Steve et le pouvoir de la science citoyenne

4 m
Catégories
Médias
des aurores
La lumière des aurores brille parfois un peu différemment qu’imaginée (crédit d'image: Unsplash/Raul Popadineți).

Le pouvoir de la science citoyenne continue de faire ses preuves alors que des groupes de partout au monde font de plus en plus de découvertes. Par exemple, des groupes de chasseurs et de documentaristes d’aurores ont détecté un phénomène dans le ciel inconnu jusqu’à maintenant. À l’époque, ils l’appelaient « Steve », en hommage au film Over the Hedge (car il ne savait pas ce que c’était!). Cependant, ils ont depuis demandé l’aide d’Eric Donovan de l’Université de Calgary. M. Donovan travaille sur la mission de champs magnétiques Swarm de l’Agence spatiale européenne (ESA), une constellation de satellites d’observation de la Terre qui mesure les changements du champ magnétique de la Terre. 

Grâce aux données de Swarm, M. Donovan a réussi à caractériser Steve un peu mieux : il s’agit d’un ruban de gaz qui se déplace vers l’Ouest autour de la Terre, environ 300 km au-dessus de sa surface. Le ruban fait environ 25 km de large, circulant à 6 km/sec., et a une température d’environ 3 000 °C!

*Nous sommes désolés mais l'article ressource est disponible seulement en anglais.

 

 

Voir l'article ressource
Steve et le pouvoir de la science citoyenne
European Space Agency
Auteur(s)
Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Passionné par la communication de la science, Jesse Rogerson adore promouvoir la culture scientifique auprès du public. Il représente fréquemment le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à la télévision et à la radio, ainsi que dans les réseaux sociaux et lors de congrès. Il a participé à l’élaboration d’un atelier sur la communication scientifique visant à enseigner aux professionnels de la science du Canada des méthodes plus efficaces pour communiquer leurs constats scientifiques. Astrophysicien de formation qui exerce sa profession, M. Rogerson détient un doctorat (Ph.D.) en astrophysique d’observation de l’Université York, et a récemment publié un article revu par les pairs dans The Astrophysical Journal. Il aime faire de la moto, jouer à des jeux de société et jouer au « frisbee extrême ».