Aventures avec le G-AKDN - Chapitre 20

L’Hurricane réussit tant bien que mal à esquiver mes tirs, puis, audacieux, roula sur la piste juste devant le KDN.

Alors qu’il abaissait son train d’atterrissage, l’Hurricane me semblait une cible facile. Lentement mais sûrement, je me suis approché et, pointant le nez de mon aéronef droit vers lui, j’ai simplement savouré le moment. Comme il commençait à s’éloigner de moi, j’ai pressé le bouton de mon manche et « tac-à-tac-à-tac-à-tac », j’ai tiré. Bien sûr, je faisais semblant et c’est là que je me suis rendu compte que tout le monde m’entendait à la radio. Je m’apprêtais à amorcer mon approche finale en direction du célèbre Salon international de l’aéronautique de Farnborough, tout juste derrière le célèbre Hawker Hurricane. Je ne pouvais laisser passer cette chance de simuler une attaque contre lui. Tout le monde qui était sur la fréquence m’a entendu et personne n’a dit mot. Tous comprenaient et auraient probablement fait la même chose s’ils en avaient eu l’occasion. Et quelle occasion!

Le Salon international de l’aéronautique de Farnborough, dont les origines remontent aux années 1920, a été l’un des tout premiers événements publics où le KDN a été exposé en 1947. C’est aussi le premier événement auquel le KDN a été invité à participer, d’où notre motivation à entreprendre une visite au Royaume-Uni. L’événement a répondu à nos attentes sur tous les plans. Bénéficiant d’un traitement spécial dès son arrivée, le KDN a été exposé juste à côté de l’Airbus A380 — un portrait impressionnant! Nous étions heureux de constater que le Canada affichait une présence visible à l’événement. En effet, le Canada y avait un grand bâtiment d’exposition, et les cartes d’accréditation de tous les participants canadiens affichaient l’image de marque du Canada. À titre d’aéronef ambassadeur du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, le KDN cadrait parfaitement dans le décor.

C’est un événement de classe mondiale qui accueille des aéronefs et des visiteurs du monde entier. Nous avons fait la connaissance de centaines de personnes et toutes ont manifesté un grand intérêt pour l’histoire du KDN et ses liens avec le Musée. Les gens étaient fort sympathiques. Beaucoup d’enfants même ont montré un vif intérêt à l’égard de l’aviation. En plus de poser des questions intelligentes, ils étaient fortement impressionnés par le KDN. Une dame a dit qu’elle nous a vus aux nouvelles, Sonja Fillingham et moi, en train de voler à bord du KDN. Quelle surprise j’ai eue quand elle a dit qu’elle était alors en train de regarder le bulletin de nouvelles sur son téléviseur à Le Cap, en Afrique du Sud!

L’épouse de James, Carolyn, et leurs deux fils, Charles et William, nous ont accompagnés, Karen et moi, au Royal International Air Tattoo et à Farnborough. Nous étions heureux de les avoir ici, avec nous, mais également tristes que James n’y soit pas. Il aurait tellement aimé l’expérience. Karen et moi sommes repartis à bord du KDN le lundi suivant. C’était triste de voir les installations démontées et les avions s’envoler vers d’autres destinations. C’était tout un exploit pour nous d’emmener le KDN à Farnborough 69 ans après sa première apparition. Nous avions franchi une nouvelle étape, ce qui, en quelque sorte, m’a aidé à tourner une autre page à la suite de la perte de mon partenaire de vol, James. Nous pouvons maintenant nous reposer un peu et envisageons de participer à des événements aéronautiques plus près de chez nous. D’ailleurs, dans une semaine, le KDN va participer à un autre rassemblement inoubliable.

À suivre...

Auteur(s)
Profile picture for user Musée de l’aviation et de l’espace du Canada
Musée de l’aviation et de l’espace du Canada