Musique et la technologie : soulever la barre

Share
4 m
Médias
La deuxième harpe jouée lors d'une démonstration.

Dans mon article précédent, Musique et la technologie : la construction d’une harpe laser, j’ai partagé mon expérience de la construction d’une harpe à interface numérique des instruments de musique (MIDI) pour le labo symphonique au Centre national des arts à Ottawa.

Après le succès de ce projet, on m’a demandé si je pouvais créer une version améliorée et plus portative afin d’être utilisée pour les démonstrations au Musée des sciences et de la technologie du Canada. En tant qu’instrument MIDI, la première version avait besoin d’un ordinateur portable, des haut-parleurs et autres choses qui ajoutaient à la complexité du fonctionnement.

Ce deuxième défi m’intriguait. De plus, parce que c’était pour le musée, j’aurais plus de temps pour faire de la recherche et d’acheter des pièces.

Trouver le bon matériel 

Afin de bien me préparer pour bâtir la deuxième harpe, la première chose que j’ai faite était de trouver les lasers appropriés. Pour mon premier projet, vous vous souviendrez peut-être que j’ai utilisé les lasers de vieilles télécommandes. Le problème avec cette approche était que les lasers étaient de plusieurs formes et grandeurs, ce qui n’était pas très présentable. Je me suis dit qu’il y avait sûrement un meilleur moyen. J’ai trouvé ce dont j’avais besoin sur Amazon; les lasers étaient peu coûteux et facilement disponibles (si seulement j’avais su la première fois!).

La partie facile étant terminée, je me suis mis à trouver une bonne façon de créer des projets autonomes de son. Je suis tombé par hasard sur un projet pour « une guitare tactile ». Le projet utilise un microcontrôleur qui s’appelle un teensy, qui fait tout le travail — lire les entrées, synthétiser les sons, et il y a même un amplificateur intégré pour augmenter le volume.

Un plan de travail avec un tapis de découpe couvert de fils qui sont connectés au cadre en plastique transparent.
Les électroniques pour la deuxième harpe laser, en cours d’essai avant l’assemblage final.

Après quelques tests initiaux, j’ai constaté que j’avais encore besoin d’ajouter un autre amplificateur pour les haut-parleurs, parce que la harpe était  trop silencieuse pour les grands espaces du musée. Ma liste complète du matériel inclut : un microcontrôleur, un amplificateur, une paire de haut-parleurs, et neuf lasers (pour une octave complète) tous fonctionnant à partir d’une barre d’alimentation USB.

Rafraichir le design de la harpe

Après avoir choisi toutes les pièces, c’était le temps de rafraichir le design de la harpe en tant que telle. J’ai décidé d’aller avec l’acrylique transparent pour la deuxième fois; c’était un choix populaire qui permettait de voir et de discuter des mécanismes internes. Cependant, je voulais apporter quelques améliorations. J’ai agrandi la base, pour laisser de la place pour les électroniques et les haut-parleurs. J’ai façonné une courbe artistique à la barre supérieure, et coincé de petites plateformes, chacune munie d’un laser  pour que chaque laser soit perpendiculaire à la base.

Un cadre en plastique transparent est sur un plan de travail en bois. Des outils, des boîtes et un bureau d’ordinateur sont à l’arrière-plan.
La cadre de la deuxième harpe laser, avant que les électroniques aient été installés.

Une fois la dernière étape terminée, , c’était le temps d’assembler la harpe rafraichie. Dans l’ensemble, j’étais satisfait avec les résultats, mais il y a certaines choses que je changerais certainement si je revisitais ce projet à l’avenir. Par exemple, la corde la plus courte  est tellement courte que vous pouvez à peine la toucher. En plus j’avais prévu de monter le contrôle du volume sur la base, mais l’acrylique était trop épais. À la fin de la journée, ces problèmes étaient insignifiants.

La harpe a été incorporée dans la programmation pour les visiteurs du musée, ce qui veut dire que ceux-ci peuvent la voir et avec laquelle ils peuvent jouer — sous l’œil attentif d’un guide du musée. Je suis content d’avoir eu l’opportunité de libérer ma créativité, et que le résultat soit une pièce de technologie amusante pour que tout le monde puisse en profiter.


Vous appréciez le Réseau Ingenium? Aidez-nous à améliorer votre expérience en répondant à un bref sondage!

Profile picture for user Jonathan Cousineau
Jonathan Cousineau

Jonathan Cousineau est un technologue électronique qui travaille à Ingenium Canada depuis 2012. Il aime fabriquer des objets, les réparer et annuler les garanties.