Des rédact-o-thons Wikipédia pour faire connaître les femmes en STIM

5 m
Médias
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada
Épinglette distribuée au Rédact-o-thon Wikipédia de Femmes en STIM.

Le 23 juin, date qui marque la Journée internationale des femmes en génie de 2019, Ingenium ouvrira ses portes aux rédacteurs bénévoles souhaitant participer à un rédact-o-thon Wikipédia. En partenariat avec Ingénieurs Canada, cet événement gratuit, qui se tiendra au Musée de l'aviation et de l'espace du Canada, célébrera les réalisations des femmes en ingénierie par la rédaction et la création de pages Wikipédia.  

« Un rédact-o-thon inscrit des faits sur une page, donne la chance de changer les préjugés et, lorsqu’on ajoute des traductions en français et en anglais, permet à plus de gens d’avoir accès aux documents dans leur langue maternelle », explique Sandra Corbeil, chargée de l’initiative Femmes en STIM chez Ingenium.

Les inscriptions pour l’événement ouvert au public sont commencées. 

Il s’agit du deuxième rédact-o-thon tenu par Ingenium. Le premier événement, qui a eu lieu le 9 février, a réuni des membres du personnel et du public un samedi matin pour la Journée internationale des femmes et des filles de science afin de souligner des championnes des STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Corbeil précise que la tenue d’un événement Wikipédia a été particulièrement inspirée de la récente lauréate d’un Prix Nobel, Dre Donna Strickland.

« Avant de recevoir son prix, Dre Strickland n’était pas présente sur Wikipédia », dit Corbeil. « La recherche qu’elle a menée avec son partenaire a influencé nos vies et nous devons faire connaître davantage les excellents travaux que les femmes en STIM effectuent. Nous aurions dû connaître Dre Strickland la journée précédente. »

« Nous aurions dû connaître Dre Strickland la journée précédente. »

~ Sandra Corbeil

 

Globalement, l’événement a été très réussi. Les participants étaient enthousiastes et passionnés. Dans l’ensemble, ils ont contribué au changement. À la fin de la journée, 22 personnes avaient participé à la rédaction de 19 pages, à plus de 130 modifications, à la création de deux nouvelles pages et à l’ajout de 4 500 mots. Une membre a même reconnu que, bien qu’elle puisse modifier des pages Wikipédia en tout temps, elle ne croit pas qu’elle l’aurait fait sans cet événement qui l’a aidé à surmonter cette barrière initiale.  

Quatre femmes assises à une grande table, en train d’écrire sur des ordinateurs portables.

Des participantes au rédact-o-thon travaillent à la rédaction de pages Wikipédia de Femmes en STIM.

L’événement a été annoncé dans les universités, à la Marche des femmes au Parlement et en ligne, et les billets gratuits ont presque tous été remis en une journée. La matinée a commencé avec une allocution de Jennifer Thivierge, une candidate au doctorat du département d’histoire de l’Université d’Ottawa et récente boursière à Ingenium en genre, sciences et technologie (lisez un article sur ses travaux de recherche « Les perforatrices, ces figures méconnues de l’histoire du Canada »). La présentation de Thivierge a jeté les bases pour une journée inspirante, entourée de femmes et d’hommes souhaitant ardemment éliminer les obstacles à l’égalité entre les sexes. 

Le groupe a ensuite assisté à un cours en accéléré sur les rédact-o-thons Wikipédia, lequel était donné par Farah Qaiser, étudiante au cycle supérieur en génétique moléculaire à l’Université de Toronto. Qaiser participe activement à diverses formes de communications scientifiques, dont des rédact-o-thons. Son exposé présentait un aperçu des rudiments de Wikipédia, ainsi que certaines statistiques puissantes, notamment le fait que 84 % des rédacteurs du site Web sont des hommes, 76 % sont anglophones et seulement 17,7 % des biographies du site sont sur des femmes. Sa mission pour la journée visait à combler le fossé numérique entre les sexes en STIM. 

En plus des épinglettes arborant le slogan « La science a besoin de femmes », les participants ont reçu des affiches colorées de femmes en STIM. Cette série d’affiches gratuites téléchargeables fait partie de l’initiative Femmes en STIM d’Ingenium visant à célébrer des scientifiques, comme Hind Al-Abadleh qui a remporté le prix de la Chaire de recherche du Canada Fulbright en changements climatiques pour son expertise en matière de pollution de l’air, Charity Wanjiku dont l’entreprise conçoit et développe des panneaux solaires dans le but de réduire la pauvreté en Afrique et Ann Makosinski qui a inventé la lampe de poche Hollow laquelle est alimentée par la chaleur de la main. 

Corbeil explique qu’il était important que les affiches présentent des femmes d’origines diverses afin d’inspirer le plus grand nombre de gens possible. « Si je peux la voir, je peux aussi être comme elle », dit Corbeil. 

« Si je peux la voir, je peux aussi être comme elle. »

~ Sandra Corbeil 

L’initiative Femmes en STIM d’Ingenium a pour but de donner plus de visibilité aux femmes en STIM, de promouvoir leurs carrières, de célébrer leurs réalisations et leurs défenseurs, et de souligner les enjeux d’inégalité des sexes et les préjugés afin d’améliorer leur participation, leur inclusion, leur leadership et leur reconnaissance en STIM. Volonté de fer : les femmes en STIM, est une exposition qui fait actuellement le tour du Québec et de l’Ontario. Elle partage des récits passés et actuels de femmes ayant contribué aux STIM de façon considérable et traite des obstacles systémiques auxquels elles ont été confrontées. Pour obtenir plus de détails, consulter l’horaire de l’exposition itinérante

Auteur(s)
Profile picture for user Lauren DiVito
Lauren DiVito

Lauren est une gestionnaire de technologie des musées à Ingenium. Précédemment, elle était une spécialiste en expérience utilisateur pour la Société pour deux ans. Avec un baccalauréat ès sciences en chimie et en beaux-arts et d'une maîtrise ès sciences en communications biomédicales, elle s'intéresse à l'exploration de la connexion entre les arts et les sciences.