Les musées revoient leurs façons de nouer le dialogue à l’heure de la COVID-19 et de la distanciation physique

Share
5 m
Médias

Le vendredi 13 mars 2020, dans une avalanche de nouvelles déclenchées par la COVID-19, les employés d’Ingenium ont reçu la consigne d’emporter leurs dossiers et leurs ordinateurs portables à la maison afin de pouvoir travailler à distance. Ce soir-là, les trois musées d’Ingenium — le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et le Musée des sciences et de la technologie du Canada — ont fermé leurs portes au public. Le lundi suivant, chacun de nous a commencé à prendre conscience de notre nouvelle réalité. À court terme, quelles seraient les conséquences de cette nouvelle situation pour Ingenium et ses musées?

Le rôle principal de nos musées des sciences est de jeter un pont entre la science et la société. Établies dans des lieux physiques, nos institutions offrent un espace sûr et inclusif, où des personnes de tous horizons peuvent se familiariser avec la science, mieux comprendre sa portée et interpréter le monde dans lequel elles vivent.

Ce qui fait la force des musées, ce sont les interactions en personne. Par le biais de ses expositions interactives, de ses programmes et de ses activités de sensibilisation, Ingenium offre des occasions d’apprentissage informel. Mais voilà que, dans un monde bouleversé par la COVID-19, nos lieux physiques sont restreints. Comme de nombreuses organisations, Ingenium a rapidement constaté qu’Internet constituait dorénavant son principal outil pour communiquer avec ses divers publics. Alors comment avons-nous adapté notre façon d’entrer en contact avec le public et comment cela fait-il évoluer notre rôle de pont entre la science et la société?

En prenant conscience des grands défis sociaux auxquels nous sommes confrontés collectivement, nous sommes parvenus à définir trois grandes orientations stratégiques :

●    Aider nos publics à comprendre les fondements scientifiques des politiques de santé publique;
●    Accompagner les parents ou tuteurs et les enseignants dans l’enseignement des sciences en mode virtuel;
●    Favoriser un fort sentiment d’appartenance à la communauté d’un bout à l’autre du Canada.

 

Vulgariser les fondements scientifiques des politiques

Les musées du monde entier ont le devoir et le privilège de constituer des sources d’information accessibles et fiables pour un large éventail de publics. De ce fait, Ingenium et, dans son ensemble, la communauté vouée à l’enseignement informel des sciences sont à même d’aider les publics à aborder des sujets difficiles.

En cette période de crise, le rôle de vecteur d’information que jouent les musées est plus important que jamais. Nos publics sont inondés d’information relative à la santé publique, qui provient de sources tantôt officielles, tantôt politisées, et qui s’avère parfois complètement fausse et préjudiciable. Certains peuvent trouver difficile de déterminer sur Internet ce qui constitue une information fiable et factuelle. Devant ce foisonnement d’information, Ingenium s’est fixé comme priorité de servir ses publics en leur présentant des concepts complexes liés à la santé publique, de même que leurs implications, sous forme d’articles informatifs faciles à comprendre, intéressants et sympathiques.
 

Une fille est allongée devant une tablette en souriant, tandis que des icônes représentant l'agriculture et l'alimentation, l'aviation et l'espace, et la science et la technologie sautent de l'écran

Quand vous ne pouvez pas venir dans les musées, nous transportons les musées chez vous! Cette page est une entrée vers une gamme de ressources intéressantes en ligne. Elle est parfaite pour les parents, les enseignants et les élèves.

Faire entrer les sciences dans les foyers

Parents, tuteurs et enseignants, qui ont l’habitude de respecter un horaire scolaire structuré en semaine et de visiter des musées et centres scientifiques à des fins de divertissement ou d’éducation, doivent désormais veiller à l’instruction des enfants à la maison. Les musées d’Ingenium s’acquittent pleinement de leur mission de soutien pédagogique en fournissant du matériel amusant d’actualité pour favoriser l’apprentissage à domicile.

Les musées disposent d’un riche contenu élaboré pour ses activités axées sur les interactions en personne. Afin de faire face à la crise, Ingenium, en collaboration avec d’autres institutions, adapte ces activités en les numérisant sous forme de vidéos, d’articles et de guides pratiques, et met ainsi ces différentes ressources à la disposition de sa communauté grâce à ses sites Web et à ses médias sociaux.

Nos musées doivent mettre les activités éducatives offertes à la portée de tous les habitants du Canada, quels que soient leur bagage et leurs capacités. Dans le contexte mondial actuel, non seulement cet objectif est resté inchangé, mais il est même devenu primordial. Nous devons aujourd’hui réfléchir à la meilleure façon de mettre en œuvre une stratégie numérique inclusive afin de joindre les personnes qui ne disposent pas de connexion Internet, qui appartiennent à une minorité linguistique, qui vivent avec un handicap ou en situation de précarité économique. Les stratégies et les relations établies durant cette période d’adaptation pourraient avoir des effets durables sur l’inclusion de ces groupes de personnes.

Rassembler la communauté et s’épauler

Un musée est plus qu’un lieu d’apprentissage, c’est aussi un lieu d’appartenance. Entre les murs de nos musées, on trouve une communauté et on se lie d’amitié. Dans le sillage de la COVID-19, qui implique la mise en œuvre d’importantes mesures de distanciation physique, le besoin de contacts humains se révèle encore plus grand et pressant. Ingenium a donc élargi sa conception des médias sociaux, qui sont devenus des outils servant à inciter à l’optimisme et à rapprocher les membres de la communauté. Par le biais du contenu diffusé en ligne, nous cherchons également à exprimer notre empathie, à démontrer notre humanité — nos joies et nos frustrations — et à créer une certaine convivialité malgré la distance physique. Adapter nos contenus destinés au public dans le contexte d’un changement social d’une telle ampleur n’est pas chose facile. En faisant état de nos propres difficultés et de nos solutions, nous servons de modèle à ceux qui essaient de s’adapter à la situation actuelle.

Cet esprit communautaire se développe également dans notre secteur d’activité. Musées, centres des sciences et autres organisations vouées à l’apprentissage informel s’épaulent mutuellement, ce qui favorise grandement la créativité et la collaboration. Grâce à de nouveaux réseaux, les acteurs de notre secteur peuvent échanger sur leurs difficultés, leurs idées et leurs approches afin de favoriser ensemble le sentiment d’appartenance et l’inclusivité pour le bien de nos publics et de nos pairs.

Une capture d'écran de la page Facebook d'Ingenium Canada. L'image d'en-tête montre un gros plan d'une locomotive avec le bâtiment du Centre Ingenium à l'arrière-plan

Les médias sociaux sont devenus un outil de plus en plus important pendant la pandémie COVID-19

Répondre aux besoins changeants

La pandémie mondiale de la COVID-19 fait ressortir le rôle essentiel et important des musées et des organisations culturelles dans la société. Nos objectifs demeurent inchangés, mais nous devons plus que jamais les atteindre. Ce qui a changé, c’est le contexte et la manière.

Quand nous sommes passés d’un lieu essentiellement physique à un espace essentiellement numérique, notre première initiative a été de rendre disponibles rapidement les ressources nécessaires. Nous devons désormais travailler de près avec nos publics pour nous assurer que nos stratégies tiennent compte de leurs besoins changeants. Cela exige une collaboration étroite avec les comités consultatifs et les groupes de revendication, les intervenants des services communautaires et le public. En ce sens, la COVID-19 nous a fourni l’occasion de réaliser notre mission de manière inédite.

Il est tout aussi important de prendre conscience de l’évolution de nos propres besoins. Nous sommes certes des employés des musées, mais nous traversons également cette période de pandémie. Le temps et les outils dont nous disposons ainsi que notre capacité mentale sont limités, car nous gérons aussi des facteurs de stress, les besoins de nos familles et d’autres impératifs. Malgré nos limites personnelles, nous avons trouvé empathie et soutien dans nos communautés.

Lorsque les portes de nos musées s’ouvriront à nouveau, les outils et les liens que nous avons établis continueront de nous inspirer de nouvelles façons d’interagir avec nos publics, nos partenaires, nos collègues et nos pairs. Pour l’instant, nous procédons par tâtonnement dans ce nouvel univers, et nos expériences pourraient ne pas toujours produire les résultats escomptés. Mais cela ne devrait pas nous décourager, puisque l’échec est un merveilleux moteur d’innovation.

Cet article a été publié à l'origine comme éditorial pour le Centre canadien de la politique scientifique. Visitez leur page web pour plus d'éditoriaux sur la réponse du Canada au COVID-19.

Profile picture for user Michelle Campbell Mekarski
Michelle Campbell Mekarski

En tant que conseillière scientifique au Musée des sciences et de la technologie du Canada, Michelle Campbell Mekarski vise à combler l’écart entre la communauté scientifique et le public en rendant les sciences et la technologie intéressantes, accessibles et amusantes. Détentrice d’un doctorat en biologie évolutionniste et en paléontologie, elle possède de nombreuses années d’expérience en conception et en animation d’activités de vulgarisation scientifique. Dans ses temps libres à l’extérieur du Musée, elle enseigne à l’Université d’Ottawa ou à l’Université Carleton, fouille le sol à la recherche de fossiles ou se détend au bord de l’eau.

Profile picture for user Renée-Claude Goulet
Renée-Claude Goulet

Renée-Claude Goulet est conseillère scientifique au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada.

Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Jesse est un scientifique, un éducateur et un communicateur scientifique passionné. En tant que professeur adjoint à l'Université York, au département des sciences, de la technologie et de la société, il enseigne trois cours : Histoire de l'astronomie, Introduction à l'astronomie et Exploration du système solaire. Il collabore fréquemment avec le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada, et prête sa voix d’expert au Réseau Ingenium. Jesse est un astrophysicien et ses recherches explorent la façon dont les trous noirs supermassifs évoluent à travers le temps. Que ce soit en classe, par le biais des médias sociaux ou à la télévision, il encourage les conversations sur la façon dont la science et la société se croisent et sur la raison pour laquelle la science est pertinente dans notre vie quotidienne.