Nous bricolons en arrière-plan et apportons des améliorations à nos sites Web. Nous sommes désolés des inconvénients!

Bien-être des animaux : Foire aux questions

Animaux (général)
Les vaches (ou les autres animaux) vont-elles dehors?

Pendant l’hiver, les vaches laitières passent du temps dans l’enclos extérieur lorsque les conditions météorologiques le permettent. Au printemps, à l’été et à l’automne, les vaches passent leurs soirées dans un pâturage où elles ont accès à de l’herbe et à du foin frais. Les certifications de qualité annuelles du lait au Musée témoignent de la bonne santé de ces vaches laitières et des excellents soins qu’elles reçoivent. 

Le troupeau de bœufs et les chevaux ont accès à des espaces extérieurs tout au long de l’année. 

Les chèvres, les moutons, l’âne, les alpagas, les lapins et la volaille sont à l’extérieur, dans un pâturage, au printemps, à l’été et à l’automne.

On laisse sortir les porcs le matin, à l’arrivée du personnel chargé du nettoyage. Ils sortent un à la fois pour se dégourdir et faire quelques tours des enclos qui les entourent.

Porcs
Pourquoi garde-t-on les porcs dans des stalles séparées?

Voici les nombreuses raisons pourquoi les porcs ont chacun une grande stalle individuelle : 

  1. Chaque race a différents besoins nutritionnels et nous avons généralement un animal de chaque race. 
  2. Les truies nécessitent des soins différents à chaque étape de gestation. Nous nous efforçons d’avoir une seule truie par mois qui met bas pour qu’elles ne soient jamais simultanément à la même étape de gestation au même moment. 
  3. La sécurité des animaux est une priorité. Certaines truies peuvent être très agressives, tandis que d’autres sont timides. Elles peuvent se blesser gravement entre elles si on les garde ensemble. 
  4. Les taux de conception augmentent considérablement lorsque les truies se trouvent dans un environnement calme où elles reçoivent des soins individuels pendant les 35 premiers jours de gestation (lorsque les embryons se fixent à la paroi utérine).  
  5. Il est beaucoup plus facile pour les visiteurs d’identifier une race lorsqu’elles sont présentées. 
  6. La sécurité des employés est une priorité. Puisque nous visitons nos truies tous les jours, nettoyage et soins, il est beaucoup plus sécuritaire pour les employés d’éviter de se retrouver au milieu d’une bagarre. 
  7. Il est très simple de surveiller la santé des truies lorsqu’elles sont nourries et logées individuellement, car nous pouvons observer leur appétit et leur fumier. Il s’agit d’une méthode rapide de détecter les maladies.  
  8. Les truies en fin de gestation ont des niveaux d’hormones plus élevés, ce qui les rend très agressives avec les autres truies. 

Nous gardons les porcelets d’une même portée ensemble et avons beaucoup de succès. Puisque les petits sont tous de la même race et du même âge, ils ont tous besoin des mêmes soins.

Quelle est la taille des stalles?

Nos porcs sont logés dans des stalles de 1,8 m x 4,6 m (6 pi x 15 pi). Ces stalles sont divisées en trois espaces. Les porcs peuvent donc être propres et heureux puisqu’ils mangent, dorment et font leurs besoins dans différentes sections. 

Les porcs font-ils de l’exercice/sont-ils divertis?

On laisse sortir les porcs le matin, à l’arrivée du personnel chargé du nettoyage. Ils sortent un à la fois pour se dégourdir et faire quelques tours des enclos qui les entourent.

Les porcs sont des animaux sociables et intelligents. On leur donne souvent des jouets pour stimuler leur fonction cérébrale et promouvoir leur activité physique. Les porcs sont naturellement curieux, les jouets enrichissent donc leur environnement, ce qui est bon pour leur santé globale. 

L’utilisation de jouets s’est révélée efficace pour réprimer les comportements indésirables, comme l’agressivité envers d’autres porcs et les morsures à la queue. Ils contrent également l’ennui. 

Nous offrons des jouets souples de différentes formes et tailles à nos porcs pour les maintenir intéressés, motivés et actifs. Nous changeons régulièrement les jouets, leur en offrant de nouveaux pour qu’ils continuent d’être divertis. Nous suspendons les jouets du plafond pour qu’ils restent propres et stimuler leur envie d’explorer. 

Abattez-vous vos porcs?

Non. Nous ne sommes pas un abattoir. 

Castrez-vous vos porcs?

Non. Il s’agit toutefois d’une pratique courante ailleurs. 

Coupez-vous leur queue?

Non.

Que faites-vous pour assurer la santé physique des porcs?

Nous étiquetons tous nos porcs d’un numéro d’identification national, il s’agit d’une pratique courante. Nous coupons également la pointe des « dents de loup » ou canines (nous ne les arrachons pas) des porcelets pour éviter qu’ils se blessent entre eux ou qu’ils blessent le pis ou les mamelles de la truie.

Vaches
Que faites-vous avec le lait des vaches?

Le lait des vaches du Musée est envoyé à l’association Dairy Farmers of Ontario pour être traité, puis distribué dans les épiceries. 

Si les humains boivent le lait d’une vache, alors son veau n’en a pas. Qu’arrive-t-il à son veau?

Les vaches produisent beaucoup plus de lait que ce dont le veau a besoin. Le lait de nos vaches est destiné à nos produits laitiers (pour la consommation humaine) et aux veaux. 

Sur notre ferme, les veaux sont séparés des vaches le jour suivant leur naissance. On les envoie dans l’aile des veaux de notre étable laitière, où on les nourrit pendant la traite du matin et celle de l’après-midi. On les nourrit à la bouteille jusqu’à ce qu’ils soient prêts à boire directement dans un seau. 

On les sèvre doucement du lait pour qu’à six mois ils ne mangent que du foin et des aliments de croissance pour les veaux. 

Comment sépare-t-on les veaux de leur mère?

Nos fermiers les amènent dans l’aile des veaux à l’aide d’un licou. 

Qui sépare les veaux de leur mère et où vont-ils?

Voir la réponse à la question précédente. 

Pendant combien de temps après la séparation de son veau la mère beugle-t-elle, à la recherche de son bébé?

Selon notre expérience, les vaches ne réagissent pas ainsi lorsqu’on leur enlève leur veau, car la séparation se fait rapidement et les animaux n’ont pas encore eu le temps de former un lien d’attachement. 

Combien de fois ou pendant combien de jours permettez-vous à un veau d’être allaité avant de le séparer de sa mère?

Sur notre ferme, un veau peut se nourrir directement de sa mère tout au long de la journée qu’il passe avec elle. 

Combien de veaux une vache laitière peut-elle avoir pendant sa vie?

La vache laitière moyenne sur notre ferme peut mettre bas de six à huit fois pendant sa vie. 

À quel âge une génisse est-elle inséminée artificiellement?

Sur notre ferme, les génisses sont normalement inséminées à partir de 16 à 20 mois. Afin d’assurer la santé physiologique des animaux, les fermiers attendent que les génisses aient un âge et un poids appropriés pour porter un veau. 

Dans la nature, les animaux portent des bébés beaucoup plus tôt, généralement dès qu’ils sont en âge d’avoir des chaleurs. Chez les vaches laitières, ce peut être aussi tôt que six mois.   
 

Comment fait-on?

Au Musée, lorsqu’une vache démontre des signes d’ovulation, un des fermiers (ayant suivi une formation approfondie) insémine manuellement la vache. Pour effectuer l’insémination artificielle, il faut placer une petite quantité de sperme d’un taureau dans l’utérus de la vache. Le fermier glisse son bras dans le rectum de la vache pour maintenir le col de l’utérus en place. Il dirige ensuite le tube inséminateur dans l’ouverture du col pour y déposer le sperme.  

Utilisez-vous un appareil normalisé par l’industrie nommé « support à viol » pour inséminer les vaches?

Nous ne connaissons pas l’appareil dont vous parlez. Maintenir les vaches en place durant l’insémination artificielle n’est pas une norme de l’industrie. Les vaches laitières sont inséminées artificiellement dans leur propre stalle. Nos vaches de boucherie sont soit inséminées par notre taureau soit artificiellement, sur les lieux ou dans leur enclos. L’insémination artificielle est effectuée seulement lorsque la vache est en chaleur (en ovulation) et réceptive. 

Où obtenez-vous le sperme de taureau et comment?

Nous achetons le sperme de taureau pour le troupeau de vaches laitières de diverses entreprises qui ont des taureaux. Ces entreprises recueillent le sperme de taureau en prélevant l’éjaculat à l’aide d’un vagin artificiel. Une fois recueilli, le sperme est dilué et entreposé dans de petites pailles contenant de l’azote liquide. Il est ensuite livré à la ferme et rangé dans de petits contenants d’azote liquide jusqu’à son utilisation. L’utilisation de sperme provenant de plusieurs différents taureaux permet de maintenir la diversité génétique du troupeau, réduisant ainsi les problèmes de santé causés par la consanguinité. 

Les vaches ont une espérance de vie naturelle de plus de 20 ans. Quel âge ont les vaches laitières lorsqu’on les envoie à l’abattoir?

En général, dans l’industrie, une vache laitière est vendue après trois à cinq lactations, soit lorsqu’elle a entre cinq et sept ans. Dépendamment de la santé générale et de la constitution génétique de la vache, il est possible qu’on la garde moins ou plus longtemps. 

Au Musée, nous mettons nos vaches laitières aux enchères lorsqu’elles ont environ 10 ans. Puisque le Musée est un établissement éducatif, les vaches peuvent y demeurer pour d’autres raisons que la production laitière. Par exemple, il est possible qu’une vache soit gardée pour présenter sa race, et ce, peu importe son âge ou sa capacité à produire du lait. 

Les mastites sont un problème très fréquent chez les vaches d’élevage industriel. Quels sont vos taux de sang et de pus?

Les mastites sont un problème très fréquent chez tous les mammifères, y compris les humains. 

Par taux de sang et de pus, je crois que vous faites référence à la numération des cellules somatiques. La ferme fait partie du programme de contrôle laitier et notre lait est soumis à des analyses de cellules somatiques une fois par mois. 

Les globules blancs (leucocytes) constituent la majorité des cellules somatiques. La numération des cellules somatiques (NCS) est le total de cellules par millilitre contenues dans le lait. Notre taux de numération des cellules somatiques (moyenne du troupeau) se situe tout juste sous les 100 000. La moyenne de l’industrie est de 200 000. Des pénalités sont imposées lorsque le niveau dépasse les 400 000.  

Pour mettre ses chiffres en perspective, une NCS de 100 000 ou moins indique qu’une vache n’est pas infectée, c’est-à-dire qu’elle ne souffre pas d’une mastite. 

On retrouve des cellules somatiques dans le lait de tous les mammifères en lactation. Elles ne sont aucunement dangereuses pour la santé humaine. 

Comment traitez-vous les vaches souffrant d’une mastite?

La prévention et la détection précoce des mastites sont essentielles pour les éviter et les traiter. Les fermiers connaissent les signes de cette infection et surveillent les vaches de près pour déceler les vaches potentiellement malades. Certains types de mastites guérissent d’eux-mêmes. D’autres nécessitent des traitements antibiotiques.  

Pendant la période de traitement, les fermiers traient la vache séparément et jettent le lait pour qu’il n’intègre pas la chaîne alimentaire. Des vétérinaires visitent nos vaches toutes les deux semaines, selon les directives de Herd Health.

À quelle fréquence avez-vous des vaches couchées?

La présence de vaches couchées n’est pas fréquente au Musée, car nous faisons beaucoup de prévention pour éviter cette situation. La mise à l’herbe de nuit dans le pâturage de juin à octobre soutient la santé du troupeau. Des soins appropriés et un suivi après le vêlage sont également essentiels à la santé des vaches. 

Combien de veaux naissent en moyenne par année?

Environ 50 % des veaux sont des mâles, donc à peu près 25 par année.

Les jeunes mâles sont-ils élevés pour la viande de veau, de bœuf ou abandonnés/tués/laissés à mourir?

Notre Musée ne laisse jamais ses animaux mourir. Nous leur donnons tous des soins et des traitements appropriés. Tous les veaux mâles nés au Musée sont vendus à une maison de vente aux enchères. L’âge de la vente varie de trois jours à plusieurs mois.

Quel est le rendement optimal de lait par vache par jour?

Le rendement dépend de la race. Notre Musée est un établissement éducatif et présente diverses races ayant différentes capacités de production de lait. La production est dynamique et dépend de nombreux facteurs, comme le bagage génétique, le stade de lactation de la vache, la qualité des aliments et les changements saisonniers.

La vache Holstein moyenne produit plus de 10 000 kilos de lait par année. 

 

Qu’arrive-t-il à la vache si elle tombe sous le niveau de production de lait attendu?

Puisque nous sommes un établissement éducatif, notre objectif n’est pas de maximiser la production. Si l’animal est en santé, il est possible qu’on le garde pour présenter la race. 

La production de lait n’est pas nécessairement le principal critère de sélection des vaches dans l’industrie laitière. Globalement, la santé animale et la fertilité sont plus importantes que la production de lait.  
 

Combien de vaches laitières abattez-vous chaque année?

Nous n’abattons aucun de nos animaux. Les vaches laitières qui quittent la ferme sont vendues à une maison de vente aux enchères. 

Si un visiteur revient l’an prochain, combien de vaches laitières présentes actuellement seraient encore vivantes?

La vaste majorité des vaches laitières seraient encore au Musée. Notre roulement n’est pas très élevé. De juin à septembre, nos vaches laitières sont dans le pâturage sur Ash Lane, à la Ferme expérimentale centrale. Elles ne seront donc peut-être pas à l’étable lorsque les visiteurs viendront. Certaines vaches en santé sont vendues à la maison de vente aux enchères où d’autres fermes les achèteront. 

Où les vaches sont-elles abattues?

Nous n’abattons pas notre bétail. Si les animaux quittent la ferme, ils sont vendus à une maison de vente aux enchères où d’autres fermiers ou transformateurs peuvent les acheter. 

Effectuez-vous l’amputation de la queue, l’écornage ou du marquage au fer?

Nous ne marquons pas nos vaches au fer. Selon la loi, nos animaux doivent avoir une étiquette d’oreille pour les identifier et pour des raisons de traçabilité. 

Nous n’avons jamais amputé la queue des vaches. Cette pratique est maintenant interdite en Ontario. 

À notre ferme, les animaux sont éborgnés plutôt qu’écornés. Lorsque les animaux sont éborgnés, ils sont endormis et reçoivent des médicaments pour gérer la douleur. 

Nous ne castrons pas notre bétail. 

Comment ces procédures sont-elles effectuées?

Voir la réponse à la question précédente. Avant l’âge de deux mois, les bourgeons de cornes ne sont pas encore fixés au crâne. Les bourgeons de corne sont cautérisés, ce qui empêche les cellules qui forment les cornes de se développer. Les veaux qui subissent cette procédure sont endormis et on leur administre des analgésiques.