La construction d’une nouvelle vie colorée

3 m
Médias
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada
« En pleine réflexion » par Nathan Sawaya.

Avez-vous déjà rêvé d’abandonner votre emploi pour vous amuser avec des jouets à la place?

Voilà exactement ce qu’a fait l’ancien avocat de New York Nathan Sawaya, et celui-ci ne pourrait être plus heureux. Nathan Sawaya crée des œuvres d’art inspirantes à partir de l’un des jouets les plus reconnaissables dans le monde : la brique LEGO®. Une exposition de ses créations, THE ART OF THE BRICK (L’art de la brique), a voyagé aux quatre coins du monde et fait partie de l’une des dix « Une exposition à ne pas manquer » selon CNN.

THE ART OF THE BRICK (L’art de la brique) s’ouvre au Musée des sciences et de la technologie du Canada ce mois-ci, alors Réseau Ingenium a rencontré Nathan Sawaya pour en apprendre davantage sur son parcours étonnant dans l’univers de l’art.

Réseau Ingenium : Je pense que beaucoup de gens sont fascinés par le fait que vous avez quitté un emploi dans le domaine du droit des sociétés et un salaire d’au moins 100 000 dollars pour devenir un artiste de LEGO à plein temps. Racontez-moi comment vous avez pris cette décision et comment vous avez vécu cette transition.

Nathan : Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, je ne croyais pas suffisamment à mon art pour m’y consacrer à plein temps et j’avais l’impression que la société faisait pression pour que je devienne un professionnel, alors je me suis inscrit à la faculté de droit et je suis devenu avocat. Lorsque je pratiquais le droit, je passais de longues journées à la firme de New York, et j’avais besoin d’une sorte d’exutoire quand je rentrais à la maison. Certaines personnes vont à la salle de sport à la fin de la journée, mais j’ai constaté que j’avais besoin de donner libre cours à ma créativité. Alors, je dessinais, je peignais ou j’écrivais. Je sculptais même parfois. Et un jour, je me suis mis au défi de créer une sculpture à l’aide de ce jouet de mon enfance. C’est ainsi que j’ai commencé à expérimenter en utilisant les briques LEGO comme moyen artistique. J’ai créé une collection de sculptures, puis un site Web — ma propre galerie virtuelle — pour la présenter. Au bout d’un certain temps, on s’est mis à me commander des œuvres. Et le jour où mon site a planté parce que trop de personnes tentaient d’y accéder, j’ai décidé d’opérer un changement dans ma vie. J’ai quitté mon emploi de jour pour devenir un artiste à plein temps.

C’était à la fois effrayant et totalement libérateur. J’étais maître de ma propre destinée, et ce premier matin où je me suis réveillé après avoir quitté le cabinet a marqué le début d’une aventure qui s’est avérée vraiment palpitante.

L’art de la brique

« Force de caractère » par Nathan Sawaya.

Réseau Ingenium : L’ampleur de vos projets exige manifestement une tonne de briques LEGO! Combien en achetez-vous chaque année et comment les ordonnez-vous?

Nathan : Je possède environ sept millions de briques dans mon atelier à Los Angeles. Elles représentent de loin mes plus grandes dépenses en capital. Je les classe selon leur forme et leur couleur dans des bacs en plastique. De cette façon, lorsque je réalise un projet, je peux saisir immédiatement les briques dont j’ai besoin.

Dans mon atelier, j’ai généralement deux ou trois projets différents en cours. Quand je ne suis pas en voyage pour THE ART OF THE BRICK (L’art de la brique), je travaille six jours par semaine à l’atelier, où je consacre des journées complètes à mes divers projets artistiques. Une sculpture de forme humaine grandeur nature peut me prendre jusqu’à deux à trois semaines à réaliser.

Réseau Ingenium : Décrivez votre processus de création : d’où vous viennent vos idées? Combien de temps vous faut-il habituellement pour faire passer une idée du stade de concept à celui de sculpture achevée?

Nathan : Le processus de création pour ces sculptures commence par une idée. Celle-ci est l’élément essentiel de la création d’une œuvre. Et cette idée doit être inspirée. L’inspiration est difficile à définir, car on peut la puiser à différents endroits. Comme plusieurs de mes expositions sont en tournée autour du globe, j’ai la chance de pouvoir voyager beaucoup dans le monde. J’ai la possibilité de rencontrer des gens différents, de visiter des endroits différents et de découvrir des cultures différentes. Et j’utilise ces moments comme source d’inspiration. J’ai toujours sur moi un carnet de croquis pour noter mes idées au fur et à mesure qu’elles surviennent.

