Miss Daisy et son chauffeur / pilote, Partie 2

Catégories
Médias
Le seul et unique Helicopter Technik München Skyrider en montre au XXXe Salon international de l’aéronautique et de l’espace, au Bourget, Paris, France, en 1973. https://en.wikipedia.org/wiki/HTM_Skytrac.

Re-bonjour, gentil(le) lectrice ou lecteur. Tel que promis dans la première partie de cet article, j’ai le plaisir de vous offrir du contenu canadien. Fin 1979, une société ouest-allemande pratiquement inconnue du nom de West German Aircraft Development Corporation fonde Manitoba Aircraft Corporation Limited afin de produire des hélicoptères à Gimli, Manitoba, dans les ateliers autrefois occupés par un petit avionneur, Saunders Aircraft Corporation Limited.

L’histoire de cette compagnie canadienne est pour le moins fascinante. Contentons nous ici d’en donner les grandes lignes. Un ingénieur aéronautique d’origine britannique fonde Saunders Aircraft vers mai 1968, à Montréal, Québec. David A. « Dave » Saunders veut convertir des avions-navettes britanniques de Havilland Heron munis de 4 moteurs à pistons en bimoteurs à fuselage allongé munis de turbopropulseurs United Aircraft of Canada PT6 – un des meilleurs moteurs au monde dans sa catégorie. Il compte par la suite lancer la production d’un dérivé du Heron propulsé par deux PT6, le ST-28. Le prototype du ST-27, la nouvelle désignation des Heron convertis, vole en mai 1969.

La fermeture de la Base des forces canadiennes de Gimli, en 1971, vient tout changer. Soucieuses de créer des emplois, Manitoba Development Corporation offre une aide financière à toute compagnie intéressée par le site. La direction de Saunders Aircraft saute sur l’occasion. « Dave » Saunders refuse cette décision et démissionne. Au cours des mois et des années suivants, l’avionneur convertir 13 Heron en ST-27. Il tente aussi d’obtenir une aide financière du gouvernement fédéral, sans grand succès il faut l’avouer. L’absence de coordination entre les ministères laisse de nombreux observateurs pantois, pour ne pas dire fâchés. De plus en plus inquiet, le gouvernement manitobain décide, en 1975, de ne plus injecter de fonds dans le programme. Saunders Aircraft tente de se maintenir à flot en lançant divers projets mais ses efforts pour trouver du financement échouent. La compagnie met fin à ses activités en décembre 1975, le mois au cours duquel le premier ST-28 prend l’air. La mise sous séquestre de Saunders Aircraft, en juin 1976, par le gouvernement manitobain, lui porte un coup fatal. Mais revenons à notre histoire et à Manitoba Aircraft.

Le premier hélicoptère que la nouvelle société doit fabriquer est un quadriplace ouest-allemand mis au point par Helicopter Technik München Gesellschaft mit beschränkter Haftung & Company Anlagen Kommanditgesellschaft. Ce Skyrider est dérivé de l’hélicoptère léger Wagner Sky-Trac III, ou Skytrac 3, mis à l’essai vers 1965-66. Ce triplace est lui-même dérivé d’un prototype de validation de principe dont le nom demeure inconnu. Le Sky-Trac est également disponible en version utilitaire monoplace (épandage aérien, évacuation de blessés, soulèvement de charges encombrantes, etc.). Ce Sky-Trac I vole vers juillet 1965. Un Sky-Trac V à cinq places dont l’élégante cabine est peut-être conçue par Doktor-Ingenieur Honoris Causa F. Porsche Aktiengesellschaft, un fabricant d’automobiles connu s’il en est, ne dépasse pas l’étape de la table à dessins ou du modèle réduit.

Confrontée à un marché dominé par des compagnies américaines, britannique et française, Wagner Helicopter Technik, une société fondée par Josef Wagner, fabrique environ sept Sky-Trac avant de mettre fin à ses activités. Nous reviendrons à cet homme d’affaires ouest-allemand un peu plus loin.

Comme il a été dit (tapé?) dans la première partie de cet article, Helicopter Technik München achète les droits de production des Wagner Sky-Trac et Aerocar vers 1971. Cette petite compagnie ouest-allemande espère lancer la production sous peu. Elle ne parvient toutefois pas à obtenir les fonds nécessaires. Elle produit un seul Skyrider. Le Skyrover, une version propulsée par une turbomachine, un type de moteur à turbine, n’est pas produit du tout. Confrontée à un marché dominé par des fabricants d’hélicoptères américains, britannique et français, Helicopter Technik München ferme ses portes vers 1975.

En veilleuse depuis cette fermeture, les projets de production des hélicoptères Wagner renaissent avec le début des négociations avec les gouvernements canadien et manitobain. Le nombre limité de commandes potentielles dans un marché fort compétitif et la somme limitée que Manitoba Aircraft parvient à obtenir d’investisseurs privés font en sorte que le gouvernement provincial refuse de s’engager plus avant. Incapable d’intéresser le gouvernement fédéral ou, plus exactement, le ministère de l’Industrie et du Commerce, Manitoba Aircraft renonce à son projet avant la fin de 1981.

Un homme d’affaires allemand, Peter Chrobak, achète les droits de production des Sky-Trac et Skyrider vers 1992. Il les vend en 2014 à Guăngdōng Yī Lì Pŭ Diànqi Gŭfèn Yŏuxìan Gōngsī, un important fabricant d’appareils électroménagers chinois qui souhaite diversifier sa production. Cette compagnie, connue par la suite sous le nom de Déào Tōngijòng Hángkōng Gŭfèn Yŏuxìan Gōngsī, souhaite produire des hélicoptères pilotés et sans pilote par l’entremise d’une filiale, Dōngying Wútong Dé Ào Zhishēngjī Yŏuxìan Gōngsī. Votre humble serviteur n’est pas en mesure de confirmer si la production de ces hélicoptères a bel et bien commencé.

Il est à noter qu’une société fondée par Josef Wagner en 1947, Wagner Vertriebsges mit beschränkter Haftung, donne naissance à Wagner-Gruppe Gesellschaft mit beschränkter Haftung, un chef de file mondial de l’application de colorants liquides et en poudre sur des surfaces variées.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier