Concours canadien « Nommez une exoplanète »!

5 m
Catégories
Médias
Dessin montrant des élèves en train de regarder dans un télescope et de discuter de plusieurs noms pour désigner une exoplanète.
Vous aussi pouvez participer au choix du nom d’une exoplanète!

Des scientifiques ont découvert des milliers d’exoplanètes, c’est-à-dire des planètes qui orbitent autour d’étoiles autres que le Soleil. La plupart de ces planètes ont des noms ennuyeux, composés de lettres et de chiffres, qui font référence au catalogue stellaire dans lequel elles sont répertoriées. Prenons, par exemple, la planète HD 136418b. Les lettres « HD » font référence au catalogue Henry Draper, la série de chiffres « 136418 » indique que la planète orbite autour de la 136 418e étoile inscrite au catalogue et le « b » signifie que cette planète est la première à avoir été découverte autour de cette étoile (on n’utilise pas la lettre « a », car on considère que l’étoile est le premier objet du système). Le nom est plutôt ennuyeux, mais sa composition, elle, s’avère pratique.

Cependant, des noms comme HD 136418b… ne frappent pas l’imaginaire et ne suscitent pas l’émerveillement non plus. Imaginez un peu si, pour nommer les planètes de notre système solaire, on les avait numérotées en ordre croissant : la Terre s’appellerait tout simplement « planète 3 ». Heureusement, la Société canadienne d’astronomie (CASCA) organise un concours pour nommer l’exoplanète HD 136418b! Durant la première phase du concours, qui s’est déroulée de la fin d’août à la fin de septembre 2019, la Société a reçu plus de 500 suggestions et elle a retenu quatre d’entre elles. Suivez le lien suivant afin de voter pour celui que vous préférez!

Voir l'article ressource
Concours canadien « Nommez une exoplanète »!
CASCA
Auteur(s)
Profile picture for user Jesse Rogerson
Jesse Rogerson, Ph.D.

Passionné par la communication de la science, Jesse Rogerson adore promouvoir la culture scientifique auprès du public. Il représente fréquemment le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à la télévision et à la radio, ainsi que dans les réseaux sociaux et lors de congrès. Il a participé à l’élaboration d’un atelier sur la communication scientifique visant à enseigner aux professionnels de la science du Canada des méthodes plus efficaces pour communiquer leurs constats scientifiques. Astrophysicien de formation qui exerce sa profession, M. Rogerson détient un doctorat (Ph.D.) en astrophysique d’observation de l’Université York, et a récemment publié un article revu par les pairs dans The Astrophysical Journal. Il aime faire de la moto, jouer à des jeux de société et jouer au « frisbee extrême ».