par cette action, ICP peut avoir poursuivi la petite firme portugaise. Pareille action laisse pantois compte tenu du fait que le Savannah est lui-même un clone du CH-701 produit plus ou moins légalement. Il est à noter que les Okavango, Land Africa et Citius sont peut-être encore en production en 2020. Votre humble serviteur ne connaît pas le nombre d’aéronefs produits par BRM Costruções Aeronáuticas.

Un organisme ghanéen, West African Aviation Solutions and Provider of Services, assemble quelques kits de CH-701 envoyés par Zenith Aircraft vers la fin des années 2000 ou au début des années 2010. La première femme pilote de ce pays, Patricia Mawuli Nyekodzi, y acquiert une expérience pratique en assemblage d’aéronefs. Un organisme non-gouvernemental, Medicine on the Move, utilise au moins un CH-701 en Afrique occidentale.

Vers 2010, un distributeur de Savannah basé en Serbie, Aero-East-Europe Društvo s Ogranicenom Odgovernošiu, lance à son tour un clone de cet aéronef, le SILA 450 Cruiser. Cet aéronef demeure en production en 2020. Je ne connais pas le nombre d’aéronefs produits par cette firme.

Et maintenant pour quelque chose de complètement différent.

Témoin de la réaction enthousiaste de la foule présente lors de l’édition 1981 de la EAA Annual Convention and Fly-In suite aux vols de démonstration de 2 pilotes de voltige aérienne français, Zenair acquiert les droits mondiaux de production de l’aéronef ultraléger Colomban MC-10 Cri-Cri, le plus petit bimoteur au monde, mis à l’essai en juillet 1973. L’avionneur adapte cet aéronef monoplace français très économique aux standards nord-américains, donnant ainsi naissance au MC-12 Cricket. Zenair vend des kits à partir du début de 1982. Pendant au moins un certain temps toutefois, certains éléments de l’aéronef proviennent de France.

Et oui, la EAA Annual Convention and Fly-In est mentionné dans la première partie de cet article.

Le gouvernement ontarien est à ce point impressionné par Zenair et le Cricket qu’il invite la firme à exposer le premier aéronef de ce type dans son pavillon à l’Expo internationale sur les transports et la communication de 1986, ou Expo 86, à Vancouver, Colombie-Britannique – une exposition universelle mentionnée dans la première partie de cet article. Un constructeur amateur de Toronto assemble un autre Cricket sur le site même de l’exposition. Zenair produit le dernier kit de Cricket vers 1987-88.

Je note que les registres des aéronefs civils canadien et américain mentionnent moins de 5 Cricket (en état de vol?) en 2020.

Vers 1983, l’avionneur conçoit un aéronef sans pilote à partir du Cricket. Un prototype vole au Texas avec un pilote à bord. Zenair vend par la suite 2 de ces aéronefs sans pilote radiocommandés à une agence gouvernementale du Qatar qui les utilise pour la surveillance des pipelines.

La firme met par la suite au point un aéronef sans pilote original, le RPV-007, baptisé en l’honneur du fameux agent secret britannique fictif, James Bond, créé par Ian Lancaster Fleming. Un prototype peut avoir volé au cours de la seconde moitié des années 1980. Et oui, Bond est mentionné à quelques reprises dans notre blogue / bulletin / machin depuis mai 2018. Fleming, quant à lui, est mentionné dans des numéros de mai 2018 et septembre 2019 de cette même publication.

Mentionnons au passage que la Fédération aéronautique internationale, l’organisation responsable de l’enregistrement de tous les types de records liés à l’aviation mentionnée de nombreuses fois dans notre vous savez quoi, et ce depuis janvier 2018, décerne un diplôme d’honneur à Zenair (ou Heintz?) en 1995. En 1999, Heintz devient membre du EAA Sport Aviation Hall of Fame. Il semble être le premier Canadien, et le seul en date de 2020, sauf erreur, à recevoir cet honneur.

Heintz prend officiellement sa retraite en 2006, mais demeure tout aussi fasciné par l’aviation.

Avec plus de 10 000 kits vendus depuis les années 1970 par Zenair et Zenith Aircraft et environ 4 000 projets complétés, les CH-200 Zenith, CH-300 Tri-Z, CH-60 / 600 / 601 Zodiac et CH-701, de même que les machines conçues par la suite, comptent parmi les aéronefs canadiens de construction amateurs canadiens / nord-américains les plus réussis du 20ème siècle.

De fait, le CH-701 est l’aéronef canadien le plus copié au monde, pour ne pas dire un des aéronefs les plus copiés de l’histoire de l’humanité. Au fil des ans, au moins 22 firmes ou organisations situées dans au moins 15 pays d’Afrique (Ghana), d’Amérique (Brésil, Canada, Colombie et États-Unis), d’Asie (Inde) et d’Europe (Allemagne, France, Italie, Pologne, Portugal, République tchèque, Russie, Serbie et Slovaquie) assemblent et / ou fabriquent cet aéronef et / ou des dérivés, plus ou moins légalement dans plusieurs cas.

Oserais-je dire que, vu le nombre de ses dérivés de par le monde, le CH-701 a été fabriqué en plus grand nombre que tout autre aéronef canadien? Si, si, j’ose.

Votre humble serviteur ose par ailleurs suggérer que l’incomparable collection du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa, Ontario, devrait peut-être inclure un CH-701 ayant eu une carrière intéressante. Je vous dis ça comme ça, moi.

Prenez bien soin de vous.

L’auteur de ces lignes souhaite remercier toutes les personnes qui ont fourni des informations. Toute erreur contenue dans cet article est de ma faute, pas de la leur.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier