Ce destructeur de tumeurs a fait du Canada une nation atomique

Appareil de radiothérapie, le Thératron « junior », fabriqué en 1956. Source: Ingenium 1966.0043

Le Thératron « junior » marque le développement de l’expertise canadienne en médecine nucléaire, domaine qui a connu un rapide essor après la Deuxième Guerre mondiale. Les scientifiques canadiens ont acquis de l’expérience dans le domaine nucléaire pendant la guerre en travaillant sur le projet Manhattan, qui a donné naissance aux premières armes atomiques du monde. Après la guerre, se tournant vers la médecine, des équipes de chercheurs du Victoria Hospital de London, en Ontario, et de l’Université de la Saskatchewan, à Saskatoon, ont élaboré chacune de leur côté la technologie au cobalt 60, créant des appareils capables de détruire les cellules cancéreuses au moyen de tirs précis de radiation.

D’abord commercialisées par la société Eldorado Mining and Refining Ltd, les machines au cobalt 60 ont été par la suite fabriquées par Énergie atomique du Canada limitée (EACL), société d’État créée en 1952 pour diriger le programme nucléaire canadien. EACL a produit le Thératron et lancé le Thératron « junior » en 1956. Plus simple que le Thératron, le « junior » était destiné aux petits hôpitaux et aux pays en développement. Il était constitué d’une table pour allonger le patient et d’une tête rotative permettant au personnel médical de cibler avec précision les tumeurs. Le Thératron « junior » arborait une couleur thérapeutique apaisante, le « vert était de mer ». Ce type de machine a contribué à faire d’Énergie atomique du Canada limitée un chef de file mondial de la technologie nucléaire commerciale et aidé le Canada à promouvoir une utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

Le nom Thératron est une combinaison de « thérapie » et de « -tron », suffixe grec qui signifie instrument. Ce Thératron « junior » (no de série 15) a servi à traiter les patients atteints de cancer à Our Lady of Lourdes Memorial Hospital, à Binghamton, dans l’État de New York, entre 1956 et 1969.

Quelle est la différence entre les radiations naturelles et les radiations artificielles et d’où viennent ces radiations? Qu’est-ce que le maïs à éclater et l’uranium ont en commun? Joins-toi au Musée des sciences et de la technologie du Canada et aux Laboratoires Nucléaires Canadiens pour en savoir davantage sur les substances radioactives, les objets irradiés courants et la façon dont on utilise des radiations pour sauver des vies.

Auteur(s)
Profile picture for user Ingenium
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada

Ingenium est un espace de collaboration où le passé rejoint le futur pour célébrer la créativité, la découverte et l’ingéniosité humaine.

Racontant l’histoire de ceux et celles qui pensent autrement et qui testent les limites, Ingenium rend hommage aux peuples et aux communautés qui ont marqué l’histoire et inspirent la prochaine génération.

https://ingeniumcanada.org/fr/a-propos-ingenium