Le premier film western se déroulant sur la Lune : Alerte satellite 02, Partie 1

Médias
Une affiche du film de science-fiction britannique Moon Zero Two.

Salut, ami(e) lectrice ou lecteur. Comment allez-vous? Votre humble serviteur a un film un tant soit peu bizarre / incongru pour vous cette semaine. Vous voyez, Moon Zero Two, en français Alerte satellite 02, est un film de science-fiction britannique dont la première a lieu, vous l’aurez deviné, au mois d’octobre. Pouvez-vous deviner en quelle année cette première a lieu? Étant donné le look de l’affiche, y compris les personnages féminins vêtus, euh, légèrement, vous présumez que Alerte satellite 02 n’arrive pas sur grand écran en 1949 ou 1959? Très bien. Peut-être en 1969, dites-vous? Encore une fois, très bien.

Et vous avez une question. Pourquoi votre humble serviteur dit-il à 2 reprises que notre film de la semaine est un film de science-fiction si le titre de cet article dit que c’est un film western? Une bonne question. La vérité est que j’aime me moquer de vous. Un peu. Désolé. Avec votre permission, je vais expliquer ma position en passant en revue l’intrigue de Alerte satellite 02.

Le générique animé d’ouverture du film, inventif, coloré et amusant, montre un astronaute américain et un cosmonaute soviétique qui se poursuivent sur la Lune alors qu’ils tentent de revendiquer notre satellite. Ils se rendent vite compte que beaucoup de gens ont également aluni, et ont transformé la Lune en piège à touristes. Les dits astronaute et cosmonaute se rendent dans le tout nouvel hôtel lunaire, sont poursuivis et se retrouvent dans la décharge publique. Ils quittent alors notre satellite ensemble, dans le Apollo Lunar Module de l’astronaute, au son de la chanson thème du film, puissante, rapide et tapageuse. Et oui, ce vaisseau spatial est mentionné dans des numéros de juillet 2019 de notre blogue / bulletin / machin.

Si on extrapole le dit générique, à partir des années 1960, la course à l’espace entre les États-Unis et l’Union des républiques socialistes soviétiques se transforme progressivement en spectacle humoristique dans lequel les 2 superpuissances passent tellement de temps à se mettre des pelures de banane sous les pieds qu’elles ne réalisent pas grand-chose d’utile ou de productif. En conséquence, des puissances moins importantes, parmi lesquelles le Royaume-Uni, mais pas le Canada semble-t-il, sont en mesure de développer de petites installations / colonies sur la Lune sans avoir à se soucier des rêveries géopolitiques des esprits, oh, si brillants à Washington et Moscou.

Pour citer le grand maître Jedi, Yoda, dans une autre vie, en tant que critique de cinéma (Yoda and Ebert ou Siskel and Yoda peut-être?), un film typique de l’époque de la Guerre froide Alerte satellite 02 n’est pas. Humm.

Quoiqu’il en soit, le résultat final de la susmentionnée situation est que, en mai 2021, les mois et année au cours duquel Alerte satellite 02 se déroule, il y a quelques installations dynamiques et florissantes sur la Lune. L’une de celles-ci, apparemment Moon City, est une ville frontalière / minière de style ouest sauvage pop art / psychédélique avec des voleurs de concessions, des mineurs, des danseuses et des colons grimpant les un(e)s sur les autres pour survivre. Yeeeeeaaah! Désolé.

Croiriez-vous que le monde de 2021 ressemble beaucoup au monde de 1969, jusqu’aux emblématiques Ball Chairs créés en 1963 par l’architecte d’intérieur finlandais Eero Aarnio? Le plateau circulaire du jeu Moonopoly est une bonne idée. Avoir un hôtel spatial Lunar Hilton, géré conjointement (?) par les Américains et les Soviétiques, est une autre bonne idée. Les susmentionnées danseuses, connues sous le nom de Go-Jos, et leurs routines de danse de style Las Vegas, Nevada, ne sont peut-être pas une aussi bonne idée, et ce même lorsqu’elles se sont déguisées en cowgirls du 21ème siècle. Si je peux me le permettre, Alerte satellite 02 n’est pas exactement un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes.

Et non, positivement et absolument non, l’idée d’un Hilton lunaire n’est pas développée dans les années 1960. Elle est soulevée pour la première fois en 1958 et est l’idée personnelle de William Barron Hilton, vice-président de Hilton Hotels Corporation et fils de Conrad Nicholson « Connie » Hilton. En 1967, le jeune Hilton, désormais président de la firme, remet ça. Mieux encore, il espère / pense qu’il serait celui qui couperait le ruban lors de la cérémonie d’ouverture du Lunar Hilton. Hilton Hotels imprime et distribue d’innombrables cartes de réservation promotionnelles. Des milliers de personnes de tous les coins du globe écrivent des lettres demandant que leur nom soit mis sur une liste d’attente. Et oui, il y a un bureau de Hilton Hotels dans la station spatiale de 2001 : Une odyssée de l’espace, une magnifique production mentionnée à quelques reprises dans notre blogue / bulletin / machin depuis juillet 2018.

Regardons les choses en face, la fin des années 1960 et le début des années 1970 sont une période folle et loufoque. C’est un bon moment pour être jeune, à condition d’avoir la chance de vivre dans un pays riche ou d’être riche dans un pays pauvre. Et non, je n’étais pas assez vieux pour apprécier pleinement ces temps passés, ce qui est bien dommage. Par contre, mon foie et mes reins sont très heureux que j’étais assez jeune en 1969.

À propos, en 1999, Hilton Hotels charge un architecte britannique de dessiner un plan pour un hôtel de 5 000 (!) chambres sur la Lune. Hilton Hotels & Resorts Corporation, un nouveau nom adopté en 2010, abandonne cette idée il y a plusieurs années, mais revenons à notre histoire.

Deux des personnages un peu moins louches qui vivent sur la Lune en mai 2021 sont William H. « Bill » Kemp et son copilote / partenaire soviétique, Dmitri Korminski, qui forment l’équipage du tas de rouille, désolé, du transbordeur spatial Moon 02 – un vaisseau spatial âgé d’environ 10 ans qui ressemble beaucoup à un gros Apollo Lunar Module orange avec une section ajoutée au milieu. Et oui, Kemp est l’antihéros américain vaillant, rebelle, presque cynique, au crâne déplumé et pas particulièrement beau de l’histoire. Et non, le vaisseau spatial élégant sur l’affiche affichée au début de cet article n’a rien à voir avec le transbordeur spatial de Kemp. À dire vrai, je ne suis même pas sûr qu’on le voit dans le film. Qui sait, c’est peut-être un des éléments qui est coupé pendant le tournage.

Plus ou moins obligé de quitter Space Corporation, peut-être un organisme américain, britannique ou onusien, parce que ce dernier veut gagner de l’argent, en d’autres termes développer les industries minière et touristique de la Lune et effectuer des vols commerciaux vers Mars et Vénus plutôt que d’explorer le système solaire, quelque chose qui fait encore bouillir son sang, Kemp doit gagner sa croute en récupérant des satellites et des débris spatiaux près de la Lune et, peut-être, en aidant des clients / passagers qui ne souhaitent pas répondre à trop de questions. Appeler Kemp un pirate serait peut-être un peu trop dur, mais vous voyez l’idée.

Et oui, il y a des gens en vie aujourd’hui, dont certains vraiment très riches, qui espèrent / veulent beaucoup gagner de l’argent dans l’espace plutôt que d’explorer le système solaire.

Pourquoi Kemp n’est-il pas en prison, vous demandez-vous? Et bien, il est doué pour ce qu’il fait. De plus, Elizabeth « Liz » Murphy, la shérif de Moon City, la très jolie femme shérif, une agente du United Nations Bureau of Investigation en fait, craque complètement pour lui. Désolé. Elle et il sont petite amie et petit ami. Je ne suis pas convaincu que les sentiments de Kemp sont sincères.

Incidemment, Kemp a participé au premier voyage vers Vénus. Il est aussi le premier être humain dont la main met le pied sur Mars. Désolé, ça n’est pas sorti de la bonne manière, mais je digresse.

Un beau jour, alors qu’il sort de la douche après un vol de récupération de satellite réussi, Kemp se retrouve en présence d’une jeune et séduisante jeune femme vêtue d’un chapeau vraiment étrange / ridicule qui couvre toute sa tête et son cou. Si je peux me le permettre, Alerte satellite 02 n’est pas exactement un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes.

Clementine Taplin veut savoir s’il a vu son frère, Walter « Wally » Taplin, un frontalier / mineur dont la propriété se trouve sur la face cachée de la Lune. L’humour de la scène est vite évacué, car un employé du port spatial ajoute 2 nouveaux noms à une plaque dédiée à la mémoire des personnes décédées afin que des êtres humains puissent vivre sur la Lune.

En dépit du fait qu’il donne à Taplin une visite rapide du port spatial et explique qu’il peut se rendre à la propriété de son frère beaucoup plus vite que les 6 jours nécessaires pour effectuer le voyage dans un convoi de buggy lunaires, Kemp n’est pas trop intéressé. La vérité est qu’il a un rendez-vous, avec sa petite amie. Malheureusement, le dit rendez-vous ne se passe pas trop bien. Vous voyez, un des individus qui vient de mourir est le pilote de l’espace ami / rival de Kemp qui vient tout juste de périr dans l’écrasement de son vieux vaisseau spatial. Ce dernier apprend de Murphy qu’il n’a que quelques jours pour rendre Moon 02 pleinement opérationnel ou trouver un remplaçant tout aussi opérationnel. Ne pas atteindre l’un ou l’autre de ces objectifs entraînerait son immobilisation au sol, pour des raisons de sécurité.

Une brève digression si je peux me le permettre. Avez-vous entendu parler d’une ballade western / folk bien connue intitulée Oh my Darling, Clementine? Votre humble serviteur se demande si cette chanson inspire le nom du principal personnage féminin de Alerte satellite 02. Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur, un personnage de dessin animé de la fin des années 50 et du début des années 60 du nom de Huckleberry Hound est connu pour sa sincère interprétation d’une ligne de Oh my Darling, What’s Her Name?, en français Oh ma divine, Quel est son nom?. J’aime votre façon de penser, mais vous ne voulez pas m’entendre chanter. Si je peux me permettre la plus brève des digressions, je me souviens distinctement d’avoir regardé la version doublée en français des aventures de Roquet Belles Oreilles, comme on appelle Huckleberry Hound dans la langue maternelle de votre humble serviteur, dans les années 1960.

Je me souviens encore mieux des sketches et chansons de Rock et Belles Oreilles, une équipe de comédie radiophonique, télévisuelle et théâtrale québécois très populaire active entre 1981 et 1995. RBO, comme on l’appelle souvent, est connu pour son humour cinglant et souvent controversé. Les policiers sont souvent la cible de blagues, par exemple. À la fois raffiné et vulgaire, Rock et Belles Oreilles laisse peu de gens indifférents, mais je digresse. Et vous savez quoi, si je peux paraphraser Rhett Butler dans Autant en emporte le vent, un classique du cinéma américain au racisme choquant sorti en salles en décembre 1939, franchement, ma chère / mon cher, c'est le cadet de mes soucis! Désolé, désolé. Revenons à notre histoire.

Naturellement contrarié par la possibilité de perdre son vaisseau spatial et son gagne-pain, Kemp se rend au bar. Comme par hasard, sa boisson alcoolique préférée n’est pas disponible. Ce que Kemp prend goûte le carburant de fusée distillé. De fait, c’en est peut-être. Pour couronner le tout, un individu / minion l’approche, lui indiquant que son patron veut lui parler. Kemp décline. Une arme est alors présentée qui a pour effet de changer l’idée de Kemp.

Le patron en question, J.J. Hubbard, un riche homme d’affaires et pilier de la communauté lunaire, d’accord, d’accord, un enfoiré barbu, chauve, monoclé et moustachu de première magnitude, joue au Moonopoly avec ses 2 ravissantes mais, en ce qui concerne la blonde, apparemment pas trop brillantes compagnes à ses côtés, comme toujours, lorsque Kemp arrive leur table. Étant barbu, chauve, lunetté et moustachu, et ayant joué au Monopoly, votre humble serviteur se sent un tant soit peu mal à l’aise de mentionner ces détails. Mon accent n’est cependant pas aussi épais que celui de Hubbard, j’espère. Et non, Alerte satellite 02 n’est pas exactement un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes.

Ais-je mentionné que les accents (américains?) du susmentionné minion hubbardien et de ses collègues peuvent également être utilisés pour les identifier comme des personnages louches? Mais revenons à notre homme d’affaires avide, corrompu et sinistre.

Si je peux me le permettre, les minions de Hubbard ne ressemblent pas du tout à ceux de Gru, et ... Ne me dites pas que vous ne savez pas qui est Gru? Soupir. Vous n’avez pas accès à… Vous vous moquez de moi, n’est-ce pas? Vous, détestable… Désolé. Revenons à notre histoire.

