Des chercheurs présentent une solution « é-patate-tante » au film étirable

Saviez-vous que le Canada transforme pas moins de 2,86 millions de tonnes de pommes de terre par année (frites surgelées, pommes de terre instantanées, croustilles, etc.)? Malheureusement, toute cette transformation génère énormément de déchets de pommes de terre. Mais récemment, à l’Université de l’Alberta, une équipe de chercheurs innovateurs ont trouvé un moyen de mettre à profit tous ces restants en le transformant en plastique biodégradable! Regardez cette courte vidéo éducative, produite par le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, pour découvrir comment ça fonctionne.

Psst! Voulez-vous savoir comment utiliser des pommes de terre pour garder les aliments frais plus longtemps?

En les transformant en une toute nouvelle sorte de pellicule plastique!

Au Canada, nous transformons près de 2 860 000 tonnes de pommes de terre par année pour en faire, par exemple, des frites surgelées, de la purée instantanée et des croustilles.

Pommes de terre abîmées, morceaux cassés, pelures et eau de lavage, la transformation des patates génère beaucoup de déchets que l’on doit gérer.

Des chercheurs de l’Université de l’Alberta ont trouvé un moyen de réutiliser ces déchets, soit en les transformant en pellicule plastique biodégradable.

Tout d’abord, on extrait l’amidon, un sucre végétal, des déchets de pommes de terre. Ensuite, on transforme chimiquement les molécules d’amidon pour en faire une pellicule étirable.

Cette pellicule garde les aliments frais, tout comme la pellicule plastique que nous utilisons déjà, mais elle nous permet d’être plus écologiques!

La pellicule plastique à base de pétrole est une importante source de pollution. Elle ne se dégrade pas facilement dans l’environnement, et s’empile donc dans les dépotoirs. Elle est fabriquée à partir de ressources non renouvelables et on ne peut pas la recycler.

Puisque cette nouvelle pellicule est faite à partir de sucres végétaux, elle ne laisse aucune trace dans l’environnement et on peut la composter. De plus, on transforme ce qui était des déchets en quelque chose d’utile!

Grâce aux chercheurs, cette nouvelle génération de pellicule plastique pourrait bientôt nous aider à remplacer un produit polluant par un autre qui est beaucoup plus écologique!

Voilà qui est très é-PATATE-ant!!

Auteur(s)
Profile picture for user Musée de l’agriculture de l’alimentation du Canada
Musée de l'agriculture de l’alimentation du Canada