Une exoplanète nouvellement découverte pourrait être la meilleure candidate pour la recherche de traces de vie

Share
5 m
Catégories
Médias
Une vue d’artiste d’une exoplanète récemment découverte.
Des astronomes ont trouvé une exoplanète qui réunit les bonnes conditions pour la présence d’eau liquide à sa surface (crédit d’image: ESO)

Baptisée LHS 1140b, une exoplanète nouvellement découverte reçoit le titre de « meilleure candidate pour la recherche de traces de vie au-delà du système solaire ». C’est qu’en raison d’une multitude de facteurs, l’exoplanète est constituée de roches, tourne autour d’une étoile relativement calme, passe devant son étoile tous les 25 jours – du point de vue de la Terre – et possède probablement une atmosphère. Actuellement, nous ne pouvons observer cette atmosphère en détail. Toutefois, lorsque de nouveaux télescopes (le Télescope de trente mètres, l’Extremely Large Telescope, le télescope spatial James-Webb) entreront en service dans les années à venir, l’étude de l’atmosphère des exoplanètes deviendra la nouvelle science.

À l’heure actuelle, plus de 3 500 planètes ont été détectées autour d’étoiles autres que le Soleil. Visitez le site Web exoplanet.eu pour obtenir des renseignements à jour.

Voir l'article ressource
Une exoplanète nouvellement découverte pourrait être la meilleure candidate pour la recherche de traces de vie
ESO
Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Jesse est un scientifique, un éducateur et un communicateur scientifique passionné. En tant que professeur adjoint à l'Université York, au département des sciences, de la technologie et de la société, il enseigne trois cours : Histoire de l'astronomie, Introduction à l'astronomie et Exploration du système solaire. Il collabore fréquemment avec le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada, et prête sa voix d’expert au Réseau Ingenium. Jesse est un astrophysicien et ses recherches explorent la façon dont les trous noirs supermassifs évoluent à travers le temps. Que ce soit en classe, par le biais des médias sociaux ou à la télévision, il encourage les conversations sur la façon dont la science et la société se croisent et sur la raison pour laquelle la science est pertinente dans notre vie quotidienne.