Comment la Lune pourrait-elle générer un champ magnétique?

5 m
Catégories
Médias
An image of the Moon
La Lune a déjà eu un champ magnétique, mais comment était-il généré? (crédit d'image: NASA/JPL/USGS)

Le champ magnétique de la Terre est alimenté par une dynamo interne au cœur de la planète. Au centre de la Terre se trouve un noyau de fer solide et très chaud qui est entouré d’une zone extérieure de fer liquide. La chaleur du noyau interne entraîne une convection dans le noyau externe (les parties chaudes du liquide montent et les parties froides chutent). Pendant ce temps, le noyau tourne. Puisque le noyau externe liquide est un conducteur, les mouvements de rotation et de convection génèrent un champ magnétique. 

La Lune n’a pas ce genre de champ magnétique, du moins par pour le moment. Des roches lunaires rapportées par les missions Apollo indiquent qu’un champ magnétique a été actif il y a environ trois milliards d’années. Mais comment était-il généré? Étant donné la taille du noyau lunaire, on ne croyait pas qu’il pouvait y avoir suffisamment de chaleur pour déclencher de la convection. Dans un récent article publié dans la revue à comité de lecture Earth and Planetary Science Letters, les scientifiques de la NASA pensent avoir découvert comment le noyau de la Lune pourrait avoir généré assez de chaleur, donc de convection, pour soutenir un champ magnétique. 

*Nous sommes désolés mais l'article ressource est disponible seulement en anglais.

Voir l'article ressource
Comment la Lune pourrait-elle générer un champ magnétique?
NASA
Auteur(s)
Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Passionné par la communication de la science, Jesse Rogerson adore promouvoir la culture scientifique auprès du public. Il représente fréquemment le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à la télévision et à la radio, ainsi que dans les réseaux sociaux et lors de congrès. Il a participé à l’élaboration d’un atelier sur la communication scientifique visant à enseigner aux professionnels de la science du Canada des méthodes plus efficaces pour communiquer leurs constats scientifiques. Astrophysicien de formation qui exerce sa profession, M. Rogerson détient un doctorat (Ph.D.) en astrophysique d’observation de l’Université York, et a récemment publié un article revu par les pairs dans The Astrophysical Journal. Il aime faire de la moto, jouer à des jeux de société et jouer au « frisbee extrême ».