Vous souvenez-vous de Joan Trefethen? Moi si, moi si!, Partie 2

Share
Categories
Media
Thomas R. Trefethen et son hydravion à coque monoplace. John Murray, “Trefethen’s Fantastic Machines.” Sport Aviation, mars 1971, 33.
Thomas R. Trefethen et son hydravion à coque monoplace. John Murray, “Trefethen’s Fantastic Machines.” Sport Aviation, mars 1971, 33.

Salutations, ami(e) lectrice ou lecteur. Nous sommes réunis ici aujourd’hui pour examiner la seconde partie imprévue de cet article. Nous restons avec la famille Trefethen mais nous concentrons sur un autre de ses membres, Thomas R. « Tom » Trefethen. Ce que nous voyons dans la photo ci-dessus, c’est l’hydravion à coque monoplace que cet adolescent assemble à la fin des années 1960 ou au début des années 1970 sur le patio de la maison familiale. L’élément principal de cette machine apparemment sans nom est l’un des deux flotteurs que son père utilise pour créer le Trefethen Airboat, un véhicule rapide triplace achevé vers 1968 pour être utilisé sur la rivière Sacramento. Soit dit en passant, il semble que Trefethen père ait divorcé de sa femme, Joan Trefethen, et s’est remariée.

Suivant les traces de son père, le jeune Trefethen utilise des composants d’autres aéronefs, un ou deux planeurs dans ce cas, pour créer sa propre machine volante. Il prévoit installer un petit moteur à piston pour tester sa création. Son but ultime, cependant, est de mettre la main sur le petit moteur à réaction d’un drone cible. Votre humble serviteur ne sait pas si notre jeune ami a réellement pris son envol.

Musicien depuis son adolescence, le jeune Trefethen devient un ingénieur aux enregistrements respecté. Trois albums sur lesquels il travaille en 1975-76 sont mis en candidature par la
National Academy of Recording Arts and Sciences, l’actuelle Recording Academy. Aucun d’entre eux ne gagne un Grammy, le nom communément donné à ces prix. En 1980, Trefethen lance un album contenant des chansons de son cru qu’il a enregistré lui-même. Désireux d’aider un jeune artiste, le géant britannique du rock Alan Parsons fait une apparition sur Am I Stupid or Am I Great? It's All Mom's Fault. Malheureusement, l’album se vend mal. Il convient de noter que la photo de couverture montre Trefethen et sa jeune sœur, Tina Trefethen, assis sur un moteur à réaction.

 

Délaissant progressivement de l’industrie de la musique, Trefethen demeure intéressé par la conception d’aéronef. En 1979, il commencé à développer un avion monoplace à faible coût entièrement fait de composites pour le marché des constructeurs amateurs. Un prototype du Vision POC (Proof of Concept) est pour ainsi prêt à voler au début de 1986. Cette machine des plus originales ne semble pas dépasser le stade de prototype. Elle peut fort bien ne pas avoir volé.

Trefethen gagné une certaine notoriété au début des années 2000 quand une lettre écrite par sa sœur, une pilote respectée, est publiée dans le numéro de juin / juillet 2003 d'Air & Space Magazine, le très populaire magazine publié par le National Air and Space Museum of Washington, District de Columbia, connu mondialement. Ces commentaires viennent à la suite d’un article sur le projet North American Eagle d’une équipe américaine (et canadienne?) travaillant sur un véhicule supersonique de record de vitesse terrestre basé sur un chasseur à réaction Lockheed F-104 Starfighter. Tina Trefethen souligne que son frère a proposé une idée similaire en 1969. Au début des années 1990, le frère et la sœur aident le pilote de course d’automobile professionnel Craig Breedlove à développer un véhicule supersonique de record de vitesse terrestre, le Spirit, rebaptisé par la suite Spirit of America – Formula Shell LSRV (LSRV signifiant Land Speed Record Vehicle). Ce véhicule subit deux accidents en 1996 et 1997. Il n’est jamais vraiment un concurrent.

 

Que dire du projet North American Eagle, vous demandez-vous? Et bien, lectrice ou lecteur enthousiaste, ce véhicule roule pour la première fois en mars 2006. On pourrait dire qu’il n’est pas un concurrent non plus.

 

Et c’est tout pour aujourd’hui. Et oui, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada a un Starfighter dans sa collection. Cette machine fabriquée aux États-Unis est utilisée, en décembre 1967, pour établir un record d’altitude canadien (environ 30 510 mètres / environ 100 110 pieds) qui résiste à l’épreuve du temps. Et oui de nouveau, Canadair Limited de Cartierville, Québec, produit un certain nombre de CF-104 Starfighter au cours des années 1960. Cela étant dit (tapé?), nous ne parlerons pas de cela maintenant - et aucun grincement de dents ou déchirure de vêtements ne me fera changer d’avis. Désolé, mais c’est vraiment tout pour aujourd’hui.

 

Partners
Auteur
User profile image
Rénald Fortier