Le frère venu d’une autre Buckingham, Partie 2

Catégories
Médias
Le frère Hormisdas-Marie Gamelin. Brother Hormisdas, “Up Canada Way… A Flight of Fancy Turns into Some Fancy Flying”. Soaring, mars-avril 1953, 8.

Salutations, ami(e) lectrice ou lecteur. Attendez-vous avec une impatience à peine contrôlée la présentation de la seconde partie de l’article sur le frère Hormisdas-Marie Gamelin, éducateur, violoniste, pilote de planeurs et grand amateur de pêche à la truite? Oui? Un tel enthousiasme vous honore.

Aussi importante soit la contribution de Gamelin à l’histoire du vol à voile au Canada / Québec, sa principale préoccupation demeure l’enseignement. Il commence sa carrière dans ce domaine vers 1920, à la toute nouvelle Mount Assumption High School de Plattsburgh, New York. Gamelin enseigne plus d’une décennie dans cette école créée par les Brothers of Christian Instruction, le nom sous lequel la congrégation des Frères de l’instruction chrétienne est connue aux États-Unis.

Un de ses élèves est nul autre que Joseph Mignault Paul Sauvé, futur ministre du Bien-être social et de la Jeunesse, une première au Québec, dans le gouvernement dirigé par le très (trop?) conservateur Maurice Le Noblet Duplessis. Le jeune garçon se trouve alors aux États-Unis pour parfaire sa connaissance de l’anglais.

Sauvé devient Premier ministre du Québec lors du décès de Duplessis, en septembre 1959, mais meurt en janvier 1960. Antonio J. Barrette lui succède. La défaite de celui-ci et l’arrivée au pouvoir de l’équipe du tonnerre dirigée par Jean Lesage, lors de l’élection générale de juin 1960, constitue un point tournant dans l’histoire du Québec. Si je peux me permettre de citer le titre d’une chanson québécoise très populaire datant de 1970, interprétée par la tout aussi populaire chanteuse Renée Claude, née Renée Bélanger, c’est le début d’un temps nouveau. La Grande noirceur prend fin et la Révolution tranquille commence, mais je m’éloigne de notre sujet.

Gamelin arrive à la toute nouvelle l’École supérieure Saint-Stanislas de Montréal, Québec, vers 1932-33. Il quitte cet établissement pour devenir professeur à l’École supérieure Saint-Michel, à Buckingham, Québec. Gamelin y enseigne entre 1945 et 1966. Un de ses étudiants est nul autre que Guy Damien « The Flower » Lafleur, une des grandes vedettes du Club de hockey Canadien Incorporé entre 1971 et 1985. Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur, le « Démon blond » compte parmi les nombreux étudiants de l’École supérieure Saint-Michel qui fabrique des pièces de planeurs dans l’atelier de menuiserie.

Une fois à la retraite, Gamelin demeure dans la région de Buckingham et devient conseiller en mathématiques et en sciences de la nature à la Commission scolaire régionale Papineau, aujourd’hui apparemment intégrée à la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées, et ce jusqu’en 1971. Il amorce alors une carrière de conseiller pédagogique / scientifique à la Commission scolaire Vallée-de-la-Lièvre, elle aussi apparemment intégrée à la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées, qui ne prend fin qu’en 1986. Gamelin a alors 87 ans.

Au cours de ces 2 décennies de post-retraite, Gamelin supervise la mise en place de classes en sciences de la nature au niveau primaire. Il occupe par ailleurs pendant un certain temps le poste de directeur des sciences et mathématiques à la toute nouvelle Polyvalente de Buckingham. Cette école est rebaptisée École secondaire Hormisdas-Gamelin en 1985. Elle se trouve dans les limites de la municipalité de Buckingham en 2018. Mieux encore, on peut y voir une mini exposition consacrée à Gamelin.

Reconnaissant la carrière exceptionnelle de cet éducateur, qui va des années 1920 aux années 1980, l’Association pour l’enseignement de la science et de la technologie au Québec remet à Gamelin son prix annuel pour 1982. En 1985, l’Association canadienne de vol à voile remet par ailleurs une plaque commémorative à ce pionnier. Gamelin meurt en juillet 1989, à l’âge de 90 ans.

J’ose espérer que cet article vous a plu. Avant de vous libérer, je souhaite remercier toutes les personnes qui ont fourni des informations. Toute erreur contenue dans cet article est de ma faute, pas de la leur. À la revoyure.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier