Découvrez la collection de dessins de locomotives à vapeur du Canadien Pacifique

Share
5 m
Médias
Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada

La collection de dessins de locomotives à vapeur du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) documente et illustre avec précision la période la plus dynamique du développement des locomotives à vapeur au Canada. Reflétant la nature changeante du transport ferroviaire en ce qui concerne la vitesse et le poids des trains, la période couverte par la collection a été marquée par des changements importants dans la conception des locomotives. À l’occasion de la Semaine de sensibilisation aux archives, nous nous sommes entretenus avec le conservateur qui a officiellement acquis les dessins, David Monaghan.

Réseau Ingenium (RI) : Lorsque vous étiez conservateur des transports au Musée des sciences et de la technologie du Canada, vous avez été le responsable de l’acquisition de cette collection. Pourquoi a-t-il été important d’acquérir cette collection?

Photo en couleur d’un homme, David Monaghan, qui porte des lunettes et a une barbe blanche.
David W. Monaghan, ancien conservateur des transports terrestres.

David Monaghan (DM) : La première raison était d’ordre administratif. Le premier conservateur de la technologie industrielle au musée, M. R.J. (John) Corby a pris les mesures nécessaires pour emprunter la collection de dessins pour le musée, à la fin des années 1960. Lorsque j’ai commencé à travailler sur le dossier dans les années 1990, la collection était offerte sous forme de prêt par le Canadien Pacifique depuis près de trente ans. Mais pour que le musée puisse investir plus de temps et de ressources financières dans cette collection aux fins de préservation et de recherche, nous devions en obtenir le titre de propriété. Une demande officielle a donc été envoyée à Judith Nevsky, qui était alors archiviste du Canadien Pacifique, pour que le dépôt devienne permanent. Heureusement, la compagnie a accepté et nous a fait don de la collection.

La raison pour laquelle nous voulions acquérir cette collection est bien simple : il s’agit tout simplement d’une des séries les plus complètes sur le développement de la locomotive à vapeur au Canada, de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1960.

RI : Comment les dessins ont-ils été utilisés?

DM : Les dessins ont toujours présenté un intérêt particulier pour les modélistes, les conservateurs et les chercheurs. Les dessins couvrent toutes sortes de sujets, de schémas d’écrous jusqu’à des plans de montage de 3 mètres de long décrivant un moteur complet. Il est certain que la collection a été largement utilisée lorsque le musée a entrepris la restauration des locomotives CP 1201 et Shay.

Version numérique d’un dessin technique montrant l’intérieur et une coupe transversale d’une douille pour sifflet.

Dessin A-78-L-331-A, un de nos plus petits, illustrant une douille pour sifflet.

RI : Comment pensez-vous que les dessins pourraient être mieux utilisés par le musée ou le public?

DM : La collection contient tellement d’information, couvrant plus de 80 années. Les dessins doivent être perçus comme un recueil d’information détaillée et à l’échelle représentant des objets ou des assemblages précis. Ils peuvent en outre être utilisés comme des artefacts proprement dits, comme des objets esthétiques d’une beauté et d’un savoir-faire considérables. Ils procurent également une façon très particulière de voir les choses, qui permet de reproduire les objets tridimensionnels à partir d’illustrations bidimensionnelles.

RI : Pourriez-vous utiliser la collection pour construire votre propre locomotive à vapeur?

DM : Avec un peu d’expertise, oui – on pourrait construire une locomotive à partir de ces dessins, et même plusieurs types de locomotives. Trouver les matériaux pour en construire une serait toutefois une autre affaire.

Photo couleur montrant un classeur vert foncé avec un tiroir ouvert. Des dessins sont partiellement enroulés dans le fond du tiroir.

Exemple de classeurs utilisés pour entreposer la collection.

RI : Qu’est-ce que les gens devraient savoir sur cette collection qu’ils ne savent pas déjà?

DM : La collection de dessins représente d’innombrables heures de travail et témoigne du remarquable savoir-faire des gens qui les ont produits. Les dessins originaux comprennent des plans, des tracés préliminaires et finaux, et des dessins originaux à l’encre de Chine sur papier calque en lin. Chacun des dessins originaux sur papier en lin, qui se comptent par milliers, est une œuvre unique qui a été méticuleusement tracée pour en assurer la précision et la lisibilité. Une grande partie du patrimoine industriel du Canada a été perdue. Nous nous comptons chanceux que le Canadien Pacifique ait conservé cette collection et en ait fait don à une institution publique afin d’en permettre l’accès au public et d’en assurer la préservation.

RI : Merci, David Monaghan, de nous avoir parlé de ces importants dessins!


Vous appréciez le Réseau Ingenium? Aidez-nous à améliorer votre expérience en répondant à un bref sondage!

Profile picture for user Marcia Mordfield
Marcia Mordfield

Marcia Mordfield est archiviste adjointe à Ingenium. Elle travaille pour la société depuis 20 ans, et s’occupe principalement des collections de photographies d’archives. Titulaire d’un baccalauréat en anthropologie de l’Université Carleton, elle a aussi obtenu un certificat en gestion des archives et des dossiers du Collège Algonquin. Son stage au Musée d’histoire naturelle de Londres, en Angleterre, a marqué un temps fort de ses études en archivistique.