Semaine de l’action bénévole : Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada offre une expérience muséale étonnante

2 m
Catégories
Médias
Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada est un environnement naturellement interactif. Le bénévolat ne fait pas exception.

Ici, à Ingenium, la Semaine de l’action bénévole (du 7 au 13 avril) donne l’occasion de reconnaître et de célébrer tous les bénévoles qui améliorent les incroyables expériences offertes aux visiteurs dans nos trois musées : le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, le Musée de l’aviation et de l'espace du Canada et le Musée des sciences et de la technologie du Canada. Connor Wilkie, collaborateur occasionnel, s’est entretenu avec des membres du personnel pour découvrir pourquoi le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada est un endroit unique pour le bénévolat.

Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, une ferme en fonction en plein cœur d’Ottawa, n’est pas un musée comme les autres. Il est donc normal que l’expérience de bénévolat au Musée soit également inhabituelle. 

Cédric St-Amour, coordonnateur des bénévoles à Ingenium, explique comment le travail des bénévoles dans cet établissement diffère des autres.

« Les bénévoles jouent un rôle très important lors d’événements spéciaux au Musée de l'agriculture et de l'alimentation du Canada. Chaque année, nous tenons des activités importantes que les gens attendent avec impatience », dit M. St-Amour.

Bien que le Musée de l’aviation et de l'espace du Canada et le Musée des sciences et de la technologie du Canada proposent également des projets de bénévolat spéciaux, M. St-Amour souligne que le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada présente une myriade d’événements spéciaux qui attirent de grandes foules. Un soutien solide de bénévoles est donc requis pour garantir le déroulement fluide des activités.

« Les événements de l’année commencent vraiment avec Pâques. Pâques à la ferme est très populaire. Nous recevons en moyenne plus de 20 000 visiteurs en quatre jours. Il s’agit donc d’une grande foule en très peu de temps. Les bénévoles appuient certainement l’initiative du personnel », explique M. St-Amour.

Les bénévoles qui aident au festival de Pâques sont généralement très dévoués. Certains font même plus d’un quart de travail au cours de l’événement de quatre jours.

« Cette année, pour Pâques, nous attendons de 12 à 16 bénévoles par jour. En fait, bon nombre d’entre eux couvriront plus d’un quart de travail. Certains seront même ici pendant deux ou trois jours au cours de la fin de semaine. »

M. St-Amour précise qu’un des aspects uniques du Musée est le lien particulier que les bénévoles ont avec l’endroit. Il ajoute que certains maintiennent cette connexion depuis leur jeunesse.

« Je trouve très intéressant de voir l’attachement spécial que les gens ont envers le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada ou, comme ils l’appellent affectueusement, ‘la ferme’. Ils sont nombreux à s’y rendre depuis qu’ils sont petits, explique M. St-Amour. Plusieurs de nos bénévoles du secondaire sont des anciens campeurs. Ils ont tellement aimé l’endroit quand ils étaient campeurs, qu’ils maintiennent un lien en venant faire du bénévolat chez nous. C’est un lien bien spécial. »

Les bénévoles ont de nombreuses occasions d’aider au Musée tout au long de l’année. Ils peuvent participer à plusieurs festivals, comme Pâques et le Festival de la crème glacée, ainsi qu’à des événements spéciaux, comme L’Halloween à la ferme. 

« Nous commençons l’année avec Pâques et la concluons en quelque sorte avec l’Halloween. Il s’agit d’une autre activité importante à la ferme. Les bénévoles et les visiteurs ont même l’occasion de se déguiser », dit M. St-Amour.

Les bénévoles du Musée peuvent s’attendre à une expérience concrète. Selon M. St-Amour, le Musée offre des tâches et des activités qui gardent les bénévoles actifs et en mouvement. 

« Pour Pâques, les bénévoles peuvent s’attendre à accueillir les visiteurs et à les aider à s’orienter. Ils font donc un peu de signalisation, précise M. St-Amour. Ils aident avec les bricolages et les jeux. Nous sortons également quelques animaux avec lesquels les gens peuvent prendre des photos. Des bénévoles doivent donc assurer la sécurité des animaux et des gens qui prennent des photos avec eux. C’est le poste le plus populaire auprès des bénévoles. » 

Menal Zeghal, bénévole au Musée, a écrit à propos de ses propres expériences de bénévolat l’an passé pour de la Semaine de l’action bénévole.

Menal Zeghal, bénévole au Musée, a écrit à propos de ses propres expériences de bénévolat l’an passé pour de la Semaine de l’action bénévole. 

Selon Arianne Richeson, agente à l’éducation au Musée, les gens sont parfois attirés par le bénévolat au Musée à cause de l’atmosphère originale qui y règne et de leur amour pour les animaux.

« J’ai l’impression que beaucoup de gens sont attirés au Musée parce qu’ils aiment les animaux ainsi que l’environnement moins formel, dit Mme Richeson. Le travail comporte généralement des tâches avec les enfants. Nos bénévoles sont donc parfois attirés par notre établissement parce qu’il est populaire auprès des familles. »

Situé en plein cœur d’Ottawa, le Musée offre aux bénévoles la chance de découvrir la vie rurale en ville. 

« Faire du bénévolat au Musée est un excellent moyen pour les résidents urbains d’avoir un aperçu de la vie rurale en plein cœur de la ville », dit Mme Richeson.

Au Musée, on peut s’attendre à l’inattendu. Mme Richeson affirme que le caractère imprévisible de la vie quotidienne sur la ferme est une particularité inhabituelle de l’expérience des bénévoles.

« En plus, on ne sait jamais ce qui se passera d’une journée à l’autre! Puisque nous avons des animaux vivants sur les lieux, il est possible qu’un agneau ou un veau naisse pendant un des quarts de travail d’un bénévole. C’est un aspect assez spécial de l’expérience de bénévolat. »

Auteur(s)
Profile picture for user Connor Wilkie
Connor Wilkie

En tant qu’étudiant inscrit à un programme coopératif à Ingenium, Connor s’apprête à faire de la recherche et à rédiger une panoplie d’histoires au cours des prochaines semaines. Détenteur d’une formation en journalisme, Connor aime rester informé sur toute sorte de sujets, qu’il s’agisse des sciences et de la technologie ou des actualités quotidiennes. Lorsqu’il n’est pas occupé à écrire, Connor aime passer du temps à faire de la photo et des vidéos.