Hubbard a récemment découvert qu’un minuscule astéroïde devant passer près de la Lune, ou en orbite autour d’elle, est composé presque entièrement de saphir. Outre la simple valeur monétaire de l’exploitation de ces pierres précieuses, on peut se demander si les saphirs sont parfaitement capables de protéger les panneaux solaires utilisés pour alimenter de nombreux bâtiments de la Lune contre les radiations solaires et cosmiques – à moins qu’ils ne reçoivent leur énergie de petits réacteurs nucléaires, bien sûr. On peut aussi se demander si des panneaux en saphir peuvent être utilisés en tant qu’écrans thermiques pour protéger les puissants moteurs-fusées qui propulseraient les fusées que Hubbard veut construire pour coloniser Mercure et les lunes de Jupiter.

Miner les saphirs alors que l’astéroïde voyage dans l’espace est bien sûr possible, bien qu’aucunement rentable. De toute façon, les lois minières interplanétaires entreraient en jeu. Les profits de Hubbard en prendraient un coup. Aucun homme d’affaires digne de ce nom ne veut cela. Hubbard a un plan, toutefois. La trajectoire de l’astéroïde serait modifiée secrètement de telle manière qu’il tombe sur la face cachée de la Lune, sur un terrain appartenant à Hubbard. Les lois minières interplanétaires n’interviendraient pas et les bénéfices de Hubbard ne seraient pas touchés. En raison de la nature illégale de cette opération, aucun pilote de l’espace respectable ne la toucherait avec un poteau de 3.048 mètres (10 pieds). Hubbard avait trouvé un pilote pas trop respectable, mais il s’est avéré être l’ami / rival même de Kemp qui vient de mourir. Maintenant sans pilote, Hubbard veut / a besoin de Kemp, le propriétaire du seul vaisseau spatial privé disponible sur la Lune.

Notre antihéros hésite. Il veut suivre le droit chemin. Honnêtement, Kemp le veut. La vérité, la justice, le modèle américain. Tout le bazar. Néanmoins, compte tenu de la planification minutieuse de Hubbard, de son offre d’un nouveau véhicule spatial et de la possibilité / probabilité d’une immobilisation au sol, Kemp n’a pas beaucoup de choix. Il accepte d’aider Hubbard.

Le lendemain, Kemp charge Moon 02 et se prépare pour le vol vers l’astéroïde. Trois des objets chargés à bord sont de vieux moteurs-fusées qui seraient utilisés pour modifier la trajectoire de l’astéroïde. Lorsque la petite amie de Kemp arrive à l’improviste, en mode shérif complet, il déclare que ces moteurs-fusées font partie des mises à jour nécessaires pour rendre son vaisseau spatial pleinement opérationnel, afin qu’il ne soit pas immobilisé au sol. Rien à voir ici, rien à voir. (Bonjour, EP!)

Kemp et le susmentionné Korminski décollent peu de temps après, avec 2 minions de Hubbard. Les 3 moteurs-fusées sont placés avec succès sur l’astéroïde. Conscient du fait que le circuit de démarrage d’un des dits moteurs est défectueux, Kemp reste sur le dit astéroïde pour allumer manuellement les 2 moteurs non endommagés – et donner un bon coup au troisième pour le faire démarrer. Alors que l’astéroïde commence à s’éloigner, il réalise qu’il a oublié de détacher sa ligne de sécurité. Kemp a à peine le temps de la couper avant d’être entraîné par l’astéroïde redirigé.
 
Peu après le retour de Kemp, de Korminski et des minions à Moon City, notre antihéros se rend au bar. Comme par hasard, sa boisson alcoolique préférée n’est toujours pas disponible. Ce que Kemp prend goûte le carburant de fusée distillé, car c’est apparemment ce dont il s’agit. Il voit bientôt une Taplin très inquiète. Personne n’a vu son frère depuis quelques mois, dit-elle. Taplin est également préoccupée par le fait que la propriété de son frère peut enfin valoir quelque chose. Vous voyez, le dit frère a envoyé un message indiquant qu’il avait trouvé un filon mère de… quelque chose. S’il ne réussit pas à enregistrer cette découverte et, peut-être, à payer une quelconque somme d’argent dans les 3 prochains jours, la propriété du site reviendrait aux autorités lunaires. Taplin, ayant peu de choix à sa disposition, demande à Kemp s’il peut l’emmener à la propriété de son frère.

