Profil du prix : Réinventer le Musée des sciences et de la technologie du Canada

5 m
Médias
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada

Le 17 novembre 2017, le Musée des sciences et de la technologie du Canada a marqué un tournant de son histoire. Le Musée a rouvert ses portes au public et entamé un tout nouveau chapitre après trois ans de fermeture.

Au cours des trois années précédant ce moment historique, une petite équipe d’employés dévoués a travaillé sans relâche pour complètement rebâtir les installations, y compris la création de toutes nouvelles expositions, en vue de la réouverture. Il s’agit d’un exploit d’équipe remarquable qui n’est pas passé inaperçu. Au printemps dernier, Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada s’est vu remettre le Prix d’excellence en expositions de l’Association des musées canadiens, lequel vise les expositions temporaires, permanentes ou itinérantes qui favorisent nettement et efficacement la compréhension du public.

Le Réseau Ingenium s’est entretenu avec toutes les équipes qui ont permis l’obtention de ce prix, et leur a demandé de partager des moments de leur parcours vers la réouverture du Musée. Le résultat est une compilation d’anecdotes à propos d’un groupe de personnes incroyables qui se sont relevé les manches pour réaliser un succès collectif.

L’équipe de conservation

Par Bryan Dewalt

Les conservateurs travaillent à gérer l’interface entre la collection du Musée et le public. Pour faire un bon travail, il faut regarder dans les deux directions. Nous travaillons directement avec le public afin d’acquérir des objets pour la collection nationale. Nous contribuons également à la compréhension du public en recherchant des objets, sélectionnant des objets pour les expositions et collaborant avec le public pour raconter des histoires intéressantes à propos des objets. Toutefois, lorsque j’ai commencé ma carrière de conservateur, je ne m’attendais certainement pas à me retrouver un jour dans un centre commercial d’Ottawa, une planchette à pince à la main, à poser des questions aux gens à propos de différents objets.  

Pour les rénovations du Musée des sciences et de la technologie du Canada, on a lancé un défi colossal, mais très intéressant, à l’équipe de conservation : présenter au public encore plus d’éléments de la collection et sortir des « trésors cachés » qui n’ont peut-être jamais été exposés. Bien que nous ayons fait notre possible pour proposer des sujets d’exposition qui auraient un attrait pour le public et nous concentrer sur les forces de la collection, nous étions conscients que la réussite ne dépendrait pas uniquement de notre expertise. Dès le départ, nous avons travaillé de près avec le personnel des expositions et les concepteurs contractuels pour créer une expérience pour les visiteurs qui optimiserait l’accès physique et intellectuel du public aux artefacts. Nous avons aussi collaboré avec des experts externes pour garantir l’exactitude de l’information fournie et une représentation diversifiée des expériences scientifiques et technologiques canadiennes. Finalement, après d’insistantes demandes du personnel des expositions, nous avons parlé à des gens ordinaires à propos de différents objets, de ce qui les intéressait, de ce qu’ils ne comprenaient pas, des questions qu’ils posaient.

Voilà comment je me suis retrouvé au centre commercial St. Laurent un jeudi soir d’automne en 2015. J’étais là, complètement hors de ma zone de confort, avec le personnel des expositions, à montrer des tableaux-annonces sur lesquels étaient fixées des photos d’artefacts. L’objectif n’était pas vraiment de nous aider à choisir les objets à exposer, mais d’en apprendre davantage sur les réactions des visiteurs potentiels à ces images et les interprétations qu’ils peuvent faire des regroupements que nous avons créés. Dans un sens, comme l’a dit un autre conservateur, il s’agissait d’un autre type de recherche, lequel permettrait d’améliorer notre compréhension des objets en les voyant à travers les yeux d’autres personnes. C’était également une merveilleuse démonstration de travail d’équipe, de professionnalisme et d’ouverture que nous avons tenté de mettre en pratique dans toutes les phases des rénovations du Musée. Au final, personne ne peut s’attribuer le mérite du nouveau Musée des sciences et de la technologie du Canada. Des employés dévoués et chevronnés, possédant une vaste gamme de compétences et la volonté de collaborer, non seulement entre eux, mais avec le public, ont été nécessaires pour réaliser ce projet.

Membres de l’équipe : Anna Adamek, Sharon Babaian, Cédric Brosseau, Tom Everrett, Emily Gann, William Knight, Michel Labrecque, Molly McCullough, David Pantalony, William McRae.

Équipe Accès

Par Gabrielle Trépanier

À la liste déjà longue de défis que posent la reconception et la reconstruction d’un musée national à partir de rien, et ce, en quelques courtes années, le Musée des sciences et de la technologie du Canada a ajouté l’audacieux objectif de devenir véritablement accessible. Mais oui! Bien sûr! Pas de problème. Oh là là!

Pour réaliser des changements, il est nécessaire d’avoir une multitude de personnes provenant de différents services et occupant différents postes de leadership. Il faut des personnes patientes à l’écoute et des alliés tenaces. Il faut du soutien et du courage de la part de la direction, car le processus est long et exige des ressources. Étonnamment, au cours des trois années qu’a demandé ce projet, toutes ces conditions essentielles se sont mises en place. Nous avons même gagné un prix du programme de certification pour l’accessibilité de la Rick Hansen Foundation.

Le plus drôle c’est que l’« équipe accès » n’a jamais été une équipe officielle. Il n’y avait pas de comité, pas de mandat, pas de réunion d’équipe. Un réseau de collègues partageant la même vision s’en est plutôt chargé. À partir de nos postes respectifs, nous avons appris comment créer des normes qui permettraient de construire des expériences accessibles. Nous avons appris comment travailler avec des concepteurs peu familiers avec la conception universelle. Nous avons choisi de créer des expositions incluant des personnes handicapées, tant par rapport à leurs histoires qu’à leurs technologies. Nous avons donc fait appel à des gens de l’extérieur du Musée, créant ainsi de nouveaux réseaux de conseillers et d’experts.

En y repensant maintenant, j’ai appris qu’être accessible n’est pas un état, mais une quête. Nous avons fait des erreurs, plusieurs erreurs, grandes et petites. Nous travaillons toujours à les corriger.

Un groupe de garçons essaie un géant microscope interactif dans l’exposition Les mondes cachés du Musée.

L’équipe de gestion de projet

Par Rachelle Fournier

Plusieurs moments qui ont eu lieu pendant les rénovations du Musée me viennent en tête. Mais, je dois dire que le plus mémorable et gratifiant pour moi a été de voir la réaction d’un jeune garçon pendant l’expérience du microscope de l’exposition Les mondes cachés. Il s’est soudainement retourné vers sa mère et semblait trembler de tout son corps. Puis, il a dit très fort : « Maman, c’est le meilleur musée du monde! » Il devait avoir sept ou huit ans. Ses yeux, son visage en entier, brillaient de plaisir. Je savais que nous avions réalisé notre objectif d’intégrer les sciences dans la vie des gens. Ces réactions sont les plus grandes récompenses.

Membres de l’équipe :

Allée des artefacts : Kevin Garnett, Carolyn Holland, William Knight, Fiona Smith-Hale, Kristy von Moos, Tony Missio, Jacey Kennedy, Andrew Macdonald, Chris Jaja.

Galerie des enfants : Sylvaine Champagne, Annie Jacques, Sue Warren, Sian Jones, Anna Adamek, Nori Gowan, Andrew Macdonald, Chris Jaja.

Retour aux re-sources : Sylvaine Champagne, Dawn Hall, Anna Adamek, William McRae, Sue Warren, Morley Ouderkirk, Patrick Legault, Kristy von Moos, Andrew Macdonald, Chris Jaja.

Se déplacer et connecter : Serge Duguay, Andre Dessaint, Britt Braaten, Sharon Babian, Cédric Brosseau, Tom Everrett, Molly McCullough, Kevin Machan, Morley Ouderkirk, Marcia Mordfield, Kristy von Moos, Marc Cappelli, Andrew Macdonald, Chris Jaja.

Créer et utiliser des connaissances : Rachelle Fournier, Annie Jacques, Dawn Hall, David Pantalony, Michel Labrecque, Erin Secord, Kristy von Moos, Sylvie Bertrand, Morley Ouderkirk, Andrew Macdonald, Chris Jaja, Nori Gowan.

La technologie du quotidien : Rachelle Fournier, Carolyn Holland, Tom Everrett, Emily Gann, Sean Tudor, Molly McCullough, Erin Secord, Kristy von Moos, Catherine Campbell, Andrew Macdonald, Chris Jaja, Nori Gowan.

Réalité augmentée : Renée Racicot, Annie Jacques, Fiona Smith-Hale, Patricia Montero, Sue Warren, Andrew Macdonald, Chris Jaja.

L’équipe des expositions et de l’interprétation

Par Annie Jacques

Le 19 novembre 2017 à 8 h 45, c’était jour d’ouverture. Le personnel s’était réuni dans le hall avant et attendait impatiemment l’ouverture des portes de notre nouveau Musée. Des collègues de tous les services s’étaient rassemblés : des gens des expositions, de la programmation, de la conservation, de la restauration, des achats et autres. C’était la première fois que toute l’équipe élargie était réunie et je me rappelle avoir regardé autour de moi, et m’être sentie émue et fière de ce que notre équipe avait accompli.

À 9 h, on a ouvert les portes. Une pléthore de visiteurs est entrée dans le nouveau bâtiment et tous avaient le sourire aux lèvres. Le personnel applaudissait et donnait des « top là » aux visiteurs. Pendant un moment, c’était comme si le temps s’était arrêté. Je me rappelle toutes les heures passées sur le projet, tous les efforts et le travail acharné pour atteindre cet objectif. J’étais littéralement en larmes. C’était probablement un des moments les plus mémorables de toute ma carrière.  

Membres de l’équipe : Annie Jacques, Carolyn Holland, Britt Braaten, Dawn Hall.

L’équipe de programmation (de gauche à droite) : Cassidy Swanston, Valerie Lefebvre, Catherine Emond, Line Pivin, and Corrie Bouskill.

L’équipe de l’expérience aux visiteurs

Par Valerie Lefebvre

Pour l’équipe de programmation, la réouverture du Musée était comme une course à relais. Toute l’équipe a dû composer avec le fait qu’elle n’avait aucun accès au Musée jusqu’à la journée de réouverture. C’est-à-dire qu’elle devait tester les expériences dans le stationnement, former les employés en portant des casques de sécurité et des couvre-chaussures et déballer du matériel pendant les jours de congé. La première répétition du spectacle sur la Scène Démo, Pyro-techno, s’est faite devant une salle comble le jour de l’ouverture. Pendant ce temps, l’équipe a vraiment collaboré pour se soutenir, s’assurant qu’aucun membre ne relevait les défis seul. Malgré les nombreuses longues journées, l’énergie est toujours demeurée positive et agréable, et nous avons tous franchi le fil d’arrivée ensemble.

Membres de l’équipe : Catherine Émond, Corrie Bouskill, Anouk Adam, Valerie Lefebvre, Annique Latrémouille, Gerald James, Daniel Filion, Jonathan Jerome, Sylvie Jones, Andréanne Tessier, Luc-André Guibord, Line Pivin.

Durant la reconstruction du Musée, on a découvert tout plein de petites traces de pattes de ratons laveurs dans les locomotives.

L’équipe de la conservation et de la collection

Par Sue Warren

Un défi de restauration

Les quatre locomotives sont restées dans le Musée pendant la démolition du Musée, lequel a été rebâti autour d’elles. Elles ont été protégées des activités de construction à l’aide panneaux de contreplaqué recouverts de toiles de plastique. Nous croyions avoir tout prévu, tout sauf la présence de visiteurs hâtifs qui ont élu domicile dans les locomotives pendant l’hiver : une famille de ratons laveurs a passé quelques mois bien au chaud à dormir, à manger et à tout détruire à l’intérieur des cabines de trois des locomotives. Ils n’étaient pas heureux de se faire évincer au printemps (ils ont même tenté de revenir une fois la construction terminée!), mais se sont bien vengés en nous laissant de gros dégâts à nettoyer. En plus d’avoir à récurer les endroits où ils avaient fait leurs besoins, et les centaines de petites traces de pattes sales, tous les sièges ont dû être recouverts, les ratons les ayant tous déchirés dans leur quête de matière à utiliser pour leur litière.

La conservation à son meilleur!

Le personnel de conservation s’en est donné à cœur joie dans la conception de notre nouvelle galerie de présentation de la collection, l’Allée des artefacts. Nous prenons soin de la collection au quotidien et la connaissons probablement mieux que n’importe qui au Musée. Lorsqu’on nous a demandé de partager des idées sur les objets à y inclure, nous avons été nombreux à suggérer nos préférés. Puis, nous avons eu le plaisir de travailler sur ces objets! Demandez à n’importe quel membre de l’équipe de vous montrer son choix et je vous garantis qu’il le fera avec le sourire. Il s’agit d’une présentation de certains de nos artefacts les plus beaux, les plus intéressants et les plus fascinants. Bon nombre d’entre eux n’ont même jamais été exposés auparavant.  

Membres de l’équipe :

Musée des sciences et de la technologie du Canada : Jessica Lafrance-Hwang, Kevin Machan, Tony Missio, Patricia Montero, Erin Secord, Sue Warren.

Restaurateurs contractuels : Cindy Lee Scott, Jacqueline Riddle.

Fabricants de supports : Kenn Bingley, Derek Brousseau, Joe Crupi.

Musée de l’aviation et de l’espace du Canada : Matt Bruce, Raymond Contant, Rejean Demers, Erika Range.

Conservation in its element!

Our new collection showcase gallery, Artifact Alley, was a real pleasure for conservation staff to work on. We care for the collection on a daily basis, and know it perhaps better than anyone in the museum. When we were asked to contribute ideas about which objects to include, many of us suggested our favourites. Then we had the pleasure of working on them! Ask any one of our team to show you their choice, and I guarantee you they will be smiling when they do so. This is a display of some of our most beautiful, interesting, and engaging artifacts – many of which have never been on exhibit before.

Team members:

Canada Science and Technology Museum: Jessica Lafrance-Hwang, Kevin Machan, Tony Missio, Patricia Montero, Erin Secord, Sue Warren

Contract conservators: Cindy Lee Scott, Jacqueline Riddle

Mountmakers: Kenn Bingley, Derek Brousseau, Joe Crupi

Canada Aviation and Space Museum: Matt Bruce, Raymond Contant, Rejean Demers, Erika Range

Une affiche de la McLaughlin Carriage Company est un exemple de la documentation sélectionnée pour être exposée.

 

L’équipe de la bibliothèque et des archives

Par Catherine Campbell

Un moment mémorable du parcours vers la réouverture

« Avez-vous vu l’affiche de la McLaughlin Carriage Company dans l’Allée des artefacts? »

Au début du processus de remise à neuf, le personnel de la Bibliothèque et archives a passé du temps avec des équipes des expositions pour tenter d’avoir une idée des thèmes des diverses expositions. Puis, les membres ont ratissé nos collections pour trouver les images parfaites qui appuieraient l’interprétation des artefacts ou qui seraient présentées individuellement.

Nous avons ausculté des photographies, des dessins et d’autres matériels des archives; exploré la salle des livres rares; examiné des numéros d’anciens périodiques; et consulté un nombre infini de sources de documentation pour tenter de trouver les images parfaites qui provoqueraient une réaction de bonheur chez les conservateurs et les concepteurs. Les pièces sélectionnées ont été numérisées ou, pour les articles qui seraient véritablement exposés, évalués par le service de Conservation.

À l’occasion, nous allions discrètement au Musée pour jeter un coup d’œil aux expositions en construction.

Le grand dévoilement a eu lieu à l’ouverture pour le personnel. Nous avons alors pu voir tous les éléments de la Bibliothèque et archives dans des présentoirs, agrandis et fixés au mur, ou reproduits sur les panneaux explicatifs… et il y en avait toute une série! Dans toutes les nouvelles expositions, dont La technologie au quotidien, Les mondes cachés, Les sens et la médecine, Allée des artefacts, La vapeur : un monde en mouvement, Concevoir le son et En pleine nature, nos efforts ont été récompensés à l’aide d’évocations visuelles de notre contribution. L’affiche de la McLaughlin n’était que le début.

Membres de l’équipe : Marcia Mordfield, Catherine Campbell, Sian Jones, Kristy von Moos, Sylvie Bertrand, Fiona Smith Hale.

Auteur(s)
Profile picture for user Sonia Mendes
Sonia Mendes

Sonia Mendes est la rédactrice/réviseure anglophone pour Ingenium. Elle adore fouiller en coulisse pour raconter les histoires cocasses et colorées de la vie au musée ainsi que tout ce qui touche la science et l’innovation.