Comment réduire l’usure sur les bandes de roulement des roues du rover Curiosity

6 m
Catégories
Médias
Un gros plan des roues du rover Curiosity sur lequel on peut voir des trous et des déchirures causés par des roches coupantes
Des ingénieurs spatiologues du JPL ont trouvé un moyen de réduire l’usure sur les roues du rover Curiosity (image credit: NASA/JPL).

Le rover Curiosity est sur Mars depuis 2012 et a beaucoup contribué à notre compréhension de l’environnement martien hier et aujourd’hui. En 2016, la NASA a réalisé un examen de routine des roues pour vérifier leur état. Des craques et des trous commencent à faire leur apparition dans les espaces entre les bandes de roulement. Après cinq ans en mission, ce n’est pas surprenant que les roues montrent des signes d’usure. Toutefois, la NASA souhaite les utiliser le plus longtemps possible. En mars, ils ont téléversé un nouveau programme de commande adaptatif de traction dans le rover, lequel ajustera la vitesse de chaque roue séparément lorsque le rover monte des côtes. Alimenté par un GTR, le Curiosity peut fonctionner encore pendant des années sur Mars, donc tout sera déployé pour que ça se réalise.

Nous sommes désolés mais l'article ressource est disponible seulement en anglais.

Voir l'article ressource
Comment réduire l’usure sur les bandes de roulement des roues du rover Curiosity
NASA JPL
Auteur(s)
Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Passionné par la communication de la science, Jesse Rogerson adore promouvoir la culture scientifique auprès du public. Il représente fréquemment le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à la télévision et à la radio, ainsi que dans les réseaux sociaux et lors de congrès. Il a participé à l’élaboration d’un atelier sur la communication scientifique visant à enseigner aux professionnels de la science du Canada des méthodes plus efficaces pour communiquer leurs constats scientifiques. Astrophysicien de formation qui exerce sa profession, M. Rogerson détient un doctorat (Ph.D.) en astrophysique d’observation de l’Université York, et a récemment publié un article revu par les pairs dans The Astrophysical Journal. Il aime faire de la moto, jouer à des jeux de société et jouer au « frisbee extrême ».