La Collection

Avion 683 Lancaster X d'Avro

Numéro d’artefact : 1967.0640 


Faits saillants :

  • Bombardier lourd (surnommé « Lanc ») de la Deuxième Guerre mondiale sans doute le plus connu et utilisé lors de nombreux raids de bombardement (surtout de nuit), notamment en mai 1943 par la 617e Escadrille de la RAF (« les briseurs de barrages ») dans le cadre de l'opération Chastise.
  • Après la guerre et jusqu'en 1965, en service dans l'ARC, affecté à la patrouille maritime, la photo aérienne, la recherche et le sauvetage ainsi qu'à la formation des navigateurs.
  • Équipage en temps de guerre de sept membres : un pilote, un mécanicien navigant, un navigateur, un bombardier, un radio et deux mitrailleurs.
  • Équipage habituel après la guerre de huit membres : deux pilotes, un mécanicien navigant, deux navigateurs et trois radios.
  • Utilisé par de nombreux équipages canadiens pendant la Deuxième Guerre mondiale, dont le sous-lieutenant d'aviation Andrew Charles Mynarski, décoré de la Croix de Victoria à titre posthume pour bravoure lors d'une attaque menée sur Cambrai (France)
  • Le premier vol a été en Juin 1941 (Lancaster I)

Galerie de photos :

Retour au haut de la page
 

Historique :

Le « Lanc » était probablement le meilleur bombardier lourd utilisé en Europe au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Quelque peu vulnérable aux attaques des chasseurs, il était, par contre, relativement rapide, avait un plafond élevé et pouvait transporter, pour sa taille, d'énormes charges. La Victory Aircraft de Malton (Ontario) a construit le premier Lancaster canadien, un Mark X, qui a reçu son baptême de l'air le 1er août 1943. De nombreux Mark X canadiens ont servi outre-mer dans le 6e Groupe. L'Aviation royale du Canada a utilisé le Lancaster jusqu'en 1965 pour les patrouilles maritimes, les levés aériens, les opérations de recherche-sauvetage et l'entraînement des navigateurs.

Composition de l'équipage Deuxième Guerre mondiale: pilote, mécanicien navigant, navigateur, bombardier, radio et deux mitrailleurs. Équipage de patrouille maritime en temps de paix : deux pilotes, mécanicien navigant, deux navigateurs et trois radios. L'aéronef du Musée était l'un des derniers Mark X construits; il a été équipé d'une tourelle supérieure Martin ayant deux mitrailleuses de calibre 0,50. La version de patrouille maritime n'avait pas de tourelle supérieure; seule la tourelle frontale était armée avec deux mitrailleuses de calibre .303. Affligé de courants d'air, bruyant et peu confortable sur les vols longs-courriers, le Lancaster n'en était pas moins un appareil solide, fiable et très agréable à piloter. C'est sur un Lancaster canadien que le sous-lieutenant d'aviation A.C. Mynarski remporta la Croix de Victoria à titre posthume, pour acte de bravoure, lors d'une attaque sur Cambrai, en France.

Lieu actuel :

Exposition Deuxième Guerre mondiale, Musée de l'aviation et de l'espace du Canada

Provenance :

Transféré par l'ARC

Le Lancaster X du musée est sorti de la chaîne de production de Victory Aircraft au début de 1945. Livré au Royaume-Uni au début de mars, il est pris en charge par la 425e escadrille (Alouette) de l'ARC au cours de la première semaine de mai, tout juste avant la reddition sans condition de l'Allemagne. Le Lancaster est l’un des quelque 20 Lancaster appartenant à cette unité qui se rend au Canada à la mi-juin, en vue de leur utilisation contre le Japon. À la suite de la reddition de ce pays, en août, l’aéronef est placé en réserve en Nouvelle-Écosse, en septembre. Il a quitté le Canada atlantique en mars 1946 pour être entreposé à Fort Macleod (Alberta). La Canadian Pacific Airlines (Repairs) de Calgary a inspecté l'aéronef en juillet 1952. En août, le Lancaster s'est envolé pour Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, où la Fairey Aviation Company of Canada a commencé à le remettre à neuf. Remis en service en mars 1955, l'aéronef a servi à Greenwood (Nouvelle-Écosse) avec la 404e escadrille (Buffalo), une unité de reconnaissance maritime, jusqu'en janvier 1957. La décision de sauver le Lancaster en vue de son exposition dans un musée, en partie parce qu'il avait subi peu de changements au fil des ans, a entraîné son transfert à Dunnville (Ontario) afin qu'il y soit entreposé. Au début de 1964, l’appareil a été peint aux couleurs d’un Lancaster de fabrication canadienne, livré en juillet 1944 à la 428e escadrille (Ghost) de l’ARC, qui avait effectué 72 sorties au cours de la Seconde Guerre mondiale avant d’être ferraillé, en janvier 1947. Piloté jusqu'à Rockcliffe au début de mai 1964, le Lancaster est inclus dans la collection d’aéronefs historiques de l’ARC plus tard au cours du même mois. Peu de temps après, cette collection s'est jointe à celles du Musée national de l'aviation et du Musée canadien de la guerre pour former la Collection aéronautique nationale, devenue l'actuel Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

Information technique :

Envergure 31,09 m (102 pi)
Longueur 21.1 m (69 pi 6 po)
Hauteur 6.2 m (20 pi 4 po)
Poids à vide 15 985 kg (35 240 lb)
Poids maximum 29 484 kg (65 000 lb)
Vitesse de croisière 322 km/h (200 mi/h)
Vitesse maximale 438 km/h (272 mi/h)
Vitesse en montée 277 m (910 pi) /min
Plafond pratique 7 530 m (24 700 pi)
Autonomie 2 671 km (1 660 mi)
Moteur Quatre moteurs Rolls-Royce (Packard) Merlin 224, 12 cylindres en V de 1 620 ch chacun

Retour au haut de la page