Espérant faire une tonne de foin / fric / pognon à la suite de son contrat faustien avec Hubbard, Kemp est de si bonne humeur qu’il dit oui. Un des minions de Hubbard ne l’entend pas de la sorte. Une bagarre s’ensuit. Kemp désactive accidentellement délibérément la gravité artificielle similaire à celle de la Terre – une impossibilité physique, du moins pour nous, êtres humains vivant en 2019. Pour une raison quelconque, comme c’est parfois le cas dans les films, ce combat possiblement risible se fait au ralenti, ce qui donne aux danseuses curieusement habillées un air encore plus étrange que d’habitude. Ais-je besoin de vous rappeler que Alerte satellite 02 n’est pas un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes?

Alors que la gendarmerie locale entre en scène pour arrêter la bagarre et arrêter les responsables, Kemp saisit Taplin et quitte en flèche. Ils montent à bord du Moon 02 et décollent. Si je peux me permettre une digression d’une nanoseconde, quelques milliards de nanosecondes en fait, photographier le vaisseau spatial directement d’en haut alors qu’il décolle était / est une bonne idée. C’est un plan magnifique.

Environ 20 minutes après avoir quitté Moon City, Kemp et Taplin alunissent au dépôt d’approvisionnement Farside Five, sur la face cachée de la Lune. Pourquoi ne pas atterrir à la propriété du frère de Taplin, demandez-vous, ami(e) lectrice ou lecteur? Et bien, dis-je, le relief lunaire près de cette propriété est trop accidenté. Chose intéressante, un des dômes translucides de Farside Five est orné d’une structure ouverte en forme de façade de bar de l’ouest sauvage.

Utilisant sa carte de crédit, et rêvant de ce qu’il obtiendrait pour les points, désolé, je digresse, Kemp loue un buggy lunaire pour le voyage de 24 heures vers la propriété. Ce voyage se déroule sans incident. Pas de monstres lunaires dans notre film, non monsieur. Alerte satellite 02 s’avère ainsi supérieur à Opération planère Mars et Battle Beyond the Sun, 2 long métrages mentionnés dans des numéros de juillet 2018 et septembre 2019 de notre blogue / bulletin / machin.

Une fois arrivés à la propriété, Kemp et Taplin commencent à regarder autour d’eux. L’assez petit, très petit en fait, espace de vie ressemblant à un igloo est vide. Leurs appels radio restent sans réponse. Ils voient alors une silhouette solitaire au loin. Taplin court vers elle et voit un crâne où un visage heureux et familier aurait dû être. Kemp suppose que le jeune homme a ouvert un réservoir d’air vide – un cas tragique de malchance, ou une erreur stupide aux dires de sa très sensible sœur, mais attendez.

Un terrible trio de méchants hombres (Hello EG!) attaque Kemp et Taplin. Ils mettent plein de trous dans leur buggy lunaire, en utilisant ce qui semble être des révolvers / pistolets plus ou moins conventionnels. Alors que Taplin se cache parmi les rochers, Kemp saisit son revolver et commence à tirer. En fait, il envoie calmement tous les méchants hombres chez leur créateur, l’autre gars. Incidemment, les combinaisons spatiales ont un code de couleur, probablement pour éviter que les spectatrices et spectateurs ne deviennent trop confus(e)s lors de cette fusillade dans un corral lunaire. Désolé. C’était méchant.

Incapables de retourner à Farside Five dans leur buggy lunaire endommagé et plein de trous, Kemp et Taplin montent à bord du véhicule de travail Bug-Dozer endommagé de son frère décédé. Alors qu’ils foncent à travers un paysage lunaire accidenté, le véhicule est frappé par la pleine brillance du Soleil. Il commence à surchauffer. Ça commence aussi à chauffer dans le cockpit. Kemp et Taplin doivent se déshabiller en sous-vêtements. Lorsque le Bug-Dozer prend finalement feu, ils mettent leurs combinaisons spatiales et courent se mettre à couvert, juste avant qu’il n’explose. Et non, Alerte satellite 02 n’est pas un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes.

Après une longue et fatigante marche, Kemp et Taplin arrivent à Farside Five, où la susmentionnée Murphy a toutes les intentions de les mettre en état d’arrestation pour avoir commencé la bagarre à Moon City. Comment elle arrive là n’est pas expliqué.

