Le fonctionnement de l’Enigma révélé

5 m
Médias

Lorsqu’une équipe du Musée des sciences et de la technologie du Canada a commencé à travailler avec le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) pour la conception de l’exposition itinérante Chiffrer | Déchiffrer, qui explore le passé et le présent du chiffrement, nous savions que celle-ci devait présenter une machine Enigma.

Non seulement cette machine de chiffrement est importante sur le plan historique, mais elle jouit d’une certaine célébrité (autant que faire se peut pour un tel appareil) en raison du rôle qu’elle a joué aux côtés de Benedict Cumberbatch et de Keira Knightley dans le film Le jeu de l’imitation. Importante et bien connue, Enigma est manifestement un artefact vedette!

Utilisés par l’Allemagne pour protéger son information très secrète pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les chiffres d’Enigma étaient complexes, mais pas impossibles à percer. En s’appuyant sur le travail de Polonais, la Grande-Bretagne a mis au point des méthodes et des machines qui l’ont aidée à décrypter de nombreux messages chiffrés par les Allemands.

Machine Enigma

Machine Enigma prêtée par le Centre de la sécurité des télécommunications et présentée dans l’exposition Chiffrer | Déchiffrer.

La machine Enigma brouille les messages une lettre à la fois au moyen d’un réseau complexe de fils électriques. L’opérateur fait passer un courant électrique dans la machine en appuyant sur une touche. Le chemin suivi par le courant est d’abord redirigé vers le tableau de connexions, qui se compose de 26 prises électriques (pensez aux lettres A à Z de l’alphabet). Les fils relient différentes prises afin de remplacer une lettre par une autre.

Tableau de connexions d’une machine Enigma.

Tableau de connexions d’une machine Enigma.

À partir du tableau de connexions, le courant électrique est envoyé dans les rotors, qui sont des roues pourvues de 26 points de contact sur chaque face (encore pour les lettres A à Z). Le câblage interne de chaque rotor relie les points de contact sur chacune de ses deux faces de sorte que le signal électrique correspond à une lettre à son entrée dans le rotor et qu’il en désigne une autre à sa sortie du rotor. Les rotors étaient numérotés et , et les rotors portant le même numéro avaient un câblage identique.. L’armée allemande se servait de machines dotées de cinq rotors, qui n’en utilisaient que trois à la fois. Quant à la marine, elle se servait de machines équipées de huit rotors, qui en utilisaient quatre à la fois. La machine Enigma présentée dans l’exposition Chiffrer | Déchiffrer est un modèle de la marine.

Les rotors d'une machine Enigma

Rotor d’une machine Enigma comptant 26 points de contact sur chaque face.)

Pour augmenter la complexité du chiffrement, le réglage des rotors est modifié à chaque pression sur une touche. Le rotor de droite tourne chaque fois qu’une touche est pressée. Le rotor à côté de lui tourne d’un cran chaque fois que le premier rotor a fait un tour complet. Le rotor suivant tourne aussi d’un cran lorsque le deuxième rotor a parcouru ses 26 positions. Si un quatrième rotor est utilisé, celui-ci tourne d’un cran après que le troisième a fait un tour complet.

Après avoir franchi les rotors, le courant circule dans un réflecteur qui le renvoie de nouveau à travers les rotors et le  tableau de connexions. La lettre cryptée s’affiche sur le panneau lumineux. Les opérateurs chiffraient donc les messages une lettre à la fois.

Dans Chiffrer | Déchiffrer, nous utilisons une installation interactive pour montrer le fonctionnement de la machine Enigma. Nous avons ralenti le processus pour que les visiteurs puissent suivre le courant électrique qui parcourt la machine et qui brouille la lettre au fur et à mesure de sa progression.

Comme il est également très intéressant de voir le véritable objet fonctionner, les restaurateurs et moi avons réalisé cette courte vidéo montrant la machine Enigma en action, avant son installation dans la vitrine de l’exposition Chiffrer | Déchiffrer. 

La nouvelle exposition, qui présente des casse-têtes et des jeux de logique, a suscité des commentaires positifs depuis son dévoilement à Bibliothèque et Archives Canada plus tôt ce mois-ci. Les visiteurs du Musée des sciences et de la technologie du Canada pourront y découvrir Chiffrer | Déchiffrer du 6 au 25 novembre. L’exposition sera ensuite présentée au Musée de l’électronique et des communications militaires, à Kingston, du 7 décembre 2018 au 31 mars 2019.

Auteur(s)
User profile image
Molly McCullough

Molly McCullough est une conservatrice adjointe au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada.