Hommage aux braves : les récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria

3 m
Médias
Illustration de la couverture d’un livret publié en 1944 afin de raconter l’histoire des récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria. L’éditeur du livret est inconnu; le livret est conservé par Archives de l’Université d’Ottawa.

Tandis que l’on s’apprête à commémorer le jour du Souvenir, le Réseau Ingenium braque les projecteurs sur quelques récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria.

La Croix de Victoria est un honneur décerné à des membres des forces armées britanniques et de celles des nations membres du Commonwealth, dont fait partie le Canada. Étant donné le rapport à l’histoire de l’aviation qu’entretient Ingenium par l’entremise du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, le Réseau a décidé de relater l’histoire de trois aviateurs canadiens exceptionnels. Avant toute chose, retraçons l’histoire de la Croix de Victoria.

Histoire de la Croix de Victoria

La médaille a été nommée en l’honneur de la reine Victoria, qui devint reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande en 1837, alors qu’elle n’avait que 18 ans.

La Croix de Victoria occupe une place vraiment unique dans l’histoire de la guerre. La médaille est une croix pattée de bronze sur laquelle figurent une couronne royale coiffée d’un lion et un listel portant l’inscription « FOR VALOUR » (« POUR BRAVOURE »). Les premières Croix de Victoria furent décernées en 1857, après la guerre de Crimée. Un mythe répandu au sujet de la création de la Croix de Victoria veut que chaque médaille soit fabriquée à partir du métal du même canon russe saisi par les Britanniques durant ce conflit. Il est plus probable que les médailles soient fabriquées à partir du cuivre provenant d’un canon chinois saisi pendant les guerres de l’opium menées au XIXe siècle. Même si toutes les médailles se ressemblent, chacune d’elles est personnalisée grâce à l’inscription sur le revers de la date à laquelle son récipiendaire a accompli l’acte de bravoure.

La toute première Croix de Victoria décernée à un Canadien fut remise au lieutenant Alexander Dunn. Celui-ci reçut la médaille pour ses actes de bravoure pendant la guerre de Crimée; il prit également part à la charge de la brigade légère.

Depuis sa création, la Croix de Victoria a été décernée à 1351 personnes, dont à 99 Canadiens. De multiples conflits internationaux ont valu à de nombreux Canadiens cette décoration. Dix Canadiens ont reçu cette médaille avant la Première Guerre mondiale, dont cinq pendant la guerre des Boers menée en Afrique du Sud (1899-1902). La Croix de Victoria a été décernée à 73 Canadiens pendant la Première Guerre mondiale et à 16 autres pendant la Seconde Guerre mondiale en reconnaissance de leurs exploits durant ces conflits.

Croix de Victoria — croix de bronze sur laquelle figurent une couronne coiffée d’un lion et un listel portant l’inscription « FOR VALOUR ».

Croix de Victoria originale appartenant à la collection de l’Imperial War Museum.

Rayonnement canadien

Les histoires des récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria sont, pour le moins, poignantes. Au fil des ans, nombre de Canadiens et de Canadiennes ont servi avec distinction, mais quelques histoires illustrent des actes de courage particulièrement remarquables. L’une d’elles explique comment Alan Arnett McLeod, un jeune Manitobain de 18 ans, a réussi à ramener au sol son avion de reconnaissance et bombardier léger en flammes de façon suffisamment sécuritaire pour sauver non seulement sa vie, mais aussi celle de son observateur et artilleur, tout en essuyant les tirs de plusieurs avions ennemis.

Une autre histoire exceptionnelle met en scène William Avery « Billy » Bishop, un pilote encore vénéré par de nombreux Canadiens férus d’aviation. As de l’aviation canadienne, ce pilote a joué un rôle important dans le recrutement au sein de l’Aviation royale du Canada et dans la promotion du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth pendant la Seconde Guerre mondiale.

William George Barker a acquis sa notoriété en participant à l’un des affrontements les plus rudes de la Première Guerre mondiale et en devenant le pilote canadien le plus décoré. L’ampleur de la contribution de ces personnes, en dépit de ressources parfois limitées, est probablement le fil le plus fascinant de la trame tissée par ces histoires. Quand on pense aux conditions dans lesquelles elles ont combattu et à l’équipement à leur disposition, on ne peut qu’apprécier la virtuosité et la bravoure dont elles ont fait preuve.

Le Canada a décidé de concevoir sa propre décoration pour rendre hommage à ses vétérans et, en 1993, la reine Elizabeth II a autorisé la création de la Croix de Victoria canadienne. Semblable à sa prédécesseure, cette médaille est une croix pattée sur laquelle l’inscription « FOR VALOUR » a été remplacée par « PRO VALORE ». On a choisi le latin plutôt que l’anglais afin de tenir compte du caractère bilingue du Canada. La Croix de Victoria canadienne n’a pas encore été remise.

Consultez le portail Réseau Ingenium durant les prochains jours afin de découvrir les histoires d’Alan Arnett McLeod, de William Avery « Billy » Bishop et de William George Barker, tous trois récipiendaires de la Croix de Victoria.

Auteur(s)
Profile picture for user Connor Wilkie
Connor Wilkie

En tant qu’étudiant inscrit à un programme coopératif à Ingenium, Connor s’apprête à faire de la recherche et à rédiger une panoplie d’histoires au cours des prochaines semaines. Détenteur d’une formation en journalisme, Connor aime rester informé sur toute sorte de sujets, qu’il s’agisse des sciences et de la technologie ou des actualités quotidiennes. Lorsqu’il n’est pas occupé à écrire, Connor aime passer du temps à faire de la photo et des vidéos.