Kemp souligne rapidement que le frère de Taplin est mort. Il a été assassiné, dit-il. Se souvenant de la mauvaise attitude du superviseur de Farside Five lorsque lui et Taplin sont arrivé(e)s, Kemp le bluffe à avouer que le frère de Taplin a bel et bien été assassiné. Le dit superviseur, qui reçoit plus tard ce qu’il mérite, perdant sa vie aux gaz brûlants d’un petit moteur-fusée, a commis l’acte avec un réservoir d’air empoisonné.

Que se passe-t-il exactement, pense Kemp? Ensuite, pour citer le susmentionné Gru, lumière. Une propriété sur la face cachée de la Lune qui serait bientôt disponible à la vente, un astéroïde en saphir, et un enfoiré nommé…

Hubbard et ses minions arrivent à ce moment-là. Comment ils arrivent à Farside Five n’est pas expliqué non plus. Tragiquement, Murphy est rapidement tuée dans l’exercice de ses fonctions. Elle meurt dans les bras de Kemp.

Hubbard ne tarde pas à braquer une arme à feu contre la tête de Taplin. Vous voyez, le parcours de l’astéroïde n’est apparemment pas encore parfait. Il risque de rater un certain lopin de Lune que notre homme d’affaires avide a l’intention d’acheter dès son retour aux autorités lunaires. Naturellement, Hubbard n’a aucune intention de laisser l’astéroïde en saphir lui échapper. Après tout, il a eu beaucoup de mal à se préparer pour l’arrivée du dit astéroïde, jusqu’à et y compris l’assassinat du frère de Taplin.

Hubbard est si enthousiaste à l’idée de compléter son plan d’affaires qu’il dit à Kemp que Taplin et lui seraient envoyés à leur créatrice / créateur si notre antihéros ne se rend pas sur l’astéroïde pour une correction de trajectoire finale. Kemp accepte gracieusement.

Une fois sur l’astéroïde, Kemp effectue la correction de trajectoire requise. Alors que 2 de ses minions, sur l’astéroïde avec leur maître, gardent un œil, oui, oui, un œil, ce sont des minions après tout, sur lui, Hubbard relaxe, persuadé que l’argent qu’il ferait pourrait faire de lui la plus importante forme de vie basée sur le carbone dans le système solaire. Soudainement, Taplin active un des petits propulseurs du Moon 02, faisant fondre le casque du superviseur de Farside Five. Je vous avais dit qu’il recevrait ce qu’il mérite, n’est-ce pas? Korminski, libéré par Taplin (avec une petite scie circulaire?), abat un des minions.

Une impasse s’ensuit. Kemp actionne les moteurs-fusées de l’astéroïde, après avoir pris la précaution de s’attacher à une ligne liée au Moon 02. Hubbard et un minion se retrouvent abandonnés alors que Kemp et le Moon 02 galopent, désolé, se déplacent vers le Soleil couchant.

D’accord, d’accord, Kemp retourne à Moon City avec Taplin et Korminski. Peu de temps après avoir quitté l’astéroïde, Kemp rappelle à Taplin qu’elle est la propriétaire légitime de la propriété de son frère, du filon mère (de nickel?) qu’il a trouvé et, bientôt, d’un certain astéroïde en saphir écrasé. Elle est une jeune femme chanceuse et très riche. Apparemment indifférent au charme de Taplin pendant très longtemps, Kemp commence apparemment à s’y intéresser – alors que le corps de sa petite amie commence à refroidir. Désolé, désolé.

Fin.

Alors, je vous demande, ami(e) lectrice ou lecteur qui est encore choqué(e) par cette dernière phrase, est-ce que Alerte satellite 02 est un western, un drame policier ou un film d’action se déroulant dans l’espace? Mieux encore, peut-on dire que c’est une sorte de parodie de films spatiaux sérieux comme le susmentionné 2001 : Une odyssée de l’espace? Prenez votre temps pour écrire une réponse. La vérité est que vous avez une semaine entière.

Et oui, Kemp est peut-être un peu un enfoiré. Remarquez, Comme il est dit (tapé?) plus haut, Alerte satellite 02 dans son ensemble n’est pas exactement un phare brillant ouvrant la voie à plus de liberté et de pouvoir pour les femmes.

C’est tout pour la première partie de cet article. À plus tard, mon canard.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier