Hommage aux braves : Robert Hampton Gray a été le dernier récipiendaire de la Croix de Victoria au Canada

Share
3 m
Médias
Robert Hampton Gray en 1941 lorsqu’il recevait ses ailes de pilote après de nombreux mois d’entraînement.

Rober Hampton « Hammy » Gray est né à Trail, en Colombie-Britannique, le 2 novembre 1917. Sa famille a déménagé plus tard à Nelson, en Colombie-Britannique, où il a fait une grande partie de ses études avant d’aller à l’université en Alberta. M. Gray a finalement changé d’université pour aller à l’Université de la Colombie-Britannique afin de poursuivre des études prémédicales. Il a poussé sa carrière universitaire assez loin avant de décider de laisser cette vie derrière pour s’enrôler dans la Réserve de volontaires de la Marine royale du Canada en 1940. Le septembre suivant, M. Gray a été choisi pour faire la traversée en bateau vers l’Angleterre, en compagnie de 74 autres recrues, pour suivre une formation de pilote dans les installations du HMS Raleigh. 

Bien que M. Gray se soit distingué partout où il allait, ce qu’il a réalisé entre le mois d’août 1943 et les combats dans le Pacifique en 1945 a véritablement démontré au monde de quelle trempe il était. 

Il a été formé pour devenir pilote de chasse pour l’unité de combat aérien de la Marine royale, soit leur flotte aérienne. En 1941, après avoir terminé sa deuxième ronde de formation au Canada, il a reçu son diplôme et a réalisé son objectif de devenir un véritable pilote. Après avoir obtenu la certification de pilote pour la flotte aérienne de la Royal Navy, M. Gray a voyagé partout dans le monde. Il a été envoyé en Afrique orientale et au front pacifique pendant la deuxième moitié de la Deuxième Guerre mondiale. Il y a également eu une période où il était en Afrique du Sud avec l’escadron 789. Après son retour en Angleterre, M. Gray a été affecté au porte-avions HMS Illustrious, puis au HMS Formidable. À cette époque, M. Gray pilotait un Vought F4U Corsair, lequel était conçu pour s’envoler à partir d’un porte-avions. Il combattait maintenant des vaisseaux allemands et a goûté à ses premiers combats. Bien que M. Gray se soit distingué partout où il allait, ce qu’il a réalisé entre le mois d’août 1943 et les combats dans le Pacifique en 1945 a véritablement démontré au monde de quelle trempe il était. 

L’acte de bravoure

Une photo d’un buste de Robert Hampton Gray fait de métal, au centre-ville d’Ottawa.

Outre les autres monuments qui lui ont été consacrés, le buste de M. Gray est l’un de 14 monuments commémoratifs placés le long d’une allée du centre-ville d’Ottawa. 

 

Même avant qu’on lui décerne la Croix de Victoria, M. Gray s’était déjà imposé comme pilote de chasse exceptionnel. Il était un des pilotes qui, le 28 juillet 1945, a fait couler un navire d’escorte qui s’était échoué après avoir été gravement endommagé par un aéronef des forces navales américaines le 25 juillet. Pour cet acte, il a reçu la Croix du service distingué. 

Peu après, M. Gray a été choisi pour mener une mission pendant laquelle il a péri, mais pas avant d’avoir atteint son objectif. Le 9 août 1945, M. Gray a dirigé huit avions-chasseurs Corsair en partance du HMS Formidable pour bombarder l’aérodrome Matsushima, qui avait précédemment été ciblé et que l’on croyait être hors service. M. Gray devait se rendre à l’aérodrome et soit l’attaquer soit confirmer les dommages et choisir une autre cible. Les navires japonais qu’il avait aperçus accostés à la baie d’Onagawa (située à Honshu, l’île principale du Japon) semblaient être une cible légitime.

Les combats pendant cette période de la guerre étaient particulièrement féroces. Les États-Unis venaient tout juste de jeter la première bombe atomique sur Hiroshima et on ne s’attendait pas à ce que les forces japonaises se rendent de sitôt. Les vaisseaux japonais sous lui avaient prévu être attaqués. Presque immédiatement après avoir lancé l’offensive, M. Gray s’est retrouvé sous une pluie de tirs ennemis et son aéronef a été gravement endommagé. Il a été frappé par les feux antiaériens ennemis et une de ses bombes a été relâchée sans exploser, ne lui en laissant qu’une seule à larguer. M. Gray a maintenu le cap de son objectif et a réussi à laisser tomber sa dernière bombe sur un vaisseau d’escorte japonais qui a coulé en quelques minutes. L’aéronef de M. Gray s’est abîmé dans l’eau peu de temps après. La mission de bombardement a été réussie, et ce, malgré la perte de M. Gray. Les autres aéronefs faisant partie de la mission ont réussi à larguer toutes les bombes restantes, faisant ainsi couler plusieurs autres navires et endommageant les autres vaisseaux japonais dans la baie. Les membres des forces japonaises qui ont survécu ont témoigné de l’héroïsme des pilotes du Commonwealth pendant cette attaque. 

Relier le Canada et le Japon 

M. Gray a reçu la Croix de Victoria à titre posthume et a été le premier militaire de la Marine royale canadienne à recevoir cet honneur. En 1989, pour son véritable acte de bravoure, les villageois de la baie d’Onagawa lui ont même rendu hommage en érigeant un monument en son nom. En août 2012, un nouveau monument a été dévoilé pour honorer M. Gray, car l’original avait été endommagé pendant un tremblement de terre. 

Une plaque est fixée à un mur de béton. On peut y lire : « Le lieutenant Hampton Gray, V.C., D.S.C. (1917-1945) Pilote canadien servant dans l’aéronavale de la Marine royale, décoré auparavant pour son héroïsme en Norvège et dans le pacifique, il recevra la Croix de Victoria à titre posthume en 1945. Malgré le feu nourri de l’ennemi, il bombarde et coule un contre-torpilleur japonais avant que son avion s’embrase. Deuxième Guerre mondiale »

Une plaque accompagne le monument commémoratif d’Ottawa en hommage à la carrière militaire de M. Gray.

L’histoire de M. Gray a donné naissance à une nouvelle relation entre les collectivités de la baie d’Onagawa, au Japon, et de Nelson, en Colombie-Britannique. Pendant plusieurs années, la baie d’Onagawa a envoyé des délégations d’étudiants à Nelson. De plus, le nom de M. Gray a été utilisé pour souligner divers types de monuments commémoratifs au Canada. Une montagne du parc provincial de Kokanee Glacier, en Colombie-Britannique, porte son nom (Gray’s Peak). Le 81 Hampton Gray, VC, du corps de cadets de la Marine royale canadienne de Nelson a également pris son nom.

Auteur(s)
Profile picture for user Connor Wilkie
Connor Wilkie

En tant qu’étudiant inscrit à un programme coopératif à Ingenium, Connor s’apprête à faire de la recherche et à rédiger une panoplie d’histoires au cours des prochaines semaines. Détenteur d’une formation en journalisme, Connor aime rester informé sur toute sorte de sujets, qu’il s’agisse des sciences et de la technologie ou des actualités quotidiennes. Lorsqu’il n’est pas occupé à écrire, Connor aime passer du temps à faire de la photo et des vidéos.