Appelant à canards

Cet article a initialement été rédigé et soumis pour faire partie du recueil de récits d’innovation du projet Canada 150 visant à réunir des témoignages sur l’innovation canadienne en collaboration avec des partenaires de partout au pays. Il a maintenant été intégré au Réseau Ingenium, un portail numérique qui met en vedette du contenu en lien avec les sciences, la technologie et l’innovation.

Appelant à canards / photographie avec gracieuseté de Clifford Lambeboy / Musée canadien de l'histoire

L’arme secrète du chasseur

La ruse est certainement l’arme la plus redoutable du chasseur. Les Cris et les Ojibwés de la région des Grands Lacs du Canada y ont eu recours pendant des milliers d’années. Ces chasseurs autochtonesse sont servis de roseaux, de quenouilles, de joncs, de branches de mélèze et d’autres plantes pour fabriquer des appelants à oiseaux extrêmement ressemblants qui pouvaient flotter sur place, et ainsi attirer le gibier à plumes et le gibier d’eau vers des aires de perchage ou de rassemblement. Une fois appâté, le gibier était à la portée des filets, pièges, lances et flèches des chasseurs autochtones. Cette tactique, les colons européens puis des générations de chasseurs sportifs l’ont judicieusement reprise à leur compte. Cette méthode rusée, d’une simplicité trompeuse, est utilisée depuis des milliers d’années.

Profile picture for user Ingenious - Ingénieux
Ingenious - Ingénieux