Le balado muséal : une formule virtuelle idéale pour les visiteurs aveugles et malvoyants

Share
3 m
Médias

En 2020, la pandémie de COVID-19 a provoqué la fermeture des musées partout au Canada. Face à cette situation, les musées se sont mis à chercher des façons de transposer en ligne l’expérience offerte par leurs expositions pour les rendre accessibles à distance.

Étudiante en conservation, j’ai commencé à travailler comme stagiaire à Ingenium — Musées des sciences et de l’innovation du Canada en septembre 2020.

Mon mandat consistait à explorer différentes solutions afin de produire une version Web de l’exposition Concevoir le son qui serait accessible aux personnes aveugles et malvoyantes. Après avoir élaboré plusieurs concepts et consulté les publics cibles éventuels, on a conclu que le balado présentait de nombreux avantages pour le public aveugle et malvoyant et qu’il était donc la solution idéale.

En octobre et en novembre 2020, avec le concours du Conseil canadien des aveugles, j’ai interviewé plusieurs participants aveugles et malvoyants, notamment des animateurs radio et des leaders éclairés. Ces entretiens individuels ont été menés par téléphone. Les participants se sont également portés volontaires pour évaluer l’accessibilité des expositions virtuelles et faire part de leurs observations sur ces expériences.

Au fil de ces consultations, il est devenu évident que les balados représentaient pour les musées un outil idéal pour transposer le contenu des expositions en expériences virtuelles intéressantes pour les visiteurs aveugles et malvoyants.

Les participants ont souvent mentionné que les balados étaient des sources d’information et de divertissement bien établies auprès des personnes malvoyantes et que la baladodiffusion était très prisée par celles-ci parce qu’elle est adaptée à leur mode de vie et propose une variété de contenus et que son mode de navigation est accessible et familier.

En outre, les participants ont formulé une série de recommandations afin d’aider le musée à créer des balados qui soient le plus adaptés possible aux besoins des personnes malvoyantes. Entre autres recommandations :

  • Créer le balado en collaboration avec une personne aveugle ou malvoyante.
  • Opter pour une présentation prenant la forme d’un entretien réalisé lors d’une visite et permettant d’entendre les voix des personnes directement impliquées.
  • Privilégier un entretien en personne autant que possible.
  • Inclure une ambiance sonore binaurale pour créer une dimension spatiale.
  • Fournir une description des images durant l’entretien ou la discussion.
  • Utiliser des clips audio authentiques pour rendre l’exposition vivante.
  • Intégrer des images pour permettre la visite de l’exposition du musée en compagnie de camarades voyants.
  • Proposer une activité combinant divertissement et socialisation.

Les résultats de l’étude, y compris le résumé des consultations, le compte rendu audio fourni par les participants sur leur visite au musée, les structures recommandées pour la conception d’un balado et un exemple de scénario, sont présentés dans le rapport intitulé Experiences and Methodologies in Working with People with Impaired and Low-Vision to Create Content for a Virtual Exhibition. (PDF)
(À noter : le sommaire est disponible en français, le rapport complet est disponbile en anglais seulement).

En raison des restrictions imposées pour lutter contre la pandémie de COVID-19, le balado n’a pu être réalisé comme prévu, mais Ingenium entend relancer le projet dès que les directives de santé publique et de sécurité le permettront.

Ce projet a été financé par l’initiative READi du programme FONCER du CRSNG.

Profile picture for user CarlaA
Carla Ayukawa

Carla Ayukawa étudie à l’Université Carleton en vue d’obtenir une maîtrise en design et un diplôme d’études en conservation. Elle s’intéresse à l’emploi de stratégies de conception participative pour créer des expositions muséales inclusives et accessibles sur le plan intellectuel aux visiteurs en situation de handicap visuel. Elle applique une approche multisensorielle à la lecture d’objets qu’elle allie à des méthodes de recherche qualitative afin d’apporter un éclairage nouveau sur des objets anciens.