Quand je trouve l’inspiration pour une nouvelle œuvre, je suis toujours excité, mais l’étape suivante implique une planification rigoureuse. J’aime planifier le plus possible la sculpture. Je veux pouvoir visualiser la dernière pièce avant de poser la première brique. Durant la construction, je colle chacune des briques ensemble. Parce que nous envoyons les œuvres partout dans le monde, je me suis rendu compte qu’il était important de coller toutes leurs briques pour permettre aux sculptures de survivre à l’expédition. Maintenant, comme je colle les briques ensemble, je dois parfois utiliser un ciseau et un marteau pour disjoindre les briques quand je fais une erreur. Cela peut ralentir le processus. Quand je travaille sur une sculpture, je passe de 10 à 12 heures par jour dans mon atelier. Une fois la sculpture achevée, je ressens la même excitation que celle que j’ai sentie lorsque j’ai eu l’idée de départ. Mais je mets rapidement à penser au prochain projet.

L’art de la brique

« Joueur de baseball » par Nathan Sawaya.

Réseau Ingenium : Vos œuvres ont parcouru le monde entier — elles ont fait une apparition dans une vidéo de Lady Gaga, sur le tapis rouge d’un gala des Academy Awards et même lors d’un match des Rays de Tampa Bay. Quel est l’un de vos moments favoris — ou l’un des plus mémorables — de votre parcours?

Nathan : Vous avez mentionné la partie de baseball des Rays de Tampa Bay qui, je crois, est entrée dans l’histoire de la MLB, puisque j’ai été la toute première personne à effectuer un premier lancer avec une balle entièrement faite de briques LEGO. Heureusement, la balle s’est rendue jusqu’au gant du receveur sans se briser.

Mais je serais vraiment incapable de dire quel moment a été le plus mémorable parce qu’ils sont tous si différents! Quand je travaillais comme avocat, je n’aurais jamais pensé qu’une carrière d’artiste m’amènerait à autant d’endroits formidables. Je suis ému par toutes ces possibilités que mon travail de création artistique me permet d’explorer. La chose la plus marquante, c’est peut-être la découverte de ma passion et le fait que je réalise mes rêves. En tant qu’artiste, je voyage dans le monde entier et je rencontre des gens de tous les horizons. Si j’étais demeuré un avocat, je ne sais pas si j’aurais pu vivre des choses aussi fantastiques qu’assister à la cérémonie des Academy Awards, être invité à la Maison-Blanche, rencontrer des membres de la royauté ou même travailler avec Lady Gaga. Dans l’ensemble, ma pire journée comme artiste est encore mieux que ma meilleure journée en tant qu’avocat.

Réseau Ingenium : Dans THE ART OF THE BRICK (L’art de la brique), vous avez sélectionné aussi bien des œuvres originales que des réinterprétations de chefs-d’œuvre célèbres, comme La Nuit étoilée de Vincent Van Gogh et le Portrait de Mona Lisa de Léonard de Vinci. Qu’espérez-vous que les visiteurs retiennent de l’exposition?

Nathan : En gros, mon rôle en tant qu’artiste est d’inspirer. Tout au long de mon parcours personnel, j’ai appris que l’art n’est pas accessoire. Il n’est pas simplement agréable, il est essentiel. Je n’étais pas heureux comme avocat, mais la création artistique me rendait heureux, alors j’ai fini par changer de carrière pour me concentrer sur la création artistique. Je ne suis pas le seul à ressentir les effets positifs de l’exercice de la créativité. Il a été prouvé à maintes reprises que les élèves réussissent mieux à l’école lorsqu’ils sont exposés à l’art. On constate de meilleurs résultats aux examens et une diplomation plus élevée quand l’art est inscrit au programme scolaire. Et on fait souvent appel à la création artistique dans le cadre de nombreux types de thérapies et processus de guérison. La création artistique vous rend plus heureux. La création artistique vous rend plus intelligent. La création artistique vous permet de vous sentir plus en forme. De toute évidence, la création artistique fait de vous une meilleure personne. Je veux inciter les gens à créer afin qu’ils contribuent à rendre le monde meilleur. Est-ce ambitieux? Bien sûr, et je le sais — mais pourquoi pas?

Réseau Ingenium : Quels sages conseils donneriez-vous à un enfant ou à un jeune qui admirent vos œuvres et qui aimeraient suivre vos traces?

Nathan : Exerce-toi encore et encore. Ne renonce jamais à tes rêves. Et ne perds jamais ton imagination.

Auteur(s)
Profile picture for user Sonia Mendes
Sonia Mendes

Sonia Mendes est la rédactrice/réviseure anglophone pour Ingenium. Elle adore fouiller en coulisse pour raconter les histoires cocasses et colorées de la vie au musée ainsi que tout ce qui touche la science et l’innovation.