Quand la roche soulève une controverse

Lawrence Morley participe à l’élaboration et à la validation de la théorie de la tectonique des plaques.

Bryson Masse

Programme de journalisme du Collège Algonquin

Quand Lawrence Morley essaie pour la première fois d’expliquer la tectonique des plaques par un mystérieux phénomène se produisant au fond des mers, son hypothèse fait l’objet d’un rejet catégorique. Ce n’est que des mois plus tard, lorsque deux étudiants en géophysique de l’Université de Cambridge proposent une idée semblable, que la prestigieuse revue scientifique Nature publie son hypothèse révolutionnaire.

La tectonique des plaques nous aide à mieux comprendre le passé de notre planète. L’idée est plutôt simple : des plaques se trouvant sous la croûte terrestre se déplacent graduellement et s’entrechoquent ou glissent les unes sur les autres. Toutefois, dans les années 1960, cette idée suscite la controverse. En travaillant comme opérateur radar pendant la Seconde Guerre mondiale, puis en accompagnant des prospecteurs à la recherche de minerai de fer dans les régions sauvages du Canada, Morley apprend une ou deux choses sur le magnétisme.

À l’époque, la théorie de la dérive des continents (qui deviendra celle de la tectonique des plaques) n’est pas populaire. Peu nombreuses sont les personnes qui croient que la terre bouge constamment sous nos pieds. Or, Morley a élaboré sa théorie après avoir vu des bandes magnétiques ressemblant aux rayures d’un zèbre le long du relief sous‑marin. À son avis, la polarité prouve que du magma expulsé des espaces entre les plaques produit l’expansion du fond marin, ce magma enregistrant le champ magnétique ambiant lorsqu’il refroidit.

La théorie de Morley marquera un tournant, révélant la véritable nature de la croûte terrestre. Il faudra quelques années pour qu’elle soit acceptée. Grâce aux données présentées par Frederick Vine et Drummond Matthews, deux étudiants diplômés de l’Université de Cambridge, l’hypothèse Morley-Vine-Matthews sera reconnue à sa juste valeur en 1963. Morley est intronisé au Panthéon canadien des sciences et du génie en 2014.

Auteur(s)
Profile picture for user Algonquin College
Algonquin college

La philosophie organisationnelle du Collège Algonquin est définie par sa mission, sa vision et ses valeurs fondamentales. Définissant soigneusement la raison d’être de l’établissement, ces dernières visent toutes l’inspiration.

Mission : transformer l’espoir et les rêves en réussite toute la vie durant.

Vision : être un leader mondial en apprentissage personnalisé, numériquement connecté et expérientiel.

Valeurs : bienveillance, intégrité, pédagogie et respect.

(Site web en anglais seulement)

https://www.algonquincollege.com/