Série « Villes » des archives d’Ingenium : Ottawa

Share
3 m
Médias
Ingenium - Musées des sciences et de l’innovation du Canada
Une vue des édifices du Parlement canadien et de la Bibliothèque du Parlement depuis le parc Major’s Hill, pendant la saison des tulipes, le 8 juin 1956.

Les archives d’Ingenium lancent une nouvelle série de courts articles mettant en valeur une sélection de photos historiques de villes et villages du Canada. Aujourd’hui, nous nous intéressons à Ottawa, la capitale du Canada.

Ces images sont tirées de la collection « Le Canada vu par le CN » du Canadien National.

Pour beaucoup de gens au pays, Ottawa est synonyme de gouvernement, de cérémonies et de commémorations. Dans cette photo, on peut voir certains des lieux d’intérêt familiers tels qu’ils étaient dans les années 1930 : la colline du Parlement, le Château Laurier, le canal Rideau, le pont Alexandra et la rivière des Outaouais. On y aperçoit également certains des immeubles à bureaux et commerces de détail qu’on peut croiser en se dirigeant vers le marché By.

Photo noir et blanc prise du haut des airs, montrant une rivière flanquée d’immeubles. Les grands édifices en pierre du Parlement se trouvent dans le coin supérieur gauche de la photo, avec un grand canal derrière, et un autre grand édifice en pierre avec des tourelles et des flèches à droite. L’image contient également un certain nombre d’immeubles rectangulaires de 4 à 10 étages.

Vue aérienne du centre-ville d’Ottawa, y compris les édifices du Parlement, le Château Laurier et le canal Rideau, vers 1934.

Les édifices du Parlement sont parmi les structures les plus photographiées de la ville.

La structure actuelle a été reconstruite à la suite d’un incendie survenu le 3 février 1916, qui a réduit en cendres la majeure partie de l’édifice du Centre. L’édifice d’origine était de style néo-gothique de la grande époque victorienne, qui est encore visible à la Bibliothèque du Parlement – la seule structure à avoir survécu à l’incendie.

Photo noir et blanc d’un homme et d’une femme assis sur un banc au bord d’un canal, parlant à un homme portant un chapeau de marin, debout à côté d’un petit bateau. En arrière-plan, on aperçoit un pont et les tourelles d’un immeuble en pierre orné.

Le Château Laurier depuis les rives du canal Rideau, sans date.

Le canal Rideau est un autre point d’intérêt de la ville d’Ottawa. Achevé en 1832 pour servir de corridor militaire entre Kingston et Ottawa, le canal n’a jamais été utilisé à cette fin. La navigation et le commerce ont dominé la voie navigable jusqu’aux années 1850, lorsque les chemins de fer ont pris le relais. Aujourd’hui, le canal est utilisé par les bateaux de plaisance pendant les mois les plus chauds, et par les patineurs l’hiver venu.

Photo noir et blanc d’un canal, au centre, flanqué à gauche d’une rue, d’un sentier pédestre et d’un parc, et à droite, de voies ferrées. On aperçoit au loin les flèches de grands bâtiments en pierre.

Le canal Rideau, en regardant vers le nord, en direction de l’hôtel Château Laurier, avec les voies ferrées de la gare Union, vers 1936. Les rails ont été retirés à la fin des années 1960.

Le chemin de fer longeait autrefois les rives du canal, pour aboutir à la gare Union.

Photo noir et blanc d’un bâtiment en pierre ressemblant à un château, à droite d’une route, et d’un bâtiment en pierre plus petit, avec des colonnes et un toit en dôme, du côté gauche. De nombreuses voitures noires, de style années 1930, sont garées sur la voie centrale de la route.

La gare Union, à droite, fait face à l’hôtel Château Laurier, à gauche, vers 1934.

La photo de 1934 montre un terrain de stationnement devant la gare.

Sur la photo suivante, probablement des années 1950, l’espace de stationnement a été remplacé par le Monument commémoratif de guerre et son arche triangulaire.

 

Photo en noir et blanc montrant une route à l’avant-plan, un grand monument en granit et en bronze au milieu de l’image, et un bâtiment en pierre ressemblant à un château en arrière-plan.

Le Château Laurier, le Monument commémoratif de guerre et la gare Union, sans date.

Photo noir et blanc d’un homme et d’une femme en tenues élégantes, marchant devant plusieurs hommes en costume, sur un tapis de cérémonie installé sur le pavé. Une grande foule se trouve à l’arrière-plan.

Le roi George VI et la reine Elizabeth arrivent au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa, au cours de la visite royale du Canada de 1939.

Le Monument commémoratif de guerre a été officiellement inauguré en 1939, par le roi George VI.

Construit à l’origine pour commémorer les soldats tombés au combat lors de la Première Guerre mondiale, le monument a été officiellement ré-inauguré en 1982 pour inclure également les militaires de la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée. La tombe du Soldat inconnu n’a été ajoutée qu’en 2000.

Photo noir et blanc d’un immeuble en pierre ressemblant à un château, avec des flèches et des tourelles.

Le Château Laurier; vue extérieure, vers 1930.

Lors de son séjour à Ottawa, en 1939, le couple royal a soupé au Château Laurier. Le château a été construit de 1909 à 1912, à la demande du président du Grand Trunk Railway, Charles Melville Hays. Malheureusement, M. Hays est mort sur le Titanic avant la fin de la construction.

Ces images ne sont qu’un petit échantillon des photos historiques qui composent la collection « Le Canada vu par le CN ». Si vous en savez plus sur les photos de cette série, comme les dates des photos non datées ou d’autres renseignements intéressants, veuillez nous écrire à l’adresse biblio-archives@ingeniumcanada.org.

Revenez nous voir pour la prochaine partie de la série « Villes » : Halifax.


Vous appréciez le Réseau Ingenium? Aidez-nous à améliorer votre expérience en répondant à un bref sondage!

Profile picture for user Kristy von Moos
Kristy von Moos

Kristy von Moos est la Coordinatrice de le projet de gestion des actifs numériques à Ingenium. Kristy est titulaire d’un baccalauréat en histoire et philosophie de l’Université St Thomas, et d’une maîtrise en histoire publique de l’Université Carleton. Elle a travaillé au sein d’entreprises de médias culturels, de recherche et d’expositions virtuelles. Elle adore associer histoire, éducation et technologie.