L’heure est au souvenir

L’heure est au souvenir

AVIATION
Musée de l’aviation et de l’espace du Canada
Date5 nov. 2020 - 11 nov. 2020
Heure10 h 00 - 16 h 00
Share
L'avion Supermarine Spitfire qui vole au dessus de coquelicots rouge
Emplacement
En ligne
Quand
Heures
10 h 00 - 16 h 00

Au fur et à mesure que les journées raccourcissent et que la froidure s’installe, on rappelle aux Canadiens que la persévérance, le dévouement, la loyauté et l’abnégation constituent les fondements de notre nation. Lorsque nous nous concentrons tous sur la même cause, nous formons un pays uni.

La Semaine des vétérans (du 5 au 11 novembre 2020) offre l’occasion de réfléchir, de se souvenir et d’apprécier le service des Canadiens dans les forces militaires. On compte ici les Canadiens de toute l’histoire de notre pays ainsi que ceux qui servent encore aujourd’hui.

Toutefois, 2020 revêt une ampleur exceptionnelle pour nos militaires. Énumérons les nombreux jalons de l’année : le 75e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le 110e anniversaire de la Marine royale canadienne, le 80e anniversaire de la bataille d’Angleterre et le 70e anniversaire du début de la guerre de Corée.


Visites du Musée et commémorations virtuelles

Pour les personnes qui souhaitent voir leur aéronef d’époque favori, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada sera ouvert de 10 h à 16 h le 11 novembre. La réservation de billets et les protocoles de sécurité contre la COVID-19 seront en place.

Traditionnellement, le Musée tenait des performances musicales à l’occasion du jour du Souvenir. En raison de la COVID-19, La Musique centrale des Forces canadiennes ne peut se produire au Musée ou au Cénotaphe. Cependant, La Musique centrale a partagé ce magnifique extrait audio solennel avec nous.

The Airman’s Prayer (la prière de l’aviateur)
Musique de Wishart Campbell | Paroles de G.L. Creed | Arrangements de Ken Bray
Interprétée par le Quintette de cuivres Lancaster de La Musique centrale des Forces canadiennes.

The Airman’s Prayer (la prière de l’aviateur)
Musique de Wishart Campbell | Paroles de G.L. Creed | Arrangements de Ken Bray
Interprétée par le Quintette de cuivres Lancaster de La Musique centrale des Forces canadiennes.

Le personnel du Musée offre cette collection spéciale, L’heure est au souvenir, aux personnes qui commémoreront la Semaine des vétérans virtuellement. Grâce aux histoires orales et écrites, à la poésie, à l’art et à la vidéographie/photographie, nous comprenons mieux ce que les anciens combattants et les gardiens de l’histoire de notre nation nous ont laissé. 

L’heure est au souvenir comporte :


Poèmes en temps de guerre

Une image en noir et blanc présente un homme plus âgé qui regarde au loin, le visage sérieux. On peut voir un bâtiment en bois en arrière-plan.

Nelson Moses tentait de surmonter un deuil profond lorsqu’il a écrit son poème, Aviateur au champ d’honneur.

Aviateur au champ d’honneur – de Nelson Moses

Perdre un être cher à la guerre est un événement qui change la vie de toute la famille et de la collectivité. Le 1er avril 1918, la communauté de la bande Delaware, du Territoire des Six Nations de la rivière Grand, près de Brantford en Ontario, a perdu un fils de 26 ans. Ancien enseignant de la communauté, le lieutenant James Moses, était observateur d’artillerie avancé pour le 57e Escadron de l’Aviation royale canadienne. La famille a reçu une lettre lui disant que l’avion que leur fils et son pilote occupaient avait été abattu en France.

La famille Moses avait envoyé trois fils pour combattre pendant la Grande Guerre. Accablé de chagrin et de la perte immense de son fils James, Nelson Moses a écrit et publié les vers suivants en anglais dans le journal.

Apprenez-en davantage sur le lieutenant James Moses. (Site web disponible en anglais seulement)

Version Lunaape du poème Aviateur au champ d’honneur

Bien que le poème ait été écrit en anglais, la famille Moses du Territoire des Six Nations de la rivière Grand parlait Delaware (Lunaape). La langue Delaware (Lunaape) a presque disparu aujourd’hui, quelques traces existent encore dans les communautés du sud de l’Ontario.

Grâce à l’aide des locuteurs de la langue Lunaape de la réserve Munsee-Delaware près de London, en Ontario, le poème a été récemment traduit, réunissant ainsi l'œuvre de l’auteur avec sa langue autochtone plus d’un siècle plus tard.
 
Le Musée souhaite faire part de son immense gratitude à Ian McCallum et à Karen Mosko qui ont participé à la traduction ainsi qu’à un descendant de James Moses, l’historien autochtone John Moses, pour ses conseils indispensables dans la réalisation de ce projet.

Écoutez un enregistrement de la version Lunaape du poème l’Aviateur au champ d’honneur, lu par Karen Mosko.

Tahtaas iiyach nii numaamayaniiluni
Eelu neeka aween kwaxkakeew wahlumat (be far away)
Sahku kiikeeheew chaskuneew waak sahku shukw
Wiichumeew Alaxan wteeh naxpii aapuwiixun

Loosoomeew sahku ahwat ooshaweelundam
Eenda kiiloona ksakiinaxkeeneewihna waak leew laapii uch kuneewultihna
Nahkeewsuwaakan leexeew paalihleew kiiloona pahtamaweelxaweewihna
Naakeesh akeexpeengweew paasteew waak matatawaapuw (hard time seeing)

Shukw kukuna, ooshaweelundam (feel grief)
Lustaweew wunj kwaxkakeew (go across the water)
Neeka kwiisusak mahta poonihtoow neeli neeka ooshaweelundam
Neeka pumohkaasuw, shukw machiiyay

Njiim wunaxpii-kawiit xweeli njoosumak maskaniiteeheewak
Kawihmwa meekal kii kuwiichoohuweew kehkoohaawatuwak
Mahta maamayaniilunuw aashtehteehiikan waxkiichi  machiiyay
Eenda alaaxiimuwaakan shuwanakwunj tali soochul kwiissuw

Une image en noir et blanc présente un jeune homme portant un uniforme et une casquette militaires. On peut voir des ailes d’aviateur sur son manteau.

À l’âge de 19 ans, le sous-lieutenant d’aviation John Gillespie McGee Jr., pilote d’un Spitfire pour l’Aviation royale canadienne, a écrit « High Flight » (haute voltige).

High Flight (haute voltige) – de John Gillespie McGee Jr.

Né d’une mère britannique et d’un père américain, John Gillespie Magee Jr. souhaitait désespérément participer à l’effort de guerre. Puisque les États-Unis n’étaient pas encore en guerre, le jeune homme a refusé une bourse de l’université Yale pour venir au Canada et s’engager dans l’Aviation royale canadienne (ARC). Passionné d’aviation, le jeune pilote de Spitfire a signé un poème qui célèbre l’action de voler, tout en transcendant les frontières terrestres. Il est mort dans un accident d’avion en Angleterre le 11 décembre 1941, il avait 19 ans.

Activité

Assemblez un modèle 3D de l’avion-chasseur préféré de John Gillespie McGee, l'avion Spitfire de Supermarine (PDF).


Œuvres

Peinture à l’huile représentant une lignée de six navires de la Marine naviguant en haute mer vers l’observateur, le ciel est bleu et doré. Un hydravion (biplan) vole en direction opposée

Minesweepers (dragueurs de mines), Halifax de Arthur Lismer (1919). Huile sur toile

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l’armée canadienne commandait des œuvres à des artistes de guerre talentueux, comme la première femme artiste officielle du Canada, Molly Lamb, pour documenter des moments historiques. Les ébauches et les peintures saisissent des éléments factuels, comme le lieu, le ton, l’atmosphère et autre information contextuelle.

Pour découvrir comment Molly Lamb a capté ces moments clés de l’histoire militaire du Canada, regardez la courte vidéo Pensez comme un historien : La libération des Pays-Bas en esquisses – Molly Lamb. (Vidéo YouTube)

Parmi les autres artistes de guerre canadiens, on compte Alexander Y. Jackson, Frederick H. Varley, Lawren Harris et Alex Colville. Pour les artistes engagés de la Marine royale canadienne, une fois qu’ils étaient amarinés et habitués à la vie en mer, leurs œuvres étaient incroyables. Apprenez-en davantage sur les peintres de marine canadiens de la Deuxième Guerre mondiale.

Vous voulez en voir davantage? Consultez plus d’exemples de différentes époques de l’art de guerre canadien.

A black-and-white image of a man wearing a suit and tie, sitting on top of the wheel of a small aircraft. The propeller of the plane is visible.

Portrait d’artiste : Robert Bradford

Le vol fascinait et inspirait le jeune pilote inscrit au Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique, Robert W. Bradford. Plus tard, il a peint des scènes avec des avions qu’il avait vus durant son entraînement ainsi que des moments historiques particuliers.

M. Bradford a partagé son histoire captivante dans la série documentaire du Musée, La série Échos.

Des segments de son entrevue se trouve ici :

Consultez la galerie qui présente certaines de ses œuvres :

Gallerie d'images


Photographie

En période de grande adversité, les nations se sont organisées et se sont réunies pour défendre la démocratie. Des photographes ont documenté certains des moments les plus déterminants de l’histoire militaire canadienne.

Voyez les images d’Anciens Combattants Canada, lesquelles dépeignent le Jour J et la bataille de Normandie.

Trois femmes travaillent devant une immense carte de l’est du Canada, une se trouve sur une échelle et place un marqueur. Source : Collection Le Canada vu par le CN, Ingenium [No ID : x14763]

Des membres de l’Aviation royale canadienne, Division féminine, au travail dans une salle des opérations dans l’est du Canada.

 

 

Il a fallu toute une nation : Collection Le Canada vu par le CN

Depuis le coffre-fort de la collection d’archives d’Ingenium, la vaste collection Le Canada vu par le CN offre un aperçu différent des efforts de guerre et documente une nation en guerre sur le front intérieur, sur les aérodromes et dans le ciel.

Profitez d’un court « survol » en regardant une vidéo d’images sélectionnées compilées à partir de la collection Le Canada vu par le CN (Vidéo YouTube).

Vous pouvez trouver des témoignages de femmes qui ont travaillé pendant la Deuxième Guerre mondiale dans la série documentaire du Musée : La série Échos :

Une photo de Jack Ford

Portrait d’un photographe : Jack Ford (1922-2019)

Après son entraînement à l’aéroport Rockcliffe d’Ottawa, en Ontario, durant la Deuxième Guerre mondiale, Jack Ford est devenu photographe du 414e Escadron de chasseurs de reconnaissance de l’ARC. M. Ford a été envoyé outre-mer juste après l’invasion du Jour J, le 6 juin 1944. Lui et ses collègues photographes d’escadron suivaient les troupes alliées d’une base aérienne à une autre, captant des moments du quotidien face au danger, à l’horreur et au grand changement. Pour voir quelques-unes des incroyables photographies que lui et ses collègues ont prises de la France à la Hollande, regardez une courte vidéo en hommage à Jack Ford (Vidéo YouTube)

Une portion de la collection Jack Ford est exposée en permanence au Collège des Forces canadiennes à Toronto.  

Des segments des témoignages de M. Ford se trouvent dans la série documentaire du Musée, La série Échos, M. Ford est présenté dans :


Histoires de gens

Un homme portant des lunettes et un manteau en cuir noir, et ne regarde pas l’appareil-photo. On voit un avion arborant le drapeau canadien derrière lui.

Dans une vidéo (lien ci-dessous), David H. Tate, capitaine de vaisseau / colonel FAC parle des atterrissages sur des porte-avions et du pilotage d’avions de l’aéronavale.

Entrevues filmées avec d’anciens combattants

L’histoire orale joue un rôle important dans la préservation du savoir. L’interprétation par la parole ajoute du contexte et un sens à la condition humaine, particulièrement lors de circonstances exceptionnelles. Écoutez de fascinantes histoires d’anciens combattants canadiens :

Une image en noir et blanc présente un jeune pilote en uniforme, souriant depuis la cabine de pilotage d’un avion.

Le commandant d’aviation de l’Aviation royale canadienne, Leonard Birchall, le « sauveur de Ceylan », à bord d’un appareil Catalina en 1942.

Articles

En temps de guerre et de conflit, on retrouve des gestes individuels de bravoure inimaginable et des communautés qui agissent ensemble. Au bout du compte, la nation au complet doit s’unir et soutenir ses troupes. À travers les épreuves et les tribulations de l’histoire militaire canadienne, nombreux sont ceux qui ont survécu et certains, grâce à l’expérience qu’ils ont acquise, sont devenus de grands leaders.

Lisez une série de courtes histoires sur de braves Canadiens qui ont fait de considérables contributions tout au long de leur vie et de leur travail :

Portrait de femme : Elizabeth « Elsie » MacGill

Durant les conflits du 20e siècle, les femmes canadiennes ont soutenu l’effort de guerre du mieux qu’elles le pouvaient. 

En 1938, une Canadienne nommée Elizabeth « Elsie » MacGill est devenue la première femme à être ingénieure en chef de l’aéronautique au monde. Mme MacGill a ensuite supervisé la production de plus de 1 400 appareils Hurricane à Fort Williams, en Ontario, ce qui lui a valu le surnom « Queen of the Hurricanes » (reine des ouragans). 

Découvrez-en davantage sur l’avion Hurricane, lequel fait partie de la collection du Musée :

Plus tôt ce mois-ci, Historica Canada a diffusé une nouvelle vidéo sur Mme MacGill pour sa série Minutes du patrimoine. Regardez le court-métrage dans lequel on peut voir Mme MacGill à son poste d’ingénieure en chef des appareils Hawker Hurricane, lesquels ont joué un rôle crucial durant la Deuxième Guerre mondiale.

Une image en noir et blanc présente une jeune femme debout à côté d’une table couverte de tuyaux de métal. Elle en tient un dans ses mains et l’examine.

Liens pédagogiques

Mme MacGill inspire encore aujourd’hui les jeunes femmes du Canada et d’ailleurs. Lisez comment deux jeunes femmes ont commémoré Mme MacGill dans un projet de recherche :

Demandez aux élèves du secondaire de fouiller davantage l’histoire de Mme MacGill à l’aide de cette activité de groupe :


Jeux et activités

Une représentation artistique d’un biplan en vol. On voit les mots « Black Flight » dans le coin supérieur droit et les mots « Sopwith Camel » dans le bas de l’image.

Académie des as : Escadrille noire

Développé par le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, en partenariat avec SE3D, Académie des as : Escadrille noire est un jeu mobile prisé. Jeu basé sur des gens, les lieux et des événements réels, les joueurs découvriront les importantes batailles et les théâtres qui ont fait de la Première Guerre mondiale une des guerres les plus accablantes de l’histoire.

Modèles d’avions en papier imprimables

La Marine royale canadienne célèbre son 110e anniversaire! (Vidéo YouTube disponible en anglais seulement)
Pour souligner ce jalon, le Musée offre des modèles en papier imprimables d’avions de l’aéronavale de notre collection.

Visitez la page du jour de la Victoire en Europe pour trouver des modèles imprimables des avions de la Deuxième Guerre mondiale.