Envolées au-dessus de l’eau - activités d'été

MAEC
Musée de l’aviation et de l’espace du Canada
17 juill. 2020 - 30 sept. 2020
En ligne
Share
avion de brousse Bellanca CH-300 en vol sur l'eau
Quand
Heures
En ligne

Que diriez-vous de déployer vos ailes cet été? Le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada propose diverses activités d’apprentissage virtuel et de bricolage sur le thème Des ailes au-dessus de l’eau, qu’il vous invite à effectuer en famille.

Saviez-vous que 20 % des ressources d’eau douce de la planète se trouvent au Canada? Le Canada étant bordé par trois immenses océans, il n’est pas étonnant que les Canadiens soient considérés comme des innovateurs astucieux quand vient le temps de trouver un moyen de se rendre là où ils désirent aller!

Ils font figure d’experts mondiaux dans leur domaine, qu’il s’agisse de l’ingéniosité des kayaks et canots autochtones (site web en anglais seulement) ou de la robotique derrière les satellites qui, depuis l’espace, observent nos vastes plans d’eaux, les écoulements glaciaires, les inondations, la fonte du pergélisol et bien d’autres choses encore.

Les pilotes canadiens forment un groupe aux talents divers. Certains d’entre eux se rendent en région éloignée et dans des conditions difficiles afin d’y livrer du matériel et des provisions essentiels ou d’y effectuer des missions d’évacuation médicale. D’autres participent à des missions militaires en survolant des eaux étrangères ou internationales après avoir décollé de porte-avions. Les Canadiens sont vraiment formidables!

À travers une série de modèles à télécharger pour créer des maquettes en papier en lien avec les artefacts de notre collection, nous vous invitons à découvrir quelques-unes des réalisations canadiennes qui font la fierté du pays lors d’envolées au-dessus de l’eau! Faites un choix parmi les sections suivantes :


Vue de l’espace

La station spatiale internationale

Pour mieux apprécier l’immensité des plans d’eau de notre planète, regardez celle-ci à travers les yeux d’un astronaute! Observez les masses d’eau de la Terre depuis la Station spatiale internationale (SSI).

Les astronautes canadiens qui ont récemment séjourné à bord de la SSI ont publié de magnifiques photos dans les médias sociaux. Ce faisant, ils ont suscité l’intérêt d’une nouvelle génération pour la technologie spatiale.

À VOIR

  • Admirez ces 10 photos du Canada (Site web externe : Agence Spatiale Canadienne) prises dans l’espace par l’astronaute canadien David St-Jacques!

À FAIRE

  • Coloriez, puis assemblez cette maquette de la SSI (PDF), grâce à un modèle à imprimer, adapté aux enfants.
  • Matériel nécessaire : Des ciseaux, des crayons-feutres, de la colle ou du ruban adhésif.
  • Conseil : Pour créer un effet 3D, utilisez de petits morceaux de ruban adhésif de montage pour surélever les panneaux solaires.

LE SAVIEZ-VOUS?

  • Au départ, la SSI devait être en fonction 15 ans, puis déclassée en 2016. On a prolongé sa durée de vie jusqu’en 2024.
  • Parmi les contributions du Canada à la SSI figurent les outils robotiques de pointe Canadarm2 et Dextre, ainsi que la base mobile (plateforme de transport et d’entreposage).
  • Six vaisseaux spatiaux peuvent être arrimés à la SSI en même temps.
  • Il faut environ six heures à un vaisseau spatial pour se rendre à la SSI depuis la Terre.
David Saint-Jacques effectue sa première sortie dans l’espace
L’astronaute de l’Agence spatiale canadienne David Saint-Jacques effectue sa première sortie dans l’espace. (Source : Agence spatiale canadienne/NASA.)

Mission de la Constellation RADARSAT

Fruits d’innovations audacieuses et continues, les initiatives RADARSAT-1 et RADARSAT-2, dont l’évolution a donné lieu à la mission de la Constellation RADARSAT (MCR), ont été lancées afin d’observer attentivement la Terre depuis l’espace.

Le satellite RADARSAT-1 a été mis en orbite en novembre 1995 et RADARSAT-2 en décembre 2007. La réalisation de ces deux projets a permis au Canada et au reste du monde de disposer d’un système de satellite radar opérationnel, capable de fournir en temps opportun de grandes quantités de données recueillies grâce au balayage de la surface de la Terre. Ce système, dont le fonctionnement n’est pas entravé par les vagues, la fumée, la brume, le brouillard ou la couverture nuageuse, peut mesurer avec précision, jour et nuit, l’ampleur des changements en ce qui a trait aux vagues océaniques, aux glaces et aux vents, autant de renseignements nécessaires à la navigation sur les routes maritimes. En plus de fournir des renseignements utiles pour mettre à jour les cartes, cette surveillance systématique permet d’obtenir de l’information indispensable pour élaborer des plans ou pour localiser une région touchée par une catastrophe afin d’intervenir rapidement en cas d’urgence.

RADARSAT-2 est toujours opérationnel, mais il lui faut un successeur pour répondre aux besoins sans cesse croissants liés notamment à l’analyse des mégadonnées et au recours grandissant à l’intelligence artificielle. La Constellation RADARSAT est la suite du programme RADARSAT et assure la disponibilité continue des données aux utilisateurs.

Mission de la Constellation RADARSAT
Aperçu de la mission de la Constellation RADARSAT. (Source : Agence spatiale canadienne)

La mission de la Constellation RADARSAT : servir les Canadiens

La mission de la Constellation RADARSAT (MCR) s’appuie sur l’expertise et le leadership du Canada en matière d’observation de la Terre depuis l’espace. La configuration à trois satellites permet d’observer le vaste territoire canadien, y compris l’Arctique, jusqu’à quatre fois par jour. Les principales utilisations de ce système lancé en 2019 concernent la surveillance maritime, la surveillance des écosystèmes et la gestion des catastrophes.

À VOIR

À FAIRE

Sur le site de l’Agence spatiale canadienne, vous trouverez :

LE SAVIEZ-VOUS?

  • Les données recueillies par la MCR s’avèrent utiles aux :
    • agriculteurs canadiens, qui peuvent ainsi mieux gérer leurs récoltes et veiller au rendement de leurs cultures;
    • autorités, qui peuvent surveiller les inondations et l’accumulation de glace dans les cours d’eau, et analyser la fonte de la neige afin de cartographier les régions enneigées;
    • aux navires, qui naviguent dans les eaux glacées de l’Arctique.
  • La MCR fait la fierté du Canada! L’Agence spatiale canadienne (ASC), de concert avec MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. et Magellan, a fait appel à 125 fournisseurs répartis dans sept provinces canadiennes, qui ont tous participé à la construction des satellites de la MCR.
  • L’ASC s’affaire actuellement à construire un nouveau satellite appelé WildFireSat, qui doit être lancé en 2024. Au moyen de capteurs infrarouges, WildFireSat mesurera l’énergie produite par les feux de forêt, leur vitesse de propagation et la quantité de carbone émis dans l’atmosphère. Découvrez comment la mission WildFireSat permettra d’améliorer la gestion des feux de forêt au Canada.
RADARSAT-1 Mosaic of Montréal
Mosaïque RADARSAT-1 de Montréal : Mosaïque 3D d’une région de 100 km sur 50 km dans les environs Montréal, au Québec. (Source : Agence spatiale canadienne)

Vols au-dessus des eaux internationales : les aéronefs de l’aéronavale

Avant de se rendre dans l’espace, les Canadiens ont survolé des océans loin des aérodromes classiques. Saviez-vous que le Canada a exploité cinq porte-avions? Le plus grand d’entre eux était le NCSM Bonaventure.

S’il vaut mieux ne pas avoir le cœur sensible pour poser un aéronef sur une piste en mouvement au milieu d’un océan agité, ce type de manœuvre a permis au Canada de mener des missions dans les eaux internationales.

En 2020, la Marine royale canadienne (MRC) célèbre son 110e anniversaire! Pour marquer l’événement, le Musée présente des modèles à imprimer pour fabriquer des maquettes en papier d’aéronefs de l’aéronavale qui font partie de sa collection. Découvrez chacun de ces aéronefs et collectionnez-les tous!

À VOIR

  • Parcourez une galerie de photos de porte-avions provenant des Archives de la Marine canadienne.

À FAIRE

Imprimez ces modèles afin de fabriquer des aéronefs de l’aéronavale en papier :

sourie qui fait un salut

Laissez libre cours à votre créativité : mettez en scène vos aéronefs sur le pont du porte-avions Bonaventure! Prenez la scène en photo, puis publiez celle-ci dans les médias sociaux avec l’étiquette @MuseeAvEspace.

  • Matériel nécessaire : Des ciseaux, des crayons-feutres, de la colle ou du ruban adhésif, et des attaches parisiennes (pour les rotors et les hélices).

LE SAVIEZ-VOUS?

  • La MRC a exploité les NCSM Puncher et Nabob durant la Seconde Guerre mondiale.
  • Après la Seconde Guerre mondiale, la MRC a exploité les NCSM Warrior et Magnificent.
  • Premier porte-avions à avoir appartenu entièrement au Canada, le NCSM Bonaventure a été mis en service à Belfast, en Irlande du Nord, le 17 janvier 1957; le « Bonnie » a accosté à son port d’attache de Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 26 juin de la même année.
  • Il y a 50 ans, soit le 3 juillet 1970, le NCSM Bonaventure a été désarmé au port de Halifax, puis vendu à la casse.

Vols en régions éloignées : les aéronefs de brousse

Étant donné l’abondance de l’eau sur son territoire, le Canada se prête particulièrement bien à l’aviation de brousse! Les collectivités situées dans les régions éloignées dépendent des aéronefs de brousse pour leur approvisionnement et les évacuations médicales d’urgence.

Les pilotes de brousse sont pleins de ressources. En l’absence de piste, les pilotes peuvent changer le train d’atterrissage de leur appareil en fonction du terrain afin de se poser sur la neige, sur l’eau, dans l’herbe ou dans le gravier.

À VOIR

Un célèbre pilote de brousse, qui compte plus de 36 000 heures de vol, vit au Nunavik, au Québec. Le pilote inuit Johnny May a pris sa retraite après avoir largué pour une dernière fois des bonbons au-dessus de Kuujjuaq le jour de Noël pour les résidents de sa ville natale.

Pour vous rafraîchir pendant les journées chaudes de l’été, visionnez cette courte vidéo d’une distribution de bonbons dans un paysage enneigé!

À FAIRE

Cet été, passez du temps au frais tout en découvrant quelques-uns des avions de brousse quifont partie de la collection du Musée.

sourie dans une bouée de sauvetage

Imprimez ces modèles afin de fabriquer des aéronefs en papier :

Que diriez-vous de simuler un atterrissage dans votre piscine ou dans une bassine remplie d’eau? Et si vous trouvez qu’il fait vraiment trop chaud cet été, pourquoi ne pas bricoler des skis (à partir d’abaisse-langue en bois) comme train d’atterrissage? Créez un beau décor pour mettre en scène votre création, prenez le tout en photo, puis publiez celle-ci dans les médias sociaux avec l’étiquette du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada!

Que diriez-vous de simuler un atterrissage dans votre piscine ou dans une bassine remplie d’eau? Et si vous trouvez qu’il fait vraiment trop chaud cet été, pourquoi ne pas bricoler des skis (à partir d’abaisse-langue en bois) comme train d’atterrissage? Créez un beau décor pour mettre en scène votre création, prenez le tout en photo, puis publiez celle-ci dans les médias sociaux avec l’étiquette du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada!

LE SAVIEZ-VOUS?

  • Premier avion de brousse de fabrication canadienne, le Norseman de Noorduyn était pourvu d’une cabine chauffée!
  • Le DHC-2 Beaver de De Havilland Canada a effectué son premier vol le 16 août 1947.
  • Conçu et construit au Canada, le DHC-2 Beaver de De Havilland Canada était un avion à décollage et atterrissage courts.
  • Pas moins de 1692 Beaver ont été construits de 1947 à 1968.

Voulez-vous voir d’autres « envolées au-dessus de l’eau »?

Voici un dessin imprimable à colorier sur lequel sont illustrés divers aéronefs et qui présente un défi spécial. Pouvez-vous trouver le seul avion sur le dessin qui ne fait pas partie de la collection du Musée?

Une fois que vous l'avez trouvé, coloriez-le en jaune avec des détails rouges!