Phare de Bramah & Robinson

Phare de Bramah & Robinson

Lieu actuel :

Réserve des collections

Provenance :

Ce phare a été prêté pour une durée indéterminée au Musée par le ministère des Transports du Canada en 1980 après son remplacement au cap North, en Nouvelle-Écosse.

Historique technique :

Au XIXe siècle, les autorités maritimes britanniques ont décidé d’utiliser des éléments préfabriqués en fonte pour construire les phares à différents endroits de l’Empire. C’est ainsi qu’en 1856, ce phare a été érigé au cap Race (Terre-Neuve-et-Labrador). Sa tour haute de 12 mètres est constituée de 32 plaques incurvées qui ont été boulonnées de l’intérieur. Les responsables de la signalisation maritime ont équipé son système optique de 13 lampes de type quinquet et des réflecteurs.

Historique :

Un phare émet un signal lumineux qui guide les marins à travers l’obscurité, les tempêtes et les eaux dangereuses. Ce phare était autrefois le premier contact avec la terre pour les navigateurs qui traversaient l’océan Atlantique. Il faisait partie d’un vaste réseau d’aides à la navigation qui permettait aux navires de transport et de commerce maritimes de voyager en toute sécurité et de façon efficace. Après 50 ans d’activité au cap Race, il a été remplacé par une nouvelle tour, plus haute, en béton. Puisqu'il était onéreux de construire un phare et qu’il en fallait beaucoup pour couvrir la vaste étendue des côtes canadiennes, les autorités ont décidé de réutiliser le phare de fer. C’est ainsi qu’en 1907, la structure a été démontée et transportée à Money Point au cap North (Nouvelle-Écosse) afin de signaler l’entrée du golfe du Saint-Laurent. Le phare y est resté jusqu’en 1980, quand le gouvernement l’a fait démonter et l’a offert au Musée.

MSTC
Musée des sciences et de la technologie du Canada
Numéro d’artefact
1980.0768
Fabricant
Bramah and Robinson
Lieu de fabrication
Pimlico, Angleterre
Date de fabrication
Vers 1855
Date d'acquisition
1980