Expédition dans le détroit d’Hudson : regarder au-delà de la provenance

4 m
Médias

À l’occasion de la Semaine de sensibilisation aux archives (du 2 au 8 août), Ingenium met en valeur quelques joyaux de sa collection numérique.

Dans le monde des archives et des musées, l’histoire est souvent racontée par la lorgnette de la provenance. Par exemple, les antécédents d’un artefact peuvent être relatés du point de vue du fabricant qui l’a conçu ou de l’entreprise qui l’a utilisé. De la même façon, dans le secteur archivistique, nous présentons souvent des documents de la perspective de leurs créateurs ou des dernières personnes qui les ont utilisés avant leur dépôt aux archives.

Raconter l’histoire d’un document de cette façon peut nous permettre d’en savoir beaucoup, mais peut aussi laisser muets certains faits liés à l’ouvrage. Permettez-moi de mieux m’expliquer en prenant l’exemple d’une des collections contenues dans les Archives numériques.

En 1927, une expédition dans le détroit d’Hudson avait pour mission de déterminer s’il serait économiquement viable d’utiliser ce bras de mer comme voie navigable pour l’expédition de grains vers l’Europe. Les membres de la mission ont effectué des levers aériens, ont défini les conditions météorologiques de la région et ont cherché à trouver le meilleur endroit où établir un port qui ferait la liaison avec le réseau de chemins de fer. Les membres de l’expédition avaient en outre comme tâche de prendre des photos de leur périple; les images ainsi croquées sont aujourd’hui rassemblées dans des albums conservés au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et catalogués sous le libellé « fonds sur l’expédition dans le détroit d’Hudson », fonds étant le terme utilisé dans le domaine des archives pour désigner une série de documents provenant d’une même origine. Nous avons ainsi décidé de considérer l’expédition dans son ensemble, y compris tous ses participants, comme étant une seule et même origine.

Au-delà de l’information visuelle contenue dans les photos elles-mêmes, les seuls renseignements fournis dans le fonds sont les titres inscrits dans l’album, sous chaque cliché. Pour en savoir davantage sur l’expédition, il faut lire le rapport qui a été publié sur la mission (qu’on peut consulter à notre bibliothèque) ou se référer à d’autres ressources, p. ex. le documentaire de l’Office national du film intitulé Aviators of the Hudson Strait (en anglais seulement).

Mais on peut aussi chercher ailleurs pour connaître l’histoire complète du point de vue des gens qui ont vécu l’expédition, et investir un peu de temps et de ressources pour en découvrir davantage. En effet, l’histoire du vécu individuel de chaque participant à la mission mérite d’être relatée, y compris celle des guides et aides de camp inuits qui ne sont jamais nommés dans les albums, le rapport ou le film. D’autres personnes — qui ne font pas partie du personnel de mission — apparaissent aussi sur les photos, en train de vaquer à leurs tâches quotidiennes. Ces gens et tout ce qui faisait partie de la toile de fond du périple gagneraient à être documentés.

Ainsi, dans notre travail d’enrichissement des catalogues des Archives numériques, nous ne pouvons nous contenter de nous arrêter à la provenance des documents, au seul point de vue de leurs créateurs; il nous faut ajouter des mots-clés et autres renseignements pertinents. De telles archives vivent bien au-delà de l’objet pour lequel elles ont été créées, et peuvent en dire beaucoup plus que quelques détails concernant leur provenance.

Author(s)
Profile picture for user Adele Torrance
Adele Torrance

Adele Torrance est l’archiviste d’Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada.