Il y a lancement de boue, et puis il y a lancement de boue

Médias
Using what appears to be a Power Jets W.2 turbojet engine to remove mud at the bottom of the River Thames, Erith, England, August 1947. Anon., “Have you seen?” Flying, June 1948, 42.

Good day, me reading friend and ... Désolé, mauvaise langue. Salutations, ami(e) lectrice ou lecteur. J’espère que vous ne portez pas vos meilleurs vêtements parce que le sujet d’aujourd’hui est un tant soit peu dégoûtant. Vous souvenez-vous des numéros d’avril 2018 de notre blog / bulletin / machin consacrés au déneigement? Non? Oui? Peu importe, car il n’y a pas de cornet de glace au menu aujourd’hui. Pensez tartes à la boue. Énormes tartes à la boue en fait.

En 1946-1947, quelques brillants esprits au Royaume-Uni commencent à s’intéresser aux applications non aéronautiques d’une toute nouvelle technologie et ... Non, pas la téléportation, la fusion nucléaire ou les voyages à une vitesse plus grande que celle de la lumière. Vous êtes très vilain(e) aujourd’hui, ami(e) lectrice ou lecteur. De bonnes idées cependant, mais vous vous écartez du sujet. La technologie que j’étais sur le point de mentionner est, vous l’avez deviné, le moteur à réaction. Un ou plusieurs des esprits brillants susmentionnés ont l’idée d’utiliser un tel moteur pour enlever la boue du fond d’une rivière, ce qui est en fait une assez bonne idée.

En moins de temps qu’il n’en faut pour dire supercalifragilisticexpidélilicieux, en d’autres termes dès août 1947, un turboréacteur Power Jets W.2, je crois, est monté sur une péniche, pointant vers le bas, et mis à l’épreuve, sur la Tamise, près de Erith, en aval de Londres, Angleterre – la ville même où se déroule l’essentiel de l’action du film musical de 1964 Mary Poppins, connu mondialement. De fait, saviez-vous, ami(e) lectrice ou lecteur, que Mary Poppins est un personnage qui apparaît dans une série de 8 livres pour enfants publiés entre 1934 et 1988 par l’auteure australienne Pamela Lyndon Travers, née Helen Lyndon Goff? Toutes mes excuses, je m’égare. Les experts en dragage de la Port of London Authority veulent savoir si le moteur à réaction peut être utilisé pour contrôler les bancs de boue qui croissent rapidement dans l’estuaire de la Tamise, ainsi que ceux qui menacent de bloquer certains quais au cœur de la ville. Et oui, ami(e) lectrice ou lecteur, une version du W.2 est mentionné dans un numéro d’avril 2018 de notre blog / bulletin / machin.

Fonctionnant dans environ un mètre (3 pieds) d’eau, l’équipage de la péniche peut enlever une tonne de boue en une minute. Dans des conditions idéales, il ne faut que 4 minutes pour entamer une entaille de près de 5 mètres (environ 16 pieds) dans le fond de la Tamise. Le souffle du moteur brise la boue, qui est emportée par la marée. Ce même souffle projette aussi de l’eau et de la boue à 6 mètres (20 pieds) dans les airs – un spectacle magnifique, mais aussi un tant soit peu malodorant et dégoûtant, mais je m’égare. De manière générale, le moteur à réaction enlève la boue 10 fois plus vite qu’une drague conventionnelle. Il consomme également du carburant à un rythme phénoménal : près de 23 litres (5 gallons impériaux / 6 gallons américains) par minute à pleine puissance. Pour une raison ou pour une autre, cette expérience fascinante ne semble pas conduire pas à l’utilisation régulière de moteurs à réaction pour enlever la boue au fond d’une rivière.

Incidemment, croiriez-vous qu’une variante de langue anglaise du mot supercalifragilisticexpidélilicieux est utilisée en 1931, environ 3 ans avant la publication du premier livre sur Mary Poppins?

L’auteur de ces lignes souhaite remercier toutes les personnes qui ont fourni des informations. Toute erreur contenue dans cet article est ma faute, pas la leur. Et non, le sujet de la semaine prochaine ne sera pas malodorant ou dégoûtant. Il pourrait toutefois être pas mal plus long que celui ci. Désolé.

Auteur(s)
Profile picture for user rfortier
Rénald